Bienvenue dans l'université de St Petersburg en Floride! Inscrivez-vous faites évoluer votre personnage mais n'oubliez pas de lire le règlement et de vérifier si le perso que vous souhaitez interprétez est prit ou bien si c'est un scénario!
Amusez vous bien!



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le beau et la bête. [Marley & Hunter]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Marley K.R Cameron
Deuxième année
avatar

Messages : 266
Points : 296
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 22
Localisation : Un squat pourri

MessageSujet: Le beau et la bête. [Marley & Hunter]   Jeu 7 Nov - 23:21

Le beau et la bête
Marley & Hunter

Jouir de la foule est un art. Baudelaire



La journée venait de commencer mais l'année avait été entamée et Marley n'avait assisté à aucun cours. Elle n'a pu s'inscrire que la semaine dernière car il lui fallait un domicile. Vous pensez que cela semble évident mais en fait, pas tant que ca. La blonde et son père ont erré longuement dans chaque rue des Etats-Unis avant de pouvoir trouve ce minable abris qui tient encore debout par je ne sais quel miracle. La nuit, elle entendait les putes d'à coté faire leur job et la journée c'était les junkies et les gosses qui la rendait folle. Mais pour l'heure, une autre source de bruit venait de l'extirper de son sommeil.

« Marley ! Marley, tu vas être en retard ! »

La jeune femme balança son oreiller contre la porte en espérant que cela servirait à faire taire son père. Elle ne voulait pas aller à l'école, pourquoi faire de toute façon ! Elle ne se fera pas d'amis, les cours avait déjà commencé et... Et surtout elle n'avait pas envie. Elle ne se sentirait pas à sa place là bas, elle n'était pas chez elle ici. Elle donnerait tout pour retourner à New-York... En soupirant mollement, Marley se leva et commença sa toilette.

Une heure plus tard, la jeune femme était prête à partir, elle était changée et avait déjeuné. Elle embrassa son père sur la joue et s'en alla. La blonde portait un jean sans forme, un gros pull gris avec des manches extra longue, sa vieille paire de Doc et son sac à dos. Oui, elle a l'air conne, oui elle fera tache parmi toutes les autres filles de son école qui sera sans doute à la pointe de la mode.

« Courage Marley, tu y vas, tu fais tes papiers et tu sèches toute la journée ! »

Sur le chemin de l'école, Marley avait un peu le trac. Ses mains devenaient moites, elle avait chaud et froid, elle se sentait mal à l'aise à chaque pas qu'elle faisait. Puis elle arriva devant le portail. Elle prit une grande inspiration et entra à l'intérieur de la bâtisse.

Mine de rien, c'était assez grand ici. C'était beau à regarder, tout était harmonieux et au goût du jour. Contrairement à ce qu'elle pensait, l'école n'avait pas l'air vieille du tout... La blonde se sentait encore plus tache qu'au départ, cet endroit était magnifique et tout le monde s'occupait déjà les mains. Certains groupe parlaient fort et d'autres chuchotaient. Certain parlait même d'une soirée prévue pour Halloween. Marley voyait des garçons courir après des filles pour les inviter et des filles passer à cotés de garçons en papillonnant des yeux. La jeune femme s’agrippa fermement à son sac, baissa la tête et se dirigea vers l'accueil.

« Bon....Bonjour. Je m'appelle Marley Cameron, je voudrais avoir mon emploie du temps. Je suis nouvelles, j'ai appelé la semaine dernière pour m'inscrire. »

La vieille mégère n'a même pas sourciller. A croire que ce que venait de lui dire Marley était le cadet de ses soucis. La jeune femme attendit un moment puis la vieille daigna lever ses yeux sur elle et lui dit qu'elle devrait patienter car le travaille qu'elle produisait en ce moment était plus important. Folle de rage, Marley jeta tout les papiers présent sur le bureau par terre et s'en alla sans même claquer la porte, ca aurait été trop facile. En se rendant dans le couloir, la jeune femme rentra en plein dans un garçon et tomba sur le sol dans un maelström de rire et de moquerie tandis que le garçon en question n'avait pas une égratinure. Super. Marley Cameron, bienvenue à St Petersburg.
Code by AMIANTE

_________________


Marley Kennedy Rose Cameron


Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme, ce beau matin d'été si doux : Au détour d'un sentier une charogne infâme sur un lit semé de cailloux [...] Et pourtant vous serez semblable à cette ordure, à cette horrible infection [...] Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine qui vous mangera de baisers, que j'ai gardé la forme et l'essence divine de mes amours décomposés !
©MINNIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hunter E. White
Première année
avatar

Messages : 109
Points : 135
Date d'inscription : 30/10/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Le beau et la bête. [Marley & Hunter]   Ven 8 Nov - 19:33

Hunter Eden White

Cette matinée est des plus difficiles. J'étais allongé là, à moitié mort sur mon lit me demandant comment j'allais faire pour me lever, la soirée d'hier m'avait tellement fatigué et énervé, j'aurais pu commettre un meurtre si l'on ne m’en avait pas empêché de le faire...Hier soir beaucoup de sportives de mon lycée c'était donnés rendez-vous au bar où je travaille, quelle coïncidence ! Un petit gigolo a essayé de m'humilier devant sa copine que j'avais surement du draguer et la soirée c'est très mal terminé pour lui, mais pour moi aussi, le patron n'a pas vraiment apprécié le fait que je me batte pendant mes heures de travail …Je me leva finalement de mon lit titillant et les yeux à moitié fermé avant de me rendre à la salle de bain pour faire ma toilette, le travail commence à devenir de trop pour moi, il faut que je trouve un moyen de garder le rythme et ça très rapidement.  Après avoir pris une bonne douche glacée…. Encore un problème au niveau de la plomberie, c’est incroyable comme ma chambre est toujours victime de soucis, chauffage, gaz, eau…Je commence à me demander si ce n’est pas un complot de la proviseur et du pion pour me faire fuir de l’établissement. J’enfilai un t-shirt noir, un jean, des baskets et une veste en cuir, j’allai commencer cette journée avec un cours de maths, je ne comprends pas vraiment pourquoi il faut obligatoirement avoir toutes ces matières ennuyantes comme les maths, l’histoire et le Français, après tous, moi tous ce que je veux c’est dessiner, c’est pour ça que j’ai choisi Art Appliquée  tout simplement.

Après avoir rangé mes affaires dans mon sac et bu mon jus d’orange, je quittai alors ma chambre. Les ragots, les ragots, une petite bagarre de rien du tout était devenue un vrai fait divers, beaucoup de regard se posaient sur moi et des chuchotements se faisaient entendre. Sincèrement je m’en moque, c’est comme ça ici, il y’a même une ou un  Gossip qui traque les secrets de tout le monde, c’est devenus notre quotidien à nous élèves de nous occuper des affaires des autres et de protéger les notre, je ne me sens pas vraiment comme un élève de St Petersburg, je me trouve bien plus intelligent qu’eux, ils vivent tous dans la peur et se nourrissent de la peine des autres, je ne dit pas que je suis un saint et bien sur je suis loin d’en être un, mais moi contrairement à eux, je n’ai pas besoins de m’attaquer au vie priver ou à l’intégrité d’une personne pour la remettre à sa place…sans intérêt, je sais ce que je veux moi.  Je marchais dans les couloirs toujours sous le regard de certaines personnes, la tête haute et ma main plâtrée sur une partie, je m’étais levé à l’heure tout allait bien, sauf que je ne trouvais pas ma salle, ni ma classe d’ailleurs.

C’était bien la première fois que les couloirs me paraissaient aussi étroit, bizarrement aujourd’hui j’avais l’impression qu’il y’avait plus de monde que d’habitude dans les couloirs comme s’il y’avait de nouveaux élèves, peut être des étranger venu pour un échange linguistique…Bref ! En tous cas j’avais vraiment l’impression que le campus s’était remplit en une journée. Je cherchais toujours ma salle, si ça continuait j’allais vraiment arriver en retard, je commençais alors à accélérer ma démarche afin de trouver plus vite ce que je cherchais quand quelques choses vînt me heurter, à ce moment précis des rires se fit entendre de tous les côté et je vu alors au sol, une fille, une fille que je n’avais jamais vu auparavant, blonde, petite de taille, plutôt mignonne, mais qui avait l’air complètement crispée par tous les rires, je restai un moment à la regarder sans vraiment réagir quand je vus alors qu’il commençait à avoir une sorte de rassemblement autour d’elle tout le monde l’observais et toutes les petites garces riait de plus en plus fort afin de se faire remarquer, je soupira avant de lancer un regard plutôt blasé à la petite blonde qui m’avait heurté et de lui attraper le bras pour la relever afin qu’elle se retrouve face à moi, mais debout cette fois…de jolies yeux clair et un jolie visage, un visage que j’aimerais bien dessiner un jour, ce serait un trait jolie portrait. Je l’emmenai alors avec moi toujours en lui tenant le bras loin de la foule et une fois éloigné lui lâcha le bras.

« Tes nouvelle toi ! C’est ça ? Je vais t’apprendre une chose ma belle, ici, il faut tout faire pour ne pas se faire remarquer surtout si tu n’as pas les moyens de te défendre » Elle a l’air d’être une gentille fille toute innocente, j’aime beaucoup son petit regard de femme fragile, c’est tout mignon et intéressant à exploiter…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marley K.R Cameron
Deuxième année
avatar

Messages : 266
Points : 296
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 22
Localisation : Un squat pourri

MessageSujet: Re: Le beau et la bête. [Marley & Hunter]   Ven 8 Nov - 21:23

Le beau et la bête
Marley & Hunter

Jouir de la foule est un art. Baudelaire



Je le savais, je le savais ! Marley allait être traitée comme une bête de foire dans cette école. Elle aurait du prendre des cours par correspondance, voire ne plus aller à l'école du tout. A quoi bon de toute façon car elle n'y va jamais. Elle passe son temps à sécher les cours pour ne pas se mêler au commun des mortels. Quand elle est en cours tout le monde passe son temps à la regarder comme une bête de foire, comme une extraterrestre qui n'aurait rien à faire ici. Elle en a marre de se sentir aussi délaissée qu'une lépreuse, d'être la raison des moqueries de ses camarades. Tout ce qu'elle veut c'est pouvoir aller à l'école sans raser les murs, sans se cacher dans l'ombre en attendant que les couloirs se libèrent... Soupire. Enfin bon, on ne va pas s'éterniser cent ans sur ce sujet. Marley n'est pas la seule à ne pas être aimée à l'école. Tout les établissement du monde ont leur bouc-émissaire. Elle n'a rien de plus que les autres. Ce qu'il y a de bien ici, c'est que personne ne la connaît, elle peut être qui elle veut. Personne ne saura qu'elle n'a jamais...Enfin....Vous savez...Sauté le pas. Personne ne saura non plus qu'elle est plus pauvre qu'un sdf et qu'elle s'habille avec les vieilleries des vieilleries des grands mère de cette ville. Enfin bon, elle était en bonne santé, alors on dira que c'est tout ce qui compte.

Elle secoua la tête et vit que toute l'université était autour d'elle à se foutre de sa gueule. Les pimbêches étaient déjà en train de balancer des rumeurs à son sujet sans même avoir son nom. Marley crut qu'elle allait se mettre à pleurer devant tout le monde, il n'aurait manqué que ca. Elle se fit violence pour ne pas leur donner l'occasion d'en rajouter une couche et se releva grâce à l'aide de cet imbécile qui la renversé. S'il n'avait pas été là, ca ne serait jamais arrivé ! Tout était de sa faute, maintenant elle allait vivre un véritable enfers durant tout son séjour ici à cause de monsieur bad boy qui n'avait rien de mieux à faire que de prendre la pose sur son chemin ! Marley suivit le jeune homme contrainte et forcée puisqu'il la tenait par le bras et qu'il la tirait violemment. De toute évidence, il n'avait pas l'air content de cette situation lui non plus. Pfff... C'était lui le fautif dans l'histoire alors si monsieur muscle attendait des excuses de sa part, il pourra toujours se brosser !

Une fois arrivée dans un coin du hall, la jeune femme fut libérée de son étreinte. Elle n'avait pas encore les idées claires car elle était encore un peu honteuse et humiliée. Elle avait des larmes dans les yeux qu'elle s'efforçait tant bien que mal de ne pas faire couler. Mais quand le garçon la lâcha et lui donna une « leçon de vie » Marley retrouva ses esprits et le repoussa.

« Je n'ai pas besoin de tes conseils que tu n'es pas fichu de suivre ! Monsieur je ne me fais pas remarquer ! »

Elle fronça les sourcils et lui tourna le dos dans le but de s'en aller et de le planter là. Sa réplique avait voulu se faire cinglante et ironique mais celle qui suivit était tout ce qu'il y a de froid et arrogant.

