Bienvenue dans l'université de St Petersburg en Floride! Inscrivez-vous faites évoluer votre personnage mais n'oubliez pas de lire le règlement et de vérifier si le perso que vous souhaitez interprétez est prit ou bien si c'est un scénario!
Amusez vous bien!



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ce qui est fait est fait. [Marley & Hunter]

Aller en bas 
AuteurMessage
Marley K.R Cameron
Deuxième année
avatar

Messages : 266
Points : 296
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 22
Localisation : Un squat pourri

MessageSujet: Ce qui est fait est fait. [Marley & Hunter]   Mar 10 Déc - 18:16

Ce qui est fait, est fait.
Marley & Hunter

La violence engendre la violence.



Cette nuit Marley avait mal dormi, comme à chaque fois depuis une semaine. Depuis ce jour où elle avait rencontré Hunter et que leur rencontre avait tourné au drame et fini à l'hôpital. A cette hôpital elle avait vécu un vrai cauchemar, le type qu'elle avait prit pour un héros n'arrêtait pas de lui faire des attouchements et elle ne pouvait rien faire, elle était trop faible pour hurler ou pour se débattre, heureusement il s'est vite lassé et il est parti... Pour en revenir à Hunter, elle ne lui avait plus parlé depuis et l'évitait comme la peste, pourtant il était sans arrêt dans sa tête et il la poursuivait jusque dans ses rêves.
Alors qu'elle broyait du noir assise à la table de sa cuisine, la jeune femme finit par regarder l'heure et se leva subitement. Son père allait arriver, il avait fini par accepter le travail d'éboueur pour la ville et avait des horaires de nuit, généralement il revenait quand elle se réveillait et quand elle rentrait le soir il n'était plus là. Autant dire qu'ils ne se voyaient jamais. Marley lui faisait toujours son petit déjeuné car il était très fatigué et n'avait jamais le moral de le faire. C'était devenu son petit rituel, elle lui faisait une bonne tisane pour dormir et des œufs et du bacon.
Elle revint ensuite s'asseoir à table quand son père entra, elle bu son chocolat