« En outre, je sais me défendre, tu ne sais rien de moi. »

Elle le laissa là, serra son sac contre elle et retourna dans la fausse aux lions. Sauf que quand elle passa devant le reste des élèves, tout le monde se remit à rire et Marley se mit à courir en direction des toilettes. Cette fois les larmes se mirent à couler d'elles-mêmes à tel point qu'elles lui embrumèrent la vision et que la jeune femme ne se rendit pas compte qu'elle courait droit vers les toilettes des hommes... On va dire que dans la journée cliché, celle la bat tout les records mais que voulez vous. Quand on s'appelle Marley, notre vie doit ressembler à celle d'un film à l'eau de rose.
Code by AMIANTE

_________________


Marley Kennedy Rose Cameron


Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme, ce beau matin d'été si doux : Au détour d'un sentier une charogne infâme sur un lit semé de cailloux [...] Et pourtant vous serez semblable à cette ordure, à cette horrible infection [...] Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine qui vous mangera de baisers, que j'ai gardé la forme et l'essence divine de mes amours décomposés !
©MINNIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hunter E. White
Première année
avatar

Messages : 109
Points : 135
Date d'inscription : 30/10/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Le beau et la bête. [Marley & Hunter]   Ven 8 Nov - 22:17

Mais..mais..Elle n’est pas normale cette petite ! Je l'aide et elle tout ce qu'elle trouve à faire c’est de m’envoyer balader. Je crois que de toute ma vie ce ne m’étais jamais arrivé surtout par ce genre de fille que l’on croit inoffensive et qui ensuite vous montre les dents. Cette fille sentait la peur à plein nez, je vu directement qu’elle avait l’habitude de ces situations, de se faire humilier, se mettre ainsi sur la défensive pour si peut c’est quand même fort. J’avais l’impression de retrouver un peu de Liz en elle, cette fille à l’air innocente, toute douce, victimisé par des imbéciles qui ne connaissent pas sa vraie valeur et qui la juge pour seule raison le fait qu’elle soit différente. En voulant aider cette fille, je venais de me faire envoyer dans les roses, mais en plus, j’allais me retrouver encore une fois dans le tableau des pires retardataires du Campus, c’était étrange quand même parmi tous les gens présents dans les couloirs, je n’avais vu aucun camarade classe, le cours avait surement déjà commencé depuis de longues minutes…Je l’observai, elle avait l’air déterminée à retourner là-bas, je la vu serrer son sac et surement se préparer psychologiquement avant de foncé rapidement vers le couloir.

Je soupirai légèrement avant de suivre le mouvement moi aussi, je savais très bien ce qui allait se passer, elle allait enfin ce rendre compte que les gens de St Petersburg ne lâche rien surtout lorsqu’ils sentent la peur de leur victime, ce sont de vrais animaux enragées qui aime sentir la douleur des autres, moi je suis habitué à tous ça, mais elle, elle ne sait pas ce qu’elle va endurer si elle ne suis pas mes conseils…. à peine arrivé là-bas que toutes la « foule » se mirent à rire ! Je la vu alors dévaler les couloirs comme un lion dans une savane, je l’a suivis à mon rythme. C’est vrai j’aurais pu hausser les épaules et m’en aller chercher mon cours afin d’éviter une nouvelle heure de colle, mais c’était plus fort que moi, j’avais l’impression que l’histoire de Liz se répétaient à nouveau, mais cette fois ci à l’Université, je ne pouvais pas la laisser seule surtout à ce moment qui était le plus dur pour une nouvelle arrivante. Je la suivait en accélérant un peu le rythme afin de ne pas la perdre quand je l’a vu entrer dans les toilettes des hommes…Typique, erreur d’inattention à cause de la vue légèrement trouble, la jolie blonde était surement en train de pleurer.

Je fouillai alors rapidement mes poches à la recherche d’un paquet de mouchoir avant de réaliser qu’il y’avait du papier toilette dans les toilettes, logique ! J’entrai alors en empêchant tout autres hommes de rentrer avant de m’asseoir sur un bord du lavabo tout en observant chaque porte des WC, elle se trouvait surement à l’intérieur de l’une d’elle, mais laquelle ? Bonne question, je raclai ma gorge afin qu’elle remarque qu’il y’a quelqu’un. « Je n’ai jamais dit que je ne me faisait pas remarquer, on me remarque naturellement, mais moi je sais m’imposer et je ne cours pas au toilettes des femmes m’enfermer lorsque l’on rit de moi. Je sais que c’est pas facile d’arriver quelques part et de vivre ce que tu es en train de vivre, mais ici c’est comme ça, c’est ce que j’essayais de t’expliquer avant que tu ne m’envoie balader… »

Je marquai une pause avant de me diriger vers le porte et de l’ouvrir afin de voir si les couloirs c’étaient dégagé, mais il y’avait toujours autant de gens, je fermai la porte et revenu à ma place posant mon sac au sol. « Tu ne veux pas sortir ? Que l’on parle comme deux adultes intelligents qui se respectent ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marley K.R Cameron
Deuxième année
avatar

Messages : 266
Points : 296
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 22
Localisation : Un squat pourri

MessageSujet: Re: Le beau et la bête. [Marley & Hunter]   Ven 8 Nov - 22:47

Le beau et la bête
Marley & Hunter

Jouir de la foule est un art. Baudelaire



Elle les déteste, elle les déteste tous et voudrait qu'ils meurent tous dans d'atroce soufrance. Pour qu'ils aient un avant goût de ce qu'elle endure depuis que sa vie a basculé. Avant elle était une star, la fille la plus populaire, elle était inscrite dans tout les clubs du lycée, était présidente des élèves et avait même organisé le bal de promo. Alors pourquoi ? Pourquoi sa mère était morte ? Pourquoi son père avait il perdu son emploie et était venu s'installer dans ce bled. Pourquoi son père était il un homme aussi fier afin de préférer mourir que de demander de l'aide financière à ses grand parents... Il préfère la voir faire des ménages chez les gens plutot qu'appeller son grand-père et lui demander quelques billets qui pourraient les aider à s'en sortir. Non au lieu de ca, elle est sans un sous, son père sans emploie. Super. Et comme si ca ne suffisait pas, elle venait de s'enfermer dans une cabine de toilette pour pleurer toute les larmes de son corps en attendant que la foire se dissipe et que les gens trouvent un autre sujet de moquerie bien qu'elle savait très bien que rien au monde n'était plus drole que se moquer de Marley Cameron. Cette idée la fit pleurer d'autant plus. Elle donna même un coup de poing dans la porte du toilette avant de se laisser glisser sur le sol.

Tout à coup elle entendit la porte principale s'ouvrir, quelqu'un était entré. Elle ne savait pas qu'elle était dans les chiotte des mecs, donc elle espérait que ca ne soit pas une garce qui l'avait suivit dans les toilette pour se moquer d'elle parce que là elle jure devant Dieu qu'elle la défigure ! Sauf qu'à sa grande surprise, c'était une voix masculine qui prit la parole, Marley s rendit compte de sa bourde. Elle soupira et se cogna la tête contre le mur pour se punir d'être aussi stupide. Cette fois sa vie sociale était définitivement morte et enterrée. Qu'est ce qu'allait dire tout les élèves quand ils la verraient sortir des toilettes des mecs avec Apollon ? Moi je sais ce qu'ils diraient, ils diraient « Ah bhein Don Juan a encore réussit à mettre le grappin sur une petite minette. Il a du lui sortir le grand jeu. Faire ca dans les toilettes, du grand art » et là, ils se moqueraient d'elle tout le reste de sa vie. Marley en pleura d'avantage, c'était trop dur pour elle, elle rentrait chez elle. Elle reviendrait quand elle en aurait la force et le courage mais là, aujourd'hui, c'était une erreur de venir.

Marley finit par sortir de sa cachette et par se pointer en face de son interlocuteur. C'est vrai qu'il était vachement plus grand qu'elle. On aurait dit un moineau à coté de lui, toute fine et menue, lui grand et imposant. S'il la prenait dans ses bras il pourrait la casser en deux ! La blondinette sécha ses larmes avant de dire.

« Oh arrête, tu ne sais rien de moi ni de ce que je suis en train de vivre. Tu joues les bad boy parce que tu as eu une vie difficile ? Quoi ton chien t'as abandonné ? Bouhou, c'est super triste. Moi tu vois je préfère me fondre dans la masse et pleurer dans mon coin plutôt que de me faire passer pour quelqu'un que je ne suis pas. »

La jeune femme s'appuya sur le lavabo à coté du sien et se regarda dans le miroir. Elle avait le visage bouffi à force d'avoir pleuré et ses yeux bleus avaient légèrement tournés au gris. Sa chevelure tombait en cascade sur ses épaules et ses mains tremblaient toute seule. Marley n'avait pas les moyens de se maquiller alors forcément, ca ne la dérangeait pas de se mettre de l'eau sur le visage pour se rafraîchir. Elle essuya ensuite son visage avec du papier toilette et regarda le garçon, elle se concentra de toute ses force mais elle se sentait rougir à des kilomètres.

« Qui a dit que j'étais une adulte intelligente ? Il n'y a pas grand chose à dire, je vais rentrer chez moi et c'est tout. De toute façon je n'ai rien à faire ici. »

Elle soupira et mit son sac à dos devant elle afin de l'ouvrir et d'y chercher son portable. Son journal intime tomba sur le sol mais la jeune femme ne s'en était pas rendu compte, elle était en train de lire un texto de son père lui annonçant qu'il n'avait pas été retenu lors de son entretient d'embauche. La jeune femme sentit ses jambes se dérober sous son poids et manqua de tomber à nouveau sur le sol. Peut être que si elle se cognait la tête suffisamment fort contre le mur, elle pourrait se réveiller de ce cauchemar ? Non ? Tant pis...
Code by AMIANTE

_________________


Marley Kennedy Rose Cameron


Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme, ce beau matin d'été si doux : Au détour d'un sentier une charogne infâme sur un lit semé de cailloux [...] Et pourtant vous serez semblable à cette ordure, à cette horrible infection [...] Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine qui vous mangera de baisers, que j'ai gardé la forme et l'essence divine de mes amours décomposés !
©MINNIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hunter E. White
Première année
avatar

Messages : 109
Points : 135
Date d'inscription : 30/10/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Le beau et la bête. [Marley & Hunter]   Ven 8 Nov - 23:33

Comment peut-elle dire de tels propos ? Elle ne connait rien de moi, de ma vie. Je ne me suis pas permis de parler de sa vie alors pourquoi elle parle de la mienne. C'était la première fois que ce que me disait une personne d'ici me touchait. Mon chien ne m'avait pas abandonné non, je n'en avais jamais eu nuance, par contre ma mère, elle oui. Elle a préférée choisir son mari de quelques mois plutôt que son fils et c'est empressé de donner naissance à son nouvel enfant, je n'aime pas parler de ma vie, même me l'a raconter à moi-même, ressentir des choses, ce n'est pas pour moi, ça fait trop mal. Elle ouvrit son sac pour faire je ne sais quoi et fit tomber une sorte de petit livre au sol, je me baissai afin de ramasser ce carnets avant de l’ouvrir et de le lire au moins la première page avant que la blonde ne s’en rende compte. C’était son journal intime dedans elle racontait tout, tout ce qu’elle ressentait, je me rendais alors compte qu’elle souffrait beaucoup et pas seulement au niveau de se qui se passait maintenant, mais surtout au niveau de sa vie privé, je refermai toute suite son journal après avoir lu quelques lignes, je n’aurais pas aimé qu’on se permette de lire ma vie, alors je ne continuerais pas à lire ce journal.

D’un coup je lui en voulais moins pour ce qu’elle avait dit au début, c’était l’émotion et puis elle n’a pas l’air d’avoir une vie simple, elle, elle est fragile, moi, moi je n’ai plus de cœur depuis que maman m’a abandonné…Je devrais dire ma mère ! C’est vrai j’avoue que parfois il m’arrive de me demander ce qu’aurais été ma vie si mon père n’était pas partit de la maison, il serait peut être vivant, j’aurais peut être eu une petite sœur et l’on aurait surement déménagé à New-York pour que papa puisse continuer son emploie de taxi-man dans une grande ville et que maman poursuive tranquillement sa carrière de journaliste, je serais peut être un gars bien, vous savez celui qui effectue des études de sciences sort avec la fille du club de littérature et invite sa copine à manger à la maison chaque soirs des pizzas dans sa chambre comme de vieux bon ami….Je me fais rire moi-même, ce n’est pas moi, c’est ma destiné d’être comme je suis ! D’avoir eu cette vie minable qui m’a a forgé mon caractère et m’a rendu tel que je suis et oui c’est lui le vrai Hunter, le manipulateur, égoïste et sans cœur…

J’étais perdu profondément dans mes pensées quand je vus la petite tomber comme si elle faisait un malaise ! J’avoue que cela me surprenait , enfaite je ne m y attendais vraiment pas, je m’empressa alors de la relever avant de l’installer sur le bord du lavabo où j’étais assis tout à l’heure, j’ouvris rapidement une porte de toilette avant de prendre une tonne de papier de le tremper à l’aide du robinet et de lui passer sur le visage."Oh ! Ne meurt pas ici, s’il t’arrive quelque choses, il vont m’accusé ! » En réalité je voulais la faire rire légèrement afin de la détendre. « Tu veux qu’on sorte pour que tu prenne l’air ? ». Je dégagea les cheveux de son visage avant de toucher son front pour voir si elle avait de la fievre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marley K.R Cameron
Deuxième année
avatar

Messages : 266
Points : 296
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 22
Localisation : Un squat pourri

MessageSujet: Re: Le beau et la bête. [Marley & Hunter]   Sam 9 Nov - 0:22

Le beau et la bête
Marley & Hunter

Jouir de la foule est un art. Baudelaire



Marley savait qu'elle avait dépassé les bornes, elle n'aurait pas du lui parler comme ca mais elle n'avait pas envie d'être gentille. Pas après ce qui venait de lui arriver, malheureusement c'était tombé sur lui. Sur la seule personne qui avait voulu l'aider. C'était peut être à cause de ca d'ailleurs qu'elle a été méchante. Si lui aussi c'était moqué de lui ca aurait été plus simple, elle lui aurait dit d'aller se faire foutre et ca aurait été fini. Mais là c'était différent, la jeune femme s'en voulait. Elle voyait sur le visage du garçon qu'elle venait de le noyer dans un tourbillon de souvenirs qu'il n'avait pas envie de revivre. Elle le comprenait, il ne se doutait pas à quel point elle le comprenait. Elle soupira d'agacement, elle détestait avoir à faire ca...

« Désolée... Je n'aurais pas du dire ca. »

Après avoir regardé son téléphone, la jeune blonde remarqua que le garçon tenait son journal intime dans ses mains. Comme une lionne l'aurait fait pour l'un de ses bébé, la jeune femme sauta sur le cahier et le récupéra en montrant ses dents puis elle le remit dans son sac. Là elle commença à vaciller et le garçon l'aida à nouveau à se relever et il l'installa sur un lavabo avant d'humidifier son visage.

« T'inquiète pas, je ne vais pas mourir, même si ca serait plus simple. »

Elle soupira et baissa la tête. Il allait la prendre pour un ado dépressive et suicidaire. Bof. Au point où il en était, il pouvait la prendre pour ce qu'il voulait ca lui était bien égale. La blonde releva la tête en arrière et respira un bon coup, ca sentait l'urine et la transpiration, c'était dégoûtant.

« Pourquoi est ce que tu fais ca ? Je veux dire, tu as un besoin irrésistible de te comporter en chevalier tu as remplie ta tâche tout à l'heure. Alors pourquoi tu continues à aider une paria ? »

Marley descend du lavabo et reprend son sac, elle essuie son visage avec sa manche avant de lui sourire, un vrai sourire qui lui indiquait qu'elle allait bien. Il avait raison, elle avait besoin de prendre l'air. Elle allait sans doute aller à la plage pour fumer des joints avec les loosers de la plage, qu'est ce qu'elle pouvait bien faire d'autre ?!

« Sortons d'ici... *elle lui prit le bras et le regarda comme si le ciel venait de lui tomber sur la tête* ...Tu...Tu me protégeras ? »

Elle voulait parler de tout les vautour qui l'attendait dans les couloirs. Elle savait qu'ils allaient la traquer jusqu'à ce qu'elle sorte de l'université... Quand est ce que cela allait s'arrêter ? Est ce qu'elle allait être leur victime jusqu'à ce qu'elle obtienne son diplôme ? Elle n'en aurait pas la force... Ils la ramasseront très vite à la petite cuillère.
Code by AMIANTE

_________________


Marley Kennedy Rose Cameron


Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme, ce beau matin d'été si doux : Au détour d'un sentier une charogne infâme sur un lit semé de cailloux [...] Et pourtant vous serez semblable à cette ordure, à cette horrible infection [...] Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine qui vous mangera de baisers, que j'ai gardé la forme et l'essence divine de mes amours décomposés !
©MINNIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hunter E. White
Première année
avatar

Messages : 109
Points : 135
Date d'inscription : 30/10/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Le beau et la bête. [Marley & Hunter]   Sam 9 Nov - 11:12

Je fus agréablement surpris lorsque celle ci s’excusa, je ne m'attendais pas vraiment à ce qu'elle le fasse, elle avait surement dû remarquer l'expression de mon visage à sa phrase. Je ne sais pas pourquoi j’étai si calme là, d’habitude lorsque l’on me fait une remarque qui ne me plaît pas, je rends l’appareil, c’est naturel chez moi, mais avec cette fille je n y arrive pas ! Pas parce ce qu’elle souffre...ça ne peut pas être ça la réponse, je suis le pire des égoïste alors….mais cette fille, je ne sais pas, mais j’ai envie de l’aider. Peut être lié au choque de la bagarre d’hier tout ça…La question de la petite blonde me fit rire, moi un chevalier ? « Ne ‘inquiète pas, je ne suis pas du genre à aider les autres et à sauver de jolie princesse, même si elles sont très jolies ! …Je ne sais pas pourquoi je t’aide, mais ne me le fait pas regretter. » Elle agrippait mon bras en me demandant de la protéger, je la regardai alors pendant un long moment, j’avais vraiment l’impression de retrouver Liz, ma sœur de cœur que j’avais perdu de vue depuis un moment, je fis une sorte de sourire avant de sortir des WC accompagné de la petite blonde.

Les couloirs étaient moins rempli, mais toujours quelques imbéciles. Ils lancèrent tous un regard vers nous enfin surtout vers la nouvelle, j’ignorais leur regard et avançait en direction de la sortit quand un imbécile s’amusa à lancer une boulette de papier qui arriva finalement sur moi et à pouffer de rire devant les potiches qui se trouvaient dans le couloir et qui se mit à rirent aussi. Je fronçai les sourcils avant de retirer doucement la main de la jolie blonde qui m’agrippait. En dirais que les gens ne comprennent pas une chose ici, c’est que lorsque quelqu’un se trouve avec moi, on le laisse tranquille ! Je m’approchai rapidement de l’autre babouin avant de l’attraper par le col et de le plaquer contre le mur. «  Tu joue à quoi là ? Hein !!! Tu joue à quoi ?!! » Je lui envoyai un coup de tête avant de le laisser glisser le long du mur, je lançai ensuite un regard noir aux personnes se trouvant autour de moi. «  Le prochain ! Je dis bien le Prochain ! Qui me provoque aujourd’hui, je l’égorge !! » J’attrapai le bras de ma « nouvelle amie » avant de l’entrainer rapidement à l’extérieur.

Quelle journée ! Je m’étais levé  complètement fatigué par la soirée d’hier et était venu en espérant pouvoir arriver à l’heure et faire cours et voilà que tous ce que j’avais prévu était annulé ! Je n’en voulais pas à la blonde après tout elle n y est pour rien si les gens de St Petersburg sont des idiots invétérés ! J’aurais dû rester dans ma chambre et dormir toutes la journée…mais qui l’aurait protégé ? Attends….cette fille, je ne la connais même pas, je ne sais même pas comment elle s’appelle et je m’inquiète comme si c’était une grande connaissance…il faut que j’aille voir mon médecin, ça ne va plus du tout. Nous arrivions vers un banc, je lâchai son bras avant de m’installer sur le haut du banc et de l’observer. «  Bon alors petite ! Comment t’appelles- tu ? » C’est vrai que l’appeler jolie blonde ne me dérange pas, mais quand même il faut un minimum ! Je sortais de la poche de ma veste mon paquet de cigarette avant de regarder en la direction la blonde. «  Tu fumes toi ? ….Non je ne crois pas » Je pris une cigarette et rangea mon paquet avant d’allumer ma clope.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marley K.R Cameron
Deuxième année
avatar

Messages : 266
Points : 296
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 22
Localisation : Un squat pourri

MessageSujet: Re: Le beau et la bête. [Marley & Hunter]   Sam 9 Nov - 12:42

Le beau et la bête
Marley & Hunter

Jouir de la foule est un art. Baudelaire



La jeune femme était ravie de voir que les couloirs étaient beaucoup moins fréquenté mais qu'il y avait toujs des gens. Les garçons qui la virent sortir de leur toilettes avec le bad boy à son bras se mirent à rire et à lui faire des gestes obscènes. Marley serra le bras de son partenaire plus fort et cacha son visage rougit contre son bras. C'est dégueulasse, comment est ce qu'ils pouvaient croire qu'elle pouvait faire un truc comme ca. Elle avait envie de leur dire que si leur copine étaient du genre à faire des trucs sale dans les chiottes, ce n'était pas son cas. Mais les mots restèrent coincés dans sa gorge qui s'assécha profondément. Le garçon en tout cas fit comme s'ils n'existaient pas. Il continua sa route et la conduis avec lui, certaine fille se demandait pourquoi une guenon était au bras de ce qui devait être le plus beau garçon de la fac.

Un idiot s'amusa à balancer une boulette de papier sur la jeune femme mais sa cible fut dévié et la boulette en question atterrie sur le garçon qui de toute évidence n'était pas d'accord. Il lâcha Marley et chopa l'imbécile par le col avant de lui mettre un coup de boule mémorable. Marley sursauta de surprise et trembla comme une feuille , la violence c'est pas trop son truc. Quand il revint vers elle, elle s'accrocha à lui comme une bouée de sauvetage et continua sa route jusqu'à l'extérieur. Une fois dehors, Marley prit une grande inspiration et regarda le garçon.

« Merci... »

Elle s'attendait à ce qu'il la laisse là mais non. Il la conduit vers un banc, elle s'assit avec lui et regarda le ciel un instant. Tout était plus beau quand on était seul, maintenant qu'elle n'était plus enfermée entre quatre mur, elle se disait que le ciel était plus bleu, le soleil plus chaud et l'air plus pur. Elle ne retournerait plus jamais dans cette fac !

« Hein ? Oh...Si...Si je fume depuis peu... »

Elle rougit, elle avait un peu honte de l'avouer. Avant elle n'était pas comme ca, elle savait que fumer n'était pas bon pour la santé et elle n'en avait pas besoin, mais que voulez vous, on ferait n'importe quoi pour appartenir à un groupe et en arrivant ici, Marley l'a tout suite comprit. Encore une fois, la blonde mit son sac à dos miteux devant elle et sortie de la petite poche tout son attirail pour se faire des roulés. Le tabac a roulé est moins cher et on peut en fumer plus alors bon, depuis elle y a prit goût. Marley alluma sa clope et inhala un bouffé avant de toussoté, bon finalement elle n'a pas tant l'habitude que ca. Son visage devint tout rouge et elle tenta de sourire avant de tousser à nouveau.

Avec tout ca elle avait carrément oublié qu'il lui avait posé une question, elle lui lança un regard plutot embrumé et lui dit.

« Marley. Je m'appelle Marley Kennedy Rose Cameron. Tu as le droit de rire toi aussi. »

Comme tout les autres, avait elle envie d'ajouter mais elle s'abstient. Elle soupira un bon coup et se remit à fumer avant d'ajouter.

« Et comment dois je appeler mon héros ? »

Elle lui adressa un franc sourire tout en le regardant tendrement. Marley se leva et se mit devant le garçon, elle lui fit un révérence et tourna sur elle même, elle était heureuse que tout à l'heure dans les toilettes.

« Mon Seigneur j'ai maintenant une dette envers vous, dites ce qui vous ferez plaisir et je m'exécuterais »

Elle ria un instant avant de s'asseoir par terre devant lui. Il allait sans doute la prendre pour une folle mais c'est pas grave, après tout il était libre de partir quand il veut. Même si elle n'avait pas envie... Elle ne saurait dire pourquoi mais cette journée était catastrophique mais aussi incroyable belle et c'était grâce à lui dans les deux cas, elle ne voulait pas que cela s'arrête maintenant.
Code by AMIANTE

_________________


Marley Kennedy Rose Cameron


Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme, ce beau matin d'été si doux : Au détour d'un sentier une charogne infâme sur un lit semé de cailloux [...] Et pourtant vous serez semblable à cette ordure, à cette horrible infection [...] Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine qui vous mangera de baisers, que j'ai gardé la forme et l'essence divine de mes amours décomposés !
©MINNIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hunter E. White
Première année
avatar

Messages : 109
Points : 135
Date d'inscription : 30/10/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Le beau et la bête. [Marley & Hunter]   Sam 9 Nov - 13:27

Je l’observais essayant de fumer comme elle pouvait, ça ne lui allait pas, elle était si mignonne, j’avais vraiment l’impression de retrouver Liz, c’est fou comme je parle souvent d’elle ! Surtout aujourd’hui, mais c’est cette fille qui me fait penser à elle. Je voyais bien qu’elle ne fumait pas vraiment pour le plaisir plutôt pour s’échapper de ces problèmes, les oublier quelques instants, j’avais commencé comme ça moi aussi pour finalement me pourrir les poumons jusqu'aujourd’hui et surement jusqu’à la fin de ma vie. Marley Kennedy Rose Cameron, rire ? Pourquoi ? Je ne comprenais pas vraiment ce qu’il pouvait avoir de drôle dans ce qu’elle venait de me dire, j’ai l’impression que cette fille n’a pas confiance en elle, quelle pense que tout le monde se fiche d’elle, c’est stupide, je ne vois pas ce que sa m’apporterait de la victimiser , je sais très bien qu’elle ne peut rien contre moi, qu’elle est plus fragile moralement et physiquement, alors pourquoi m’attaquer à elle ? Je la regardais avec compassion, avant que celle-ci ne demande le nom de son héro. « Hunter Eden White. Je ne suis pas un héro…Et je ne vois pas pourquoi je devrais rire, il n y a rien de drôle. » Un héro moi ? Pas du tout, je suis une crapule moi, une vrai crapule, je suis sadique, je manipule les gens à ma guise et ne résout mes problème que par la violence je ne veux pas qu’elle se fasse de fausse idée sur moi…Du moins pas elle, elle est...Adorable ! Je crois vraiment que je ne vais pas bien aujourd’hui, je ne me retrouve vraiment pas, j’ai l’impression d’être…Gentil !!! Satan récupère moi là ! OH !!!

Je tirais une latte de ma cigarette en regardant les gens qui se baladaient dans les alentours, j’avais l’impression de me trouver dans un autres mondes, les gens de l’extérieur sont différents, personne ne fait attention à personne, mais lorsqu’ils rentrent à l’intérieur de ce bâtiment, ils deviennent de vrai imbécile, le phénomène de l’être humain c’est vraiment inquiétant, très inquiétant. D’un coup Marley se plaça devant moi et fit tout un enchaînement avant de me dire qu’elle « exécuterais mes ordres », à sa dernière phrase prononcé je ne pus m’empêcher de retrouver un peu de Hunter ! le vrai Hunter, le salop, si vous écoutez bien la phrase et son sens vous comprendrez à quoi je pense….Je sais, je sais…je suis un homme après tout, mais bon je ne me permettrais pas de lui demander une chose aussi …je ne veux pas non plus qu’elle me prenne pour un vieux pervers, ce que je ne suis pas !... Je fis un sourire malicieux avant de tirer une latte de ma clope et de regarder Marley. « Très bien, embrasse-moi là. » Je lui montrais alors le coin de ma bouche, elle allait surement me remballer, mais ce n’était pas grave, je voulais surtout voir sa réaction, cela se voyait à dix mètres que Marley est une fille extrêmement timide qui est vite gêner et qui a du mal avec les relations humaines
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marley K.R Cameron
Deuxième année
avatar

Messages : 266
Points : 296
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 22
Localisation : Un squat pourri

MessageSujet: Re: Le beau et la bête. [Marley & Hunter]   Sam 9 Nov - 15:01

Le beau et la bête
Marley & Hunter

Jouir de la foule est un art. Baudelaire



Bizarrement, Hunter ne rigola pas. Il ne trouvait pas ca drôle. Pourquoi ? Depuis la maternelle tout le monde trouvait son nom drôle alors elle finit par croire qu'il était effectivement très drôle. Mais Hunter.... Lui non, il ne trouvait pas ca drôle, il n'a jamais rien trouvé de drôle chez elle depuis leur rencontre. Il a toujours été doux, tendre et gentil avec elle. Il ne voulait pas la ridiculiser, l'humilier ou se moquer d'elle. Il était sans doute la seule personne de la ville à ne pas la regarder comme une malade de la peste ni a la pointer du doigt. Non. Lui il était plutôt du genre à s'asseoir à coté d'elle sur un banc, à la prendre dans ses bras, à la retenir quand elle fait des malaises et à la protéger. Il était tellement gentil, pourquoi est ce qu'elle avait donc le sentiment qu'il était passé dans le coté obscure de la force. Il ne devait peut être pas se comporter comme ca avec tout le monde, alors pourquoi avec elle ? Encore une fois Marley se dit que c'était pour se moquer d'elle, qu'il faisait semblant d'être gentil pour en apprendre un peu plus sur elle pour ensuite aller le répéter à tout le monde... L'espace d'un instant elle eut un mouvement de recule puis elle se dit que non, il n'était pas comme ca... Il n'oserait pas, pas vrai ?

« Quand j'étais petite, j'avais les joues roses, les yeux bleus, des boucles blondes. Des créateurs se tuaient pour que je porte leur œuvres. J'avais plus une tête à m’appeler Candy, Alison ou même Barbie. Mais pas Marley. Le truc... C'est qu'en plus de ca...J'adore mon prénom. »

Sourit timidement et le regarde du coin de l'eoil. C'est vrai qu'elle adorait son prénom. Il représentait une époque d'amour et d'insouciance entre ses parents. Quand ils étaient à l'université, qu'ils s'aimaient et qu'ils étaient les meilleurs amis du monde. Ils passaient leur temps à écouter Bob Marley en dansant toute la journée avec des amis à eux, ils avaient une joie de vivre que leur fille n'a pas... Elle soupira. Sa mère lui manque, elle savait la faire sourire, lui rappeler qu'il ne fallait jamais renoncer à se battre. Sa mère la rendait plus forte, maintenant qu'elle n'est plus là elle a l'impression qu'en réalité toute sa vie a été de la merde, qu'elle est juste une petite chose fragile qu'il faut surveiller en permanence et qui pourrit la vie de tout le monde.

« Je vois que je ne suis pas la seule à avoir un prénom à la con. Enchantée,Hunter. »

Lui fait un clin d’œil puis sourit plus franchement. C'est bête mais Marley était en train d se demander si tout cela n'était pas un rêve, si elle n'était pas sujette à des hallucinations car ce n'était pas possible qu'il puisse la comprendre aussi bien qu'il le fait. Personne ne l'a jamais comprise à part sa mère, pourquoi lui arrivait de nul part y arrivait ?! Ou alors c'était un ange descendu du ciel pour veiller sur elle ? Non là tu délires Marley, complètement.

Une fois devant lui, la jeune femme lui dit qu'elle était prête à faire ce qu'il lui demandait pour s’acquitter de sa dette mais elle était loin de s'imaginer qu'il lui demanderait ca... Marley n'est pas une coureuse de jupon, même a New-York. Elle était déjà sortie avec des garçons mais c'était par effet de mode que par réel envie du coup ses « relations amoureuses » duraient seulement quelque jours, il ne s'était rien passé de sérieux. Alors pourquoi elle irait embrasser le premier venu aussi chevaleresque soit il ?! Autant vous dire qu'elle est devenue rouge pivoine et qu'encore un peu elle serait tombée dans les pommes. Elle ne pouvait pas faire ca... Elle essaya, s'approcha de lui mais à peine ses lèvres frôlèrent le coin des siennes qu'elle se recula.

« Je...Je ne peux pas faire ca. On...On ne se connaît même pas. »

Il était mignon, elle ne pouvait pas dire le contraire et ca aurait été tentant de l'embrasser mais pour quoi elle se serait faite passer si elle l'avait fait ? Pour une fille facile, une fausse fragile qui en fait à les lèvres qui la démange ? Non elle n'est pas comme ca. Peut être qu'il avait l'habitude avec les filles qu'il fréquente mais il serait très vite déçu avec elle. Peut être que c'était ca qu'il attendait elle en fait ? Depuis le début de la journée, c'était juste pour voir ce qu'elle avait dans le pantalon. Bhein maintenant il était fixé : pas grand chose. Sans savoir pourquoi elle baissa la tête en fronçant les sourcils, elle devait se faire complètement des films mais en tout cas le film qu'elle s'était imaginé ne lui plaisait pas du tout.

« Tu vas t'en aller maintenant ? »

Maintenant que je ne veux pas te donner ce que tu veux ? Avait elle envie de dire mais elle n'avait pas osé. Cette question lui brulait les lèvres. Elle se rongea la lèvre inférieur en attendant la réponse.
Code by AMIANTE

_________________


Marley Kennedy Rose Cameron


Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme, ce beau matin d'été si doux : Au détour d'un sentier une charogne infâme sur un lit semé de cailloux [...] Et pourtant vous serez semblable à cette ordure, à cette horrible infection [...] Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine qui vous mangera de baisers, que j'ai gardé la forme et l'essence divine de mes amours décomposés !
©MINNIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hunter E. White
Première année
avatar

Messages : 109
Points : 135
Date d'inscription : 30/10/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Le beau et la bête. [Marley & Hunter]   Sam 9 Nov - 15:45

J’aime beaucoup taquiner les gens, souvent lorsque je le fait c’est que j’apprécie la personne. Il ne m’arrivera jamais de taquiner quelqu’un que je déteste je lance plutôt de mauvaises réflexions à ces gens. Je fumais tout en regardant la jeune fille qui devenait complètement rouge ! Elle me faisait rire, j’avais vraiment l’impression de me retrouver en face d’une gamine, petite, au visage innocent, devenant rouge lorsqu’un garçon lui de mande un petit baiser c’était marrant. Je regardais alors un peu le paysage, lui laissant le temps de se calmer un peu, cela faisait plaisir de voir à quel point il faisait beau, c’est vrai qu’en se moment beaucoup de nuages recouvraient le ciel et le vent n’oubliait pas d’en rajouter, mais aujourd’hui c’était différent le ciel était plus bleu que jamais et le soleil illuminait le paysage verdâtre de la cours où nous nous trouvions. Je déposai de nouveau mes yeux sur Marley avant de la voir s’approcher de moi doucement, elle allait le faire ? Sérieusement ? C’est ce que je pensais avant qu’elle ne se retire et me dise qu’elle ne pouvait pas faire ça, elle avait l’air vraiment gênée et honteuse et je la regardais un sourire aux lèvres, j’aimais vraiment ça façon d’être si différente des filles d’ici.

J’allais prendre la parole quand celle-ci me devança en me demandant si j’allais m’en aller. Pourquoi ? Je n’en ai pas envie. Pour qui elle me prend, elle croit vraiment que je vais m’en aller parce qu’elle n’a pas posé ces lèvres ? Je suis loin d’être ce genre de gars qui parce qu’il n’a pas ce qu’il veut s’en va. D’ailleurs moi quand je veux quelque chose, d’habitude je l’ai. Je terminai alors ma cigarette avant de me lever avant de me placer en face de la jolie Marley. « Pour qui tu me prends ? Tu crois que je vais m’en aller pour ça ? » Je dégageai ces cheveux derrière ses oreilles avant de me baisser afin de déposer un petit bisou sur le coin de ces lèvres, je lui fis un sourire et retourna m’asseoir sur le bord du banc. « Ce n’est pas sorcier » C’est vrai, c’était tout mignon et je n’avais fais ce geste avec aucune mauvaise pensées, c’était un geste naturel. Je ne sais pas comment elle fait, mais j’ai l’impression qu’elle m’apaise et pourtant cela ne fait qu’un jour ou plutôt que quelques heure que je parle avec cette fille, elle est touchante tout simplement et je ne peux pas vraiment contrôler ma compassion pour elle.

Elle allait surement être gênée par le baiser que je venais de lui donner, mais ce bon, c’était marrant de la voir virer au rouge tout d’un coup. Je m’étira avant de finalement m’allonger sur le banc sortant une nouvelle cigarette de mon paquet, mais cette fois si pour rouler un petit joint afin de me détendre totalement après tout, j’allais bientôt avoir des nouvelles de la directrices suites à mon absences …mais elle , elle n’a pas cours ? « Marley..tu étudies quoi ici ? Et tu n’as pas cours normalement ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marley K.R Cameron
Deuxième année
avatar

Messages : 266
Points : 296
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 22
Localisation : Un squat pourri

MessageSujet: Re: Le beau et la bête. [Marley & Hunter]   Sam 9 Nov - 19:43

Le beau et la bête
Marley & Hunter

Jouir de la foule est un art. Baudelaire



Contrairement à ce qu'elle pensait, Hunter avait bien prit le fait qu'elle n'avait pas envie de l'embrasser. Elle devait passer pour une petite gamine apeurée, ce qu'elle était en même temps... N'ayons pas peur de le dire, on dirait une petite pucelle à chaque fois qu'elle se met à rougir. Elle ne sait pas aligner trois mots quand elle parle à un beau garçon, elle se laisse marcher dessus par n'importe qui et il ne faut pas lui parler de sexe, elle n'a même jamais essayé toute seule alors bon. Mais tout ca, ca n'avait pas l'air de le déranger, pourtant elle aurait cru le contraire mais en fait non. Elle c'était trompée sur son compte, il n'était pas du tout le genre de garçon qu'il semblait être, il avait l'air beaucoup plus respectueux qu'un mec dans son genre devait être.

« Excuse moi, c'est juste que je n'ai pas l'habitude... Je ne sais pas comment je devrais me comporter dans ce genre d'occasion. C'est pas tout les jours que quelqu'un me demande un baiser »

Sourit mais elle était très gênée et je pense que ca commençait à se voir. Comme d'habitude elle commençait à rougir. Ce n'était comparé à ce qui allait suivre, Hunter s'approcha d'elle, passa ses cheveux d'arrière ses oreilles et déposa un baiser au coin de ses lèvres. C'était pas vrai baiser mais c'était le premier qu'elle reçu. Elle rougit et sourit comme une débile, c'était ca l'effet que ca faisait alors ? Il avait les mains tellement rugueuse et ferme, c'est peu être un peu osé mais elle aurait bien eu envie que ses mains parcours son corps. Sa peau douce et aussi blanche que du lait, caressait par des mains d'homme aussi viril que lui, ca devait sûrement être délicieux. Et ses lèvres, elle était si douce et elle avait le goût de la menthe et du tabac. Contrairement à ce qu'elle pensait, c'était un goût agréable. Non mais tu t'entends Marley, on dirait un ado de série B qui vit son premier coup de foudre ! Reprend toi ma vieille, tu crois vraiment que tu as le temps de batifoler avec le premier bad boy qui passe ?! Non, exactement.

Il retourna s'asseoir et la jeune femme soupira un peu pour reprendre ses esprits. Il fallait qu'elle se calme maintenant mais sans savoir pourquoi elle ressentait une étrange chaleur dans son bassin et c'était agréable en fait. Elle retourna s'asseoir sur le sol puisque monsieur prenait tout le banc et elle le regarda faire. Il faisait un joint, elle reconnu sa façon de faire parce que depuis qu'elle était arrivait elle traînait sur la plage avec des loosers drogués jusqu'à l'os, c'est eux qui lui ont apprit à rouler des joints, ils se piquent mais elle n'a jamais voulu aller aussi loin. Puis ce qui avait de bien avec eux c'est qu'à chaque soirée sur la plage ils apportaient à boire et manger, elle en piquait toujours en plus pour en apporter à son père. Enfin sauf l'alcool.

« Je pourrais en avoir aussi ? »

Ca allait sûrement le surprendre, elle aimait bien cette idée. Elle pouvait surprendre elle aussi si elle avait envie. Ca avait quelque chose d'excitant d'être ici, ce n'était pas la première fois qu'elle séchait les cours mais là c'était différent on aurait dit une criminelle, elle savait qu'elle aurait du être en cours au risque que son père soit furax mais elle ne regrettait pas ce qu'elle était en train de faire. Elle préférait être ici avec lui qu'en cours.

« Je...Je suis photographie, graphologie et histoire d'avant la Première Guerre Mondiale... J'aurais du être en cours, mais au cas où tu as oublié j'ai eu un imprévus... Et toi ? »

Elle savait que ca faisait un peu prétentieux mais quand on est un petit génie il faut bien s'occuper. Marley rougit tout de même, elle n'était pas jolie, timide et maintenant elle lui annonce qu'elle est rat de bibliothèque. Il allait sûrement la trouver ennuyeuse à mourir. La blonde se mordilla la lèvre à cette idée avant d'ajouter.

« Ce qui a de bien c'est que c'est moi qui m'occupe du livre d'or, enfin seulement des photos. Dans 20 ans tu regardes ta tête à la fac et ca sera grâce à moi. »

Elle sourit timidement.
Code by AMIANTE

_________________


Marley Kennedy Rose Cameron


Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme, ce beau matin d'été si doux : Au détour d'un sentier une charogne infâme sur un lit semé de cailloux [...] Et pourtant vous serez semblable à cette ordure, à cette horrible infection [...] Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine qui vous mangera de baisers, que j'ai gardé la forme et l'essence divine de mes amours décomposés !
©MINNIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hunter E. White
Première année
avatar

Messages : 109
Points : 135
Date d'inscription : 30/10/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Le beau et la bête. [Marley & Hunter]   Sam 9 Nov - 22:51

Quoi ? Elle fume cette merde elle aussi ? J’avoue que j’étais sur le cul à l’annonce de la petite blonde, jamais je n’aurais  pensé qu’elle fumait ce genre de truck. En faite elle a raison, je ne connais rien d’elle, je ne peux pas vraiment m’exprimer sur ce qu’elle est, j’aurais parié qu’elle  ne fumait  pas et qu’elle ne se droguait pas. Je souris à sa phrase avant de  terminer de rouler mon joint et de l’allumer, c’est vrai que ça fait du bien d’être gentil parfois …enfin je veux dire de me trouver avec une personne sans forcément me prendre la tête avec eux, j’aime cette sensation de calme que je retrouve seulement lorsque je suis seul, mais là  je ne le suis pas. Je tirai une latte du joint, avant de détournai mon regard de celui-ci, lorsque Marley me parla de ces études…Wow c’est plutôt une tête cette fille, photographie, graphologie et histoire ! On peut dire qu’elle a un cerveau elle ! C’est bizarre d’habitude je ne m’entends pas du tout avec les têtes brûlés où plutôt je ne leurs parle pas, mais le destin nous a poussé à nous rencontrer et je dois avouer que je suis plutôt satisfait de ma rencontre avec elle.  Elle avait raté un cours, j’espérais juste qu’elle n’aurait pas trop d’ennuie ensuite avec ces parents et la proviseur, surtout qu’après c’est moi qui ramasserait tout ! Ne pas venir en cours le premier jour ? Je crois que je ne l’ai jamais fait, je le ferais lorsque j’aurais trouvé mon futur job fixe…Je plaisante.

Je tirai alors une deuxième  et une troisième latte avant de le passer à Marley et de m’étirer tout en souriant. «  Si tu as peur de te faire voir par le pion ou autres, met toi derrière l’arbre…ils verront la fumé, mais pas la personne » Je ria légèrement avant de commencer à planer allongé sur le banc fixant le ciel complètement dégagé, j’aimais beaucoup me trouver dans cet état surtout en cours, tu te fiche de tout ne te prends pas la tête et chaque petites bêtises ou conneries que peut faire un camarade te fais rire, c’est ça la vrai vie ! C’est de vivre au jour le jour sans se prendre la tête sans chercher à comprendre le pourquoi du commun juste s’amuser…Bon  d’accord j’avoue que je commence à partir loin dans mes pensées là, enfaite je ne contrôle pas tout ça, tous ce qui me passe par la tête sors, c’est fou ! J’ai vraiment l’impression de parler tout seul…Je restai un moment dans cette positions à planer avant de finalement me redresser et regarder Marley. « Moi j’étudie l’Art appliqué, je suis un artiste » Je ris à ma propre phrase avant de me lever du banc et de remarquer qu’il manquait quelques choses dans le décor…j’analysais l’endroit où nous étions installés avant de me taper la main contre le crâne. «  Quel crétin…j’ai oublié mon sac dans les toilettes de la fac.. » Je soupirai avant d’attraper le premier idiot qui passait par là. «  Et mon pote ?! Ca va ? Ca  fait longtemps que je ne t’avais pas vu par là …Rends moi un service s’il te plaît va me chercher mon sac dans les toilettes, il est noir avec une écrite blanche » L’inconnu me regarda d’abord bizarrement avant de finalement s’exécuter.

J’attendais alors que mon « jeune amie » revienne avec une grande patience quand celui-ci arriva avec mon sac au bras et me le donna, je le remerciai en lui tapotant l’épaule avant de le regarder s’en aller…J’avoue que c’était sympa, surtout pour un gars qui ne me connait pas, mais bon je pense plus qu’il l’a fait par peur de représailles que par gentillesse, je posa mon sac sur le banc avant de  regarder de nouveau Marley et de sortir une cigarette afin de faire un nouveau joint, nous en aurions deux et je pourrais savourer tranquillement le mien, je ne sais pas pourquoi, mais d’un coup j’eus l’envie d’embêter un peu la petite Marley surement du à l’effet du cannabis. « Alors Marley, raconte-moi. T’as déjà couché ou ce n’est pas encore au programme ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marley K.R Cameron
Deuxième année
avatar

Messages : 266
Points : 296
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 22
Localisation : Un squat pourri

MessageSujet: Re: Le beau et la bête. [Marley & Hunter]   Dim 10 Nov - 0:49

Le beau et la bête
Marley & Hunter

Jouir de la foule est un art. Baudelaire



Rien n'avait l'air de préoccuper Hunter. Il se fichait de tout, il vivait au jour le jour et n'avait pas de soucis. Il se fichait d'être en retard en cours ou de ne pas y aller du tout, il se fichait d'avoir oublier son sac dans les toilettes car il ne l'avait même pas remarqué. Marley aurait fait une crise cardiaque si elle avait perdue son sac ! Dedans elle y avait toute sa vie, son portable, la photo de sa mère et son père, le mouchoir en soie de sa mère, son journal intime... Perdre son sac aurait été trop pour elle mais lui non. Il s'en fichait. La jeune femme était jalouse, elle, sa vie était tellement compliqué. Elle devait trouver du travail pour payer les factures avec son père et même si elle trouvait un job ca ne lui permettrait pas de vivre dans un cinq étoiles, au mieux ca lui permettrait de faire les cours pour deux semaines mais ca s'arrête là. Elle resterait pauvre pour un long moment, il fallait qu'elle s'y habitue. Dans le meilleure des cas, un miracle pourrait se produire, son père pourrait redevenir avocat et ils pourraient retourner à New-York.

La blonde fit ce que son partenaire lui dit, elle se cacha derrière l'arbre. Ca n'a rien de rebelle j'avoue mais elle séchait les cours, elle ne voulait pas qu'en plus la directrice appelle son père pour lui dire que si sa fille sèche les cours c'est pour aller s'enfumer la gueule dans la cours. Elle aurait droit à la correction de sa vie ! Elle tira longuement sur le joint et sentie les effets lui monter à la tête. D'abord elle se mit à sourire bêtement puis elle se sentait parfaitement détendue. C'était trop bien d'être dans cet état, comme s'il n'y avait plus aucun problème susceptible de lui pourrir la vie, comme si tout était col et parfait. Mon Dieu, qu'est ce qu'elle donnerait pas pour pouvoir rester dans cet état toute sa vie...

Hunter demanda à un inconnu de lui apporter son sac puis une fois fait, il se roula un autre joint. La jeune femme était contente, au moins elle pourrait profiter de la drogue toute seule, elle en sourit encore plus. Puis arriva la question qui tue, pour un peu la blonde s'étouffa et crachat ses poumons. Puis quand elle réussit à calmer sa toux elle devint de toute les couleurs. Elle ne savait pas si elle était plus en colère que gênée.

« Ca ne te regarde absolument pas ! Ce n'est pas une question à poser à une jeune fille et puis quelque soit la réponse je ne vois pas ce que ca changerait ! »

Elle se lève brutalement, prête à prendre ses affaires et à s'en aller. Non mais sérieusement pour qui il se prend, elle pouvait bien passer pour une folle à réagir comme ca mais tant pis. Marley ne savait pas dans quel monde elle vivait mais dans le sien on apprenait à faire connaissance avant de poser ce genre de questions. Non vraiment, elle ne sait pas du tout avec quel genre de fille il a l'habitude d'être mais il risque fort d'aller de déception en déception avec elle. Aussi, commença-t-elle à faire deux pas qu'elle vacilla et tomba dans les pommes. La blonde avait à peine déjeuné, elle n'était pas très épaisse, manger comme un oisillon ne suffisait pas à la maintenir debout tout une journée sans manger autre chose, si on ajoute à ca le stresse de la rentrée, l'humiliation, le pétard et ca... C'était trop pour son métabolisme qui la planta ici et maintenant. Bravo. En plus de la prendre pour une tarée il allait la prendre pour une abrutit qui ne tient pas sur ses jambes.
Code by AMIANTE

_________________


Marley Kennedy Rose Cameron


Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme, ce beau matin d'été si doux : Au détour d'un sentier une charogne infâme sur un lit semé de cailloux [...] Et pourtant vous serez semblable à cette ordure, à cette horrible infection [...] Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine qui vous mangera de baisers, que j'ai gardé la forme et l'essence divine de mes amours décomposés !
©MINNIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hunter E. White
Première année
avatar

Messages : 109
Points : 135
Date d'inscription : 30/10/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Le beau et la bête. [Marley & Hunter]   Dim 10 Nov - 15:43

En dirais que m’a question n’avait pas vraiment plus à Marley, à vrai dire je me doutais qu’elle réagirait comme ça, sur la défensive. Marley est vraiment une fille différente, elle n’a pas l’habitude d’être victime de plaisanterie, mais plutôt d’agression, en voulant plaisanter avec elle je me rendais compte que j’avais du travail avec elle pour la détendre et faire en sorte qu’elle est plus confiance en elle. C’était décidé Marley deviendrais ma Liz du Campus, je la protégerais comme je le faisais avec Liz lui apprendrait à vivre à faire confiance aux autres et toutes ces chose qui devrait être naturels chez un humain. Je la regardais attraper ces affaires comme une furie pour s’en aller, je fis un léger sourire avant d’allumer mon joint et de commencer à le fumer tout en attrapant mon sac afin de rejoindre Marley, mais à peine ayant détourné mon regard de la petite blonde deux minutes, je la vis alors au sol, inconsciente. Je la fixai un moment avant de me diriger vers elle rapidement et de la retourner afin de sentir sa respiration. Etait-ce le joint qui lui faisait cet effet ? Quel idiot, je n’aurais jamais dû lui donner ce truck.

Je l’a porta alors pour la poser sur une de mes épaules comme un sac à patate et pris nos deux sac avant de me diriger vers l’infirmerie. Je risquais surement de me faire attraper par le pion, mais je préférais l’emmener à l’infirmerie plutôt de risquer d’avoir un mort sur la conscience. L’infirmière, elle contrairement aux personnels de ce Campus est plutôt sympa, elle m’aime bien je crois, lorsque je fais semblant d’être malade, elle rentre souvent dans mon jeu et quand je la croise dans les couloirs, elle me lance des petits clins d’œil…..Je crois qu’elle-même vraiment bien d’ailleurs. Je me déplaçais discrètement dans les couloirs avec Marley et les deux sacs avec moi, je préférais éviter de croiser el pion ou la discrétion, car là j’allais vraiment prendre chère. Lorsque j’arrivai à l’infirmerie, l’infirmière m’accueilli comme d’habitude très chaleureusement, on plaça Marley sur un lit et l’infirmière l’analysa avant de préparer des sucres qu’elle prendrait à son réveil. Alors ce n’était pas le joint, mais plutôt un manque d’alimentation, de sucre plus précisément.

Je vins m’asseoir sur une chaise avant de regarder la jolie blonde endormi, l’infirmière, elle nettoyait ces matériaux et m’interrogeais sur le cursus que je suivais, je lui répondais tout en m’amusant à pincer les joues de la belle endormi. " Allez réveille toi la belle au bois dormant..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marley K.R Cameron
Deuxième année
avatar

Messages : 266
Points : 296
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 22
Localisation : Un squat pourri

MessageSujet: Re: Le beau et la bête. [Marley & Hunter]   Dim 10 Nov - 16:15

Le beau et la bête
Marley & Hunter

Jouir de la foule est un art. Baudelaire



Quand elle se réveilla, la jeune femme papillonna des cils. Elle ne savait pas où elle était et s'en fichait complètement. Elle se redressa rapidement.

« Mon sac ? Où est mon sac ! »

L'infirmière s'approcha d'elle et la força à se rallonger en lui disant que plus elle serait stressée et plus elle risquait de refaire un malaise. Elel lui dit aussi qu'il fallait qu'elle se détende, Hunter l'avait porté elle et son sac jusqu'ici et qu'elle avait dormi jusqu'à maintenant. La blonde se sentait tellement gênée qu'elle n'osa même pas regarder le garçon, comment pourrait elle le remercier un jour. C'est dingue, il venait de la rencontrer et elle était déjà un boulet accroché à sa cheville. Elle en eut les larmes aux yeux et s'en voulu. Ca n'aurait jamais du arriver, il n'était pas sa nounou après tout, Marley devait apprendre à se débrouiller seule.

« Je te remercie de m'avoir sauvé encore une fois mais je pense que ca sera la dernière. Cette journée était très sympa et je t'en remercie mais dorénavant j'éviterais que nos chemins se croisent à nouveau. Tu as une réputation à conserver et moi je ne tiens pas à en avoir. C'était cool, merci. »

Soupire à nouveau puis ferme les yeux avant de se rendormir une bonne demi heure. Elle se réveilla encore et cette fois elle se sentie beaucoup mieux. Elle se redressa et jeta un regard autour d'elle, il n'y avait personne. Elle appela l'infirmière qui arriva avec un sucre et quelque galettes. Elle lui demanda qu'est ce qu'elle avait mangé à midi et Marley lui répondit qu'elle n'avait pas mangé depuis le matin. L'infirmière lui dit que c'était irresponsable de sa part avec le gabarit qu'elle a. Quand on est maigre comme une crevette, rater un repas peut être dangereux. La jeune femme se mordilla la lèvre, ne voulant pas lui dire la vrai raison, elle lui dit simplement qu'elle se rattrapera ce soir ce qui était complètement faux.

Il n'était pas là, il était parti.. « Bien sûr qu'il était parti après ce qu'elle lui avait dit. C'est mieux comme ca ma petite, avec lui tu aurais plus souffert qu'autre chose, qu'est ce que tu croyais hein ? Peut être que si tu avais été pompom girl ou un truc du genre ca aurait pu marcher mais là tu ressembles à une lépreuse porteuse de la gale. » Décidément sa conscience était vraiment vache avec elle mais elle avait raison. Soit forte Marley, pleure un bon coup puis ensuite ressaisit toi, tu as dit toi même que pour l'instant tu n'avais pas le temps pour ce genre de bêtise et puis si ca se trouve tu retourneras à New York très vite et tout ceci sera de l'histoire ancienne ! Malgré tout ce qu'elle essayait de se dire pour se persuader, la jeune femme était profondément triste d'être ce qu'elle était, de ne pas pouvoir être avec lui pour rire et fumer. Marley se mit à courir dans les couloirs jusqu'à aller dans le coin le plus reculé de la fac, elle s'assit sur une marche d'escalier et se mit à pleurer toutes les larmes de son corps. Elle pleura longtemps et à chaude larme, totalement inconsolable. C'était mieux comme ca, elle le savait. Elle s'en remettrait car elle est force, enfin presque.
Code by AMIANTE

_________________


Marley Kennedy Rose Cameron


Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme, ce beau matin d'été si doux : Au détour d'un sentier une charogne infâme sur un lit semé de cailloux [...] Et pourtant vous serez semblable à cette ordure, à cette horrible infection [...] Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine qui vous mangera de baisers, que j'ai gardé la forme et l'essence divine de mes amours décomposés !
©MINNIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hunter E. White
Première année
avatar

Messages : 109
Points : 135
Date d'inscription : 30/10/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Le beau et la bête. [Marley & Hunter]   Dim 10 Nov - 17:11

J’attendais tranquillement que la mademoiselle se réveille, quand je l’a vu papillonner des cils. Je fus surpris de voir que la première chose qu’elle cherchait était son sac, qu’est ce qu’elle pouvait bien avoir de si important que ça dans ce sac ? L’infirmière arriva rapidement pour la calmer et lui expliquer que j’avais prit son sac avec moi. Marley réagissa bizarrement, elle me remercia avant de limite me dire qu’on ne se verrait plus ! Je ne comprenais pas sa logique des choses, moi je voulais l’aider, la protéger et elle, elle ne voulait plus me voir. D’un coup elle ferma les yeux et s’endormi je regardais alors l’infirmière ne comprenant pas la réaction de Marley. « C’est quoi son problème à cette fille ?! Je l’aide et de tous ce qu’elle trouve à me dire c’est que nous nous ne reverrons pas ? Alors là elle rêve, je vais la coller à partir d’aujourd’hui » L’infirmière ne put s’empêcher de rire après ma phrase, elle s’approcha de moi et m’embrassa sur la joue…c’était vraiment bizarre, mais bon elle est jolie alors ça ne me dérange pas, je me leva attrapant mon sac puis je la salua, je ne voulais pas non plus qu’elle me saute dessus, car je ne pourrais rien faire après...

Je sortie discrètement de l’université faisant attention de ne pas croiser le pion puis quitta le campus pour rejoindre la ville, il fallait que je m’achète un nouveau paquet de clope, le mien allait se bientôt se terminer, je rentrai dans un tabac avant d’acheter deux paquets puis me dirigea dans un magasin de sucrerie. Marley …je crois qu’elle aime bien les sucreries, ça se voit. Je regardais alors attentivement les bonbons qui pourrait lui plaire, ceux avec des formes marrantes et des couleurs originales aussi, je pris alors trois kilos de bonbon avant de payer et de finalement sortir du magasin en allumant une cigarette. Je marchais en direction du campus me demandant si elle s’était enfin réveillée et si elle allait mieux, je ne sais pas pourquoi je m’inquiétais pour elle, après tout ! Elle se permet de me juger, je me fiche bien d’être populaire ou pas ! Je ne suis pas du tout populaire, je suis plutôt le gars détesté que les gens trouvent étrange, mais préfère ne pas chercher noises, je devrais plutôt penser à l’explication que j'allais devoir donner à la proviseur...J’arrivais à destination en terminant ma cigarette avant de rentrer dans l’établissement discrètement, ce n’était pas encore les heures de pointe alors il n y avait pas grand monde dans les couloirs, je marchais en direction de l’infirmerie mes sucreries à la main, fière de moi quand j’entendis des pleures, je resta figé un moment.

J’y vais, J’y vais pas …Rhoo je suis déjà « l’ange gardien » d’une personne pas besoins de deux protégées…Je ne peux pas faire ça…Mais qu’est ce qui m’arrive aujourd’hui ?! J’ai une envie de protéger toutes les petites victimes de St Petersburg d’un coup, je m’avançai vers les escaliers d’où provenait les pleures avant de voir Marley, je la fixai un moment avant de m’asseoir à côté d’elle et de l’embrasser sur la joue. « Tu m’expliques pourquoi tu pleures petite gamine ? » je lui déposa les bonbons sur les genoux avant de lui caresser les cheveux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marley K.R Cameron
Deuxième année
avatar

Messages : 266
Points : 296
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 22
Localisation : Un squat pourri

MessageSujet: Re: Le beau et la bête. [Marley & Hunter]   Dim 10 Nov - 20:00

Le beau et la bête
Marley & Hunter

Jouir de la foule est un art. Baudelaire



La jeune femme était toujours en train de pleurer, c'est con car c'était elle qui avait provoqué tout ca mais qu'est ce que vous auriez fait à sa place si un garçon super canon vous suivez à la trace mais que vous devez lui dire de vous laisser tranquille sinon tout le reste de l'école risque de vous le faire payer. Soyons honnêtes, toutes les filles de l'école doivent être amoureuses de lui et Marley n'avait pas envie d'être une de plus dans liste ni d'être une concurrente pour toutes les autres car elle ne saurait pas faire le poids face à elles. Ces harpies seraient sans doute capable de lui aracher les yeux parce qu'elle reste avec Hunter et elle n'avait vraiment pas besoin de ca. En plus, avec son père ca allait mal en ce moment, ils n'arrêtaient pas de se disputer et elle avait peur qu'il retombe dans l'alcool et la violence s'il ne retrouvait pas très vite un travail. Elle devait aider son père et tout ce qu'elle avait fait pour l'instant c'était sécher les cours et batifoler avec un inconnu. Alors je pense qu'elle a le droit de pleurer un bon coup.

Sans s'y attendre, quelque chose attérit sur ses genoux et elle sursauta. Quand elle leva les yeux le beau brun était de retour, assit à coté d'elle, lui embrassant la joue et lui caressant les cheveux. C'était bon de sentir sa présence. Elle fondit en larme une nouvelle fois mais cette fois dans ses bras, elle pleura longtemps comme pour faire évacuer la bêtise de son corps.

 « Parce que je suis une idiote ! »

Elle était comme une fontaine que rien arrête. Tout se chamboulait dans sa tête, en fait c'est très dur d'être une fille mais ca personne ne le comprends. Vous voyez pas le rapport ? Bhein elle non plus mais c'était la première chose à laquelle elle venait de penser, elle se demandait comment serait le monde si les hommes pouvaient lire dans l'esprit des femmes. Moi je sais comment il serait, bien plus simple, les hommes sauraient ainsi exactement quoi dire et quoi faire pour leur plaire, il saurait que si une femme se regarde longuement dans le miroir c'est pour avoir un compliment qui la fasse se sentir moins grosse et que si elle dit qu'elle ne veut pas en parler c'est parce qu'ils n'ont pas poser les bonnes questions. Enfin bref, ils seraient plus intelligent quoi. Pourtant lui là, cette andouille de pop star à la gomme, avait l'air de savoir lir dans son esprit, il comprenait tout sur tout -les trois quart du temps- sans même qu'elle ait besoin de le formuler, elle donnerait tout pour avoir le même à New-York, un espèce de gros doudou grandeur nature qui ne serait qu'à elle. Soupire. Mais elle arrivait trop tard.

« Comment tu sais que j'aime les bonbons ? »

C'est vrai ca, comment il le savait ?! La jeune femme tenta de sécher ses larmes mais c'était sans espoir, quoi qu'elle fasse elle était moche alors bon autant rester comme ca. Sans pouvoir s'en empêcher, gourmandise quand tu nous tiens, elle plongea sa main dans le sachet et en sortie des bonbons acidulé qu'elle mit dans sa bouche. Elle fit une drôle de grimace avant de lui sourire. Au moins il lui remontait le moral.

« Pourquoi tu fais ca ? T'as pas l'air du genre de gars qui porte toujours secours à son prochain alors pourquoi tu le fais avec moi ? Parce que j'ai eu de la chance d'être tombée sur un jour où tu étais de bonne humeur ? Ou est ce que tu fais ca pour pouvoir mieux te moquer de moi après ? »

Marley lui lança un regard plein de détresse, elle avait les yeux qui se remplissait à nouveau de larmes, il avait intérêt à bien choisir ses mots sinon elle jure de se remettre à pleurer ! En tout cas, si elle pleurait, ca serait pour quelque chose...

« Qu'est ce que vous fichez ici ? Vous devriez être en cours ! Mais... *Il jeta un œil à Marley en pleure* White cette fois ton compte est bon, qu'est ce que tu lui as fait à la gamine hein ? Répond ! »

...Le surveillant était sortit de nul part. Il prit Hunter par le bras et le força à se lever, il le secoua vigoureusement tout en lui gueulant à la figure. La jeune femme était morte de peur, depuis qu'elle voyait son père battre sa mère elle avait une peur bleu de la violence car elle a toujours eu peur que quelqu'un la frappe à mort. Mais il fallait qu'elle fasse quelque chose, elle ne pouvait pas le laisser comme ca après tout ce qu'il avait fait. « Aller cocote, t'es forte ou pas ? C'est le moment de le montrer, tu peux le faire ! » sa conscience avait raison, debout maintenant. Marley fronça les sourcils, mit les bonbons dans son sac, mit son sac sur son épaule et s'interposa entre le pion et Hunter.

« Lève tes sales pattes, gros porc ! »

Elle lui mit une gifle qui résonna dans tout le couloir, le pion en fut tellement surpris qu'il lâcha Hunter sur le coup mais tout de suite après ca, le courage était retombé et Marley resta figée devant la montagne qui lui servait de surveillant. Finalement c'était très dur d'être courageuse !
Code by AMIANTE

_________________


Marley Kennedy Rose Cameron


Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme, ce beau matin d'été si doux : Au détour d'un sentier une charogne infâme sur un lit semé de cailloux [...] Et pourtant vous serez semblable à cette ordure, à cette horrible infection [...] Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine qui vous mangera de baisers, que j'ai gardé la forme et l'essence divine de mes amours décomposés !
©MINNIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hunter E. White
Première année
avatar

Messages : 109
Points : 135
Date d'inscription : 30/10/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Le beau et la bête. [Marley & Hunter]   Dim 10 Nov - 23:47

Marley se mit alors à pleurer dans mes bras. Elle est toute mignonne lorsqu’elle pleure, je ne sais pas vraiment ce qui se passait dans sa tête, mais elle avait vraiment l’air mal, très mal. Je la laissais alors pleurer tout en regardant son jolie petit visage rempli de larmes, ces yeux avaient changés de couleur, il était maintenant tout gris et brillait comme pas possible, j’avais l’impression de voir un manga devant moi, vous savez les personnages dedans sont toujours avec de grand yeux qui brille à chacun de leur sentiment ressentit et elle, et bien c’est exactement ça sauf que là, elle pleure. Je lui caressais les cheveux en attendant qu’elle s’arrête de pleurer, j’ai beaucoup de patience aujourd’hui, je n’aime pas vraiment les gens qui pleure, je n’aime pas non plus réconforter les gens ce n’est pas du tout mon style, je suis plutôt le gars qui les rabaisses, c’est vraiment bizarre ce qui m’arrive aujourd’hui, je crois que c’est cette fille qui me fait ça…J’espère, je n’ai pas envie de devenir le gentil gars à qui tout le monde vient confier sa détresse, je ne suis pas vraiment fais pour tout ça…Je préfère rester l’enfoirée que je suis.

D’un coup je sentis Marley se calmer un peu et fouiller dans le paquet de bonbon, je savais qu’elle aimait ça ! Ca se voit à mille kilomètres. Elle me fait penser à une petite fille, lorsque tu l’as voit, tu as envie de la protéger de la prendre dans tes bras de la rassurer, de…Wow ! Hunter stop toi net là ! Tu commence vraiment à partir en vrille ! C’est quoi ça ? En dirais un vieux romantique qui écrit un poème sur une fille ! Cette fille est mignonne certes ! Mais c’est seulement ça, pas la peine de déblatérer sur sa beauté ou sur sa fragilité touchante. Après avoir mangé un des bonbons, Marley me demanda alors pourquoi je l’avais aidé, c’est la question que je me posais depuis le début de notre rencontre à vrai dire, sur ce point elle avait raison, je ne suis pas du tout le genre de gars à voler au secours des autres  c’est plutôt moi qui crée les problèmes, mais son cas m’a comment dire…touché ? Ouai ça doit être ça, je suis attaché à elle maintenant. Je la regardai alors dans les yeux en faisant un léger sourire quand une voix répugnante se fit entendre.
Je leva les yeux et vu mon petit bacon sur patte préféré…Toujours aussi laid  lui et sa tenue bleu nuit ainsi que sa casquette décoré par des taches d’huile, parfois je me demande si c’est un surveillant ou un garagiste et comment  la proviseur à pu engager un homme qui représente aussi mal l’image de cette établissement …Quoi que lorsque l’on regarde bien les élèves de St Petersburg, ils ne sont pas si clean à l’intérieur qu’à  l’extérieur, lorsqu’il  vit Marley avec les larmes aux yeux, il ne chercha pas à comprendre et m’attrapa violemment par le bras essayant de me lever ! Il venait de réveiller la bête qui était en moi, je sentais mon adrénaline augmenter au fur et à mesure qu’il me secouait, il m’était arrivé une fois de me montrer violent avec lui après qu’il m’est poussé à bout, mais la proviseur avait pu arrêter la bagarre avant que cela ne dégénère, en dirais qu’il n’avait pas vraiment compris la leçon.

Je me préparais à lui envoyer un point tellement fort qu’il ne s’en relèverait surement pas quand Marley s’interposa entre nous deux avant d’insulter ce type et de lui envoyer une gifle. Je fus complètement surpris et choqué surtout, le visage du pion changea complètement, il devait se demander pourquoi une fille comme elle ayant l’apparence d’un ange pouvait défendre le fils de Satan suite au choque il avait même lâché directement mon bras, je vus son visage grisé par l’alcool devenir tout rose comme un petit cochon, il s’approcha alors de Marley lui attrapant le bras et le lui serrant avant de commencer à l’insulter de tous les noms, le bacon sur patte venait de perdre son sang froid ! Je m’interposa et attira alors le pion vers moi le forçant à lâcher Marley avant de lui envoyer un coup violent dans les parties génitales et de continuer à frapper celui-ci encore au sol, je me baissa alors à sa hauteur avant de l’attraper par son col. «  Plus jamais ! Plus jamais tu lui manques de respect ! Tu m’entends !?! Et contente toi de la fermer sur cette épisode si tu ne veux pas être renvoyé par ce que tu viens de faire ! Porc répugnant » Je lui envoya deux droites avant de lui mettre un coup de tête et de me relever, ce type m’avait mis hors de moi, je n’arrivais plus à me contrôler, je frappa le mur avec mon point avant de sortir du bâtiment, je venais de prendre un coup de chaud, mon souffle s’était accéléré et la rage m’avait envahit. Je marchais me dirigeant le plus loin de l’entrée avant d’envoyer un coup de pied dans une poubelle et de reprendre mon calme petit à petit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marley K.R Cameron
Deuxième année
avatar

Messages : 266
Points : 296
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 22
Localisation : Un squat pourri

MessageSujet: Re: Le beau et la bête. [Marley & Hunter]   Lun 11 Nov - 10:32

Le beau et la bête
Marley & Hunter

Jouir de la foule est un art. Baudelaire



Bon on est d'accord le courage ca s'apprend, finalement Marley n'était pas encore prête pour ca hein. Elle était morte de peur face à l'affrontement qu'il y avait sous ses yeux. Le pion mourrait d'envie de mettre une bonne droite à ce merdeux d'élève et Hunter lui, il savait qu'il allait le cogner tellement fort qu'on aurait enfin su si c'est du gras ou du sang qui sort de son corps. Marley aussi savait qu'il était capable de bien l'amocher et elle ne voulait pas voir ca. Pas de violence pitié, elle déteste ca.

« Hunter arrête ! Arrête tu lui fais mal ! »

A voir la tête du pion il était prêt à accepter n'importe quoi du moment qu'il voulait bien le lâcher. Il commençait à saigner du nez et Marley en eut les larmes aux yeux, pas de violence ! Elle se boucha les oreilles en pleurant elle ne voulait plus entendre ca puis elle s'éloigna des deux hommes. Qu'est ce qu'elle pouvait bien faire de toute façon, le pauvre surveillant saignait tellement que la blonde en eut envie de vomir. Puis son bad boy préféré s'en alla, il était furieux il arrêtait pas de balancer des coup de poing et de pied à tue-tête. La jeune voulu s'en aller par un chemin opposé et le laisser tranquille, après tout elle ne pouvait rien faire pour lui il était trop violent.

Elle commença à marcher quand sa conscience l'arrêta « Tu vas où là ? Tu ne peux pas le laisser comme ca, s'il tombe sur un prof ou pire sur la directrice il serait capable de la frapper aussi pour se défouler ! Oui mais s'il décide de le faire ce n'est pas moi avec mes petits bras qui vais réussir à l'empêcher ! Veille au moins à ce qu'il ne se fasse pas de mal à lui même. » la jeune femme soupira et couru à la poursuite de son ange gardien. Les rôles s'étaient inversés, maintenant c'était lui qui avait besoin d'elle et elle ne comptait pas l'abandonner comme ca. Une fois à hauteur de Hunter, elle lui caressa l'épaule mais le garçon se retourna violemment vers elle ce qui eut pour effet de la faire sursauter et tomber. Son sac fut propulsé plus loin et Marley regarda le jeune homme un instant, de la peur naissant au fond de ses magnifiques prunelles grises.

C'est à quatre patte, position aguichante, que la jeune femme alla chercher son sac avant de le coller contre elle et elle même se coller contre les casiers du couloir.

« Ne...Ne...Ne me frappe pas... »

Elle avait tellement peur qu'elle se remit à pleurer et à trembler, elle enfouit son visage dans son sac pour ne pas voir le moment où un coup de poing s'abattrait sur son joli visage. Marley tremblait tellement que tout les casiers remuèrent en même temps.
Code by AMIANTE

_________________


Marley Kennedy Rose Cameron


Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme, ce beau matin d'été si doux : Au détour d'un sentier une charogne infâme sur un lit semé de cailloux [...] Et pourtant vous serez semblable à cette ordure, à cette horrible infection [...] Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine qui vous mangera de baisers, que j'ai gardé la forme et l'essence divine de mes amours décomposés !
©MINNIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hunter E. White
Première année
avatar

Messages : 109
Points : 135
Date d'inscription : 30/10/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Le beau et la bête. [Marley & Hunter]   Lun 11 Nov - 11:27

Je voulais me calmer sincèrement lorsque je me trouve dans cet état je peux devenir fou et faire des choses que je regrette ensuite, je posais ma main sur mon front essayant de calmer mes nerfs tout s’échauffait à l’intérieur, je commençais même à me demander si j’allais réussir à me calmer, il fallait que je fasse quelque chose là maintenant ou j’allais devenir fou. Je me mis alors à envoyer des coups partout et sur n’importe quoi, j’ai déjà eu beaucoup de problème à cause de ma violence de mon manque de contrôle de moi-même, mais c’est comme ça que je suis, mes années passé dans la rue m’ont forgé, elles m’ont initiés à la violence, lorsque l’on vit dans la rue, la violence est notre principal arme de défense. Tu ne sais pas te battre ? Tu n’aime pas la violence ? Alors bonne chance, car ta vie va devenir un véritable enfer ! Au début tout se passera plutôt bien, certes tu seras dans la rue, mais tu parviendras à te trouver de la nourriture et quand même tout les autres SDF verrons que tu t’en sors mieux qu’eux, ils s’attaqueront à toi essayant de te soutirer le peu d’argent que tu as et la nourriture et ils n’utiliseront pas les mots…Moi je n’ai pas été stupide, je me suis directement intégré à un clan qui m’a appris ce qu’est la vie, certes j’ai reçu des coups pour apprendre, mais ils ont fait de moi ce que je suis et je leur en serait reconnaissant jusqu’à la fin de ma vie.

Je reprenais doucement mon souffle même mon cerveau avait du mal à faire l’impasse sur ce qui venait de se passer, j’avais besoins d’aide en réalité, car je sentais que je commençais à partir très mal à l’intérieur comme si, comme si...J’étais possédé…Oui je sais c’est bizarre, mais lorsque je m’énerve violemment et bien c’est toujours l’effet que ça me fait, je n’ai plus du tout le contrôle de moi et tous ceux qui se trouve devant risque de prendre chère, je voulus sortir une cigarette de ma veste pour essayer de me détendre, mais je n y arrivais même pas ! Mes mains tremblaient, je voulais cogner quelque chose et très rapidement, d’un coup je sentis quelques choses me caresser l’épaule, je ne pus m’empêcher de me retourner rapidement en espérant que c’était ce gros porc qui voulait que je lui offre une nouvelle correction ! Mais en me retournant je vu Marley, elle m’avait surement suivit jusqu’à là en quelques secondes, la jolie demoiselle se retrouva alors au sol à quatre pattes attrapant son sac avant de le serrer contre elle et de demander « grâce » à Hunter ! D’un coup la jolie blonde se mit à pleurer tout en tremblant, je repris alors mon calme voyant la jeune tremblant devant moi et me baissa alors à sa hauteur avant de lui caresser la joue. « Calme toi Marley, je ne te ferais pas de mal » Je m’en voulais de lui avoir fait peur, elle ne devait pas vraiment apprécier la violence, je l’aidai à se relever avant de lui porter son sac puis de l’emmener au toit du campus.

C’est là bas que je me retrouve lorsque je veux être seul, peu de personne vienne là-bas, même personnes, la plupart des élèves savent que j y suis et il préfère m’éviter, arriver là haut je déposai son sac au sol ainsi que le mien et m’assis en m’adossant à un bord du toit avant de sortir une cigarette et de l’allumer. « Excuse moi Marley, je suis désolé que tu m’es vu comme ça… » Je m’allongeai posant ma tête sur ces genoux tout en continuant de fumer. Cette fille a un don, réussir à me calmer alors que je suis en pleine crise, c’est fort, je crois que c’est le faite qu’elle soit aussi douce qui me calme, comment peut-on se mettre en colère contre une fille comme ça ? Elle vous regarde avec ces grands yeux bleus et vous vous devenez un imbécile qui a de la compassion pour les gens. Je soupirai légèrement avant d’attraper une de ces mains et de la déposer sur mon front…Ca me protège du soleil.

_________________
You can all go to hell:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marley K.R Cameron
Deuxième année
avatar

Messages : 266
Points : 296
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 22
Localisation : Un squat pourri

MessageSujet: Re: Le beau et la bête. [Marley & Hunter]   Lun 11 Nov - 12:28

Le beau et la bête
Marley & Hunter

Jouir de la foule est un art. Baudelaire



Le fait que Marley ait eu peur de lui l'avait refridit direct. Comme s'il ne supportait pas l'idée que la blonde le craigne. Il s'était approché de lui et la blonde en pleura davantage, si elle avait pu elle lui aurait balancer des trucs pour le faire reculer, comme dans les films de peur sauf que voilà, elle n'avait rien et lui était déjà agenouillé en face d'elle train de lui caresser le visage. La jeune femme repoussa sa main.

« Ne me touche pas ! »

Elle en pleurait encore à grosse goutte quand il l'aida à se relever, prit son sac et l’entraîna sur le toit de la fac. Est ce qu'il allait se débarrasser d'elle parce qu'elle lui avait crier dessus ? Marley voyait sa vie défiler devant ses yeux, il n'allait tout de même pas la balancer par dessus bord, ce n'était pas possible. Pour un peu la jeune femme se serait évanouit mais non, son corps voulait qu'elle reste bien consciente de tout.

« Qu'est ce que tu vas faire ?! »

Elle essaya de dégager le bras du garçon mais sans succès, puis quand ils furent arrivés à destination, il jeta son sac au sol et la lâcha avant de sortir une cigarette qu'il fuma sur le bord du toit. Marley alla le rejoindre, non pas parce qu'elle était complètement maso mais parce qu'il s'en voulait vraiment et que ca se voyait... Il avait l'air dévasté, comme s'il n'avait plus été maître de lui même et qu'il n'aimait pas être comme ca en sa présence. Marley n'aimait pas la violence car les gars des rues pensent que c'est comme ca qu'on devient un homme et que ca règle tout les problèmes mais c'est faux ! Utiliser ses poing pour aider une demoiselle en détresse ok mais simplement pour enseigner la peur et la crainte ca c'est nul. Elle ne voudrait jamais être l'amie d'un garçon qui pense que pour avoir des couilles il doit utiliser ses muscles plutôt que sa tête.

« Ce...Ce n'est pas grave...Je pense que je suis là pour te faire changer, pour que tu puises apprendre à garder le contrôle de toi même. Je suis douée pour ca. »

Elle tenta de sourire même si quelques larmes trônaient encore dans ses yeux, elle s'approcha de lui à tatillon, vous dire que la peur était partie, non. Elle était toujours là, Marley avait encore le visage rouge de colère de Hunter dans la tête, elle voyait ses veines sortir et à la limite d'exploser, elle voyait son poing s'abattre sur le visage du pion, elle n'oublierait jamais le regard et la façon qu'il a eut de la renverser dans le couloir.

Une fois assise sur le rebord du toit, le garçon vint poser sa tête sur ses genoux et la jeune femme en rougit. C'était bien la première fois qu'un garçon faisait ca, encore plus quand il venait de la rencontrer. Puis se croyant tout permis, il prit sa main et la posa sur son front. Marley arqua un sourcil face à ce comportement avant d'être attendrit. En fait il n'est qu'un enfant rebelle qui par moment a également besoin d'affection. Elle garda donc sa main sur son front puis avec l'autre elle lui caressa le visage tendrement. Comment rester fâché contre lui ?

« Hunter... Si je n'avais pas été aussi cruche....Si j'avais été normale, est ce que...Enfin...Est qu'on serait quand même assit ici ou notre relation se serait fini dans la coure quand j'aurais accepté de t'embrasser ? »

Ouais bon la question qui tombe un peu comme un poil dans la soupe mais en gros elle voulait savoir si, si elle avait été une fille normal portant des jean à sa taille et des t-shirt tellement serré que sa poitrine en aurait explosé, est qu'il serait quand même venu lui parler pour autre chose que la culbuter dans les toilettes ? C'est le genre de question qui fait souffrir je sais, mais nous les filles ont adore se faire du mal.

Après ce petit débat, la jeune femme se dit qu'il était peut être temps de détendre l'atmosphère, elle n'avait pas séché les cours pour pleurer toute la journée après tout. Elle sauta sur ses pieds et s'éloigna un peu de lui.

« On joue à cache-cache et c'est toi qui compte ! »

Rien dans sa phrase ne laissait penser que nous avions à faire à une question. Bien au contraire c'était un ordre et la jeune femme était déjà partie se cacher. Ce qu'il y avait de bien sur le toit c'était qu'il y avait plein de gros bloc de ventilation qui se trouvaient être des cachettes parfaite. Marley était déjà cachée et attendait son héros, peut être qu'à force de rester avec elle il retrouverait un peu son âme d'enfant.
Code by AMIANTE

_________________


Marley Kennedy Rose Cameron


Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme, ce beau matin d'été si doux : Au détour d'un sentier une charogne infâme sur un lit semé de cailloux [...] Et pourtant vous serez semblable à cette ordure, à cette horrible infection [...] Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine qui vous mangera de baisers, que j'ai gardé la forme et l'essence divine de mes amours décomposés !
©MINNIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hunter E. White
Première année
avatar

Messages : 109
Points : 135
Date d'inscription : 30/10/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Le beau et la bête. [Marley & Hunter]   Jeu 14 Nov - 13:38

Lorsque Marley se mit à caresser mon visage et bien je me sentis vraiment mieux, elle me donnait l’affection que je n’avais jamais vraiment eu, je veux dire que j’ai souvent des petites intentions de la part de filles, mais pas « ce » genre d’intentions. Moi aussi j’aurais voulu connaître ce qu’est l’amour d’une mère, elle vient vous bordez la nuit, vous racontez une histoire et vous caressez le visage afin de vous apaisez lorsque vous êtes tristes ou en colère. Ma mère n’était pas comme ça elle, elle passait son temps à essayer de trouver l’homme qui remplacerait mon père, elle n’était pas vraiment affective que ce soit avec moi ou avec papa lorsqu’ils étaient ensemble , j’étais jeune, mais je voyais bien que mon père faisait tout pour faire plaisir à ma mère, souvent lorsqu’il rentrait du travail il lui apportait des fleurs, lui offrait des petits massages alors que c’était lui qui en avait le plus besoin bref plein de petites choses qui satisferait une femme étant à peu près normale, mais cette folle ne nous a jamais aimée, moi et papa, la mort de mon père ne l’a pas plus chagrinée que ça, enfin si parce qu’elle n’avait plus personnes pour l’engrosser…

Je fumais ma cigarette tout en laissant les mains douces et apaisantes de Marley me caresser, quand elle me posa une question assez étrange, il faut dire que j’étais assez intrigué par cette question. Pourquoi veut-elle savoir cela ? Qu’est ce que ça peut bien lui faire puisque qu’elle n’est pas « normale »…Si pour elle être normale est de ressembler à la moitié des filles de ce campus, mais c’est vrai que ça question d’un côté n’est pas du tout stupide, je ne sais pas vraiment comment se serait passé les choses si elle avait été moins « cruche » ! Si nous nous sommes rencontrés et bien c’est parce que sa maladresse a fait que nous nous sommes rentrés dedans et que je n’ai pas vraiment apprécié que les autres imbéciles de St Petersburg se foutent d’elle, tout simplement, je pense que la question devrait-être : « Si je ne t’avais pas foncée dessus, penses-tu que nous serions ensemble là maintenant ? » mais il y’avait aussi sa question par rapport au baisé, si elle m’avait embrasser que ce serait-il passé ? Et bien sincèrement je pense qu’après ce baisé je ne lui aurais plus adressé la parole jugeant qu’elle est bien trop facile…Je ne sais pas.

Je réfléchissais sur ces questions assez complexes quand Marley se leva sautant sur ces pieds en s’éloignant de moi avant de me crier que l’on jouerait à cache-cache, je me redressa alors regardant vers elle, mais elle courait déjà s’éloignant le plus vite possible de moi, on peut dire qu’elle ne m’avait pas vraiment demandé mon avis, il fallait maintenant que je m’amuse à chercher boucle d’or cachée sur le toit. Je me levai alors doucement terminant ma cigarette avant de m’étirer légèrement et de partir à la recherche de mademoiselle. Sur un toit…Ce n’est pas compliqué, il faudrait être stupide pour ne pas comprendre, c’est logique avec la corpulence qu’elle a, elle a surement du se cacher dans un bloc de ventilation ! Je me mis alors à regarder dans tout les blocs qui se présentait devant moi…Je n’arrive pas à y croire, moi Hunter Eden White, je suis en train de jouer à cache-cache sur le toit du campus avec une fille alors que je pourrais y faire autre chose avec une fille…Je marchais tout en étant attentive à tout ce qui se trouvait sur le toit quand je vu une sorte de poil blond sortir d’un des blocs de ventilations…C’était soit un chat, soit Marley..Je m’approchai doucement et surtout discrètement avant me pointer devant le bloc.

« Trouvée !!! »

Je fis une sorte de sourire avant de la sortir de là et de lui ébouriffer les cheveux.

« Tu crois vraiment que je n’allais pas te trouver ? Il n’ya que ça sur le toit c’était obligé que tu te cache là …..Tu me fais vraiment jouer à des jeux stupides quand même » Je fis un léger sourire avant de m’asseoir sur un des blocs et de regarder un peu se qui se trouvait en bas…

_________________
You can all go to hell:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marley K.R Cameron
Deuxième année
avatar

Messages : 266
Points : 296
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 22
Localisation : Un squat pourri

MessageSujet: Re: Le beau et la bête. [Marley & Hunter]   Jeu 14 Nov - 18:06

Le beau et la bête
Marley & Hunter

Jouir de la foule est un art. Baudelaire



De toute évidence, la question avait fait l'effet d'une bombe auprès d'Hunter car il ne trouvait rien à dire à ca. La jeune femme n'en fut pas surprise, qu'est ce qu'il aurait bien pu dire ? La vérité, non ca lui aurait trop fait de peine, mentir, elle n'aurait plus eu confiance en lui. Alors mieux vaut le mensonge par omission et rester silencieux face à ca faisant comme si le silence était un oui camouflé. Sans plus attendre, la blonde s'était levée pour aller jouer à cache-cache, au moins ca pouvait lui changer les idées et lui faire retrouver la joie de vivre de son enfance. Mais le grand gaillard n'avait pas l'air de cet avis. De toute évidence ce n'était pas son jeu préféré, ou alors il n'y a que très rarement jé dans son enfance. Marley se souvient qu'avec ses parents elle y jouait souvent à Central Park, même que son père réussissait toujours à la trouver peu importe les cachettes qu'elle prenait, quand elle lui demandait si il trichait, il répondait simplement : « Je suis ton père, je serais toujours là pour toi, pour te venir en aide alors il est normal que je sache où se cache ma petite princesse. » C'était le bon temps, quand ils formaient vraiment une famille, qu'ils étaient heureux et riche, qu'ils n'avaient besoin de rien et de personne, que la vie étaient sans cesse une aventure qu'ils vivaient à trois. Sa mère voulait même avoir un autre enfant avant que son père ne perde son emploie mais finalement elle se dit qu'une bouche à nourrir serait largement suffisant.

Alors qu'elle attendait sagement que son bad boy préféré la trouve, la jeune réfléchissait à son passé, elle laissait les souvenir lui envahir la tête. Mon dieu, qu'est ce qu'elle aimerait venir à cette époque. Mais avant même qu'elle puisse y penser d'avantage, elle entendit une voix devant sa cachette, il était vraiment trop fort ! Quand il réussit à la faire sortir, elle se jetta à son cou et le câlina. Marley ne savait encore l'effet positif qu'elle avait sur lui mais elle savait l'effet que lui avait sur elle, il la rendait heureuse, différente, importante. C'était bon, c'était comme si elle se sentait plus vivante.

« Oh mais ce jeu n'est pas stupide, aucun n'est stupide, rien n'est stupide en fait sauf les gens qui pensent que quelque chose est stupide alors j'ai le regret de t'apprendre que tu es stupide mon pauvre Hunter »

La jeune femme se détacha de lui, lui tira la langue et se mit à courir, sauter et trottiner sur le toit, tournant sur elle-même ou dansant quelque pas de danse classique. Elle était de meilleure humeur et aurait bien envie de fêter ca autour d'une glace. Il devait lui rester deux dollars en poche et devait tenir la semaine avec... Hum... La jeune femme regarda Hunter, elle pouvait bien se faire ce petit plaisir.

« Dit, tu veux pas qu'on aille au centre commercial se manger une glace ? Tu pourras me faire visiter la ville, je dois dire qu'à part la plage et la fac je ne connais pas beaucoup d'endroit. »

Elle se mordit la lèvre. Il était tout à fait en droit de lui dire non et si c'était le cas, leur journée serait fini et ils partiront chacun de leur coté, tout se finirait comme un beau rêve. Marley n'était pas encore prête. Elle afficha une mine triste rien que d'y penser, ses grands yeux bleus devinrent gris de tristesse.
Code by AMIANTE

_________________


Marley Kennedy Rose Cameron


Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme, ce beau matin d'été si doux : Au détour d'un sentier une charogne infâme sur un lit semé de cailloux [...] Et pourtant vous serez semblable à cette ordure, à cette horrible infection [...] Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine qui vous mangera de baisers, que j'ai gardé la forme et l'essence divine de mes amours décomposés !
©MINNIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le beau et la bête. [Marley & Hunter]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le beau et la bête. [Marley & Hunter]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» TEMOIGNAGE D'UN BEAU-CORPS DEVENU ADVENTISTE !
» LE PROFILE D'1 BEAU- CORPS LAVALASSIEN DE PETIT-GOAVE..
» Décès d’Ernst Bennett, ex-beau-père de Jean-Claude Duvalier
» Oh le beau Toutou!
» Peindre un beau Visage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pensionnat :: Nord :: L'Accueil-
Sauter vers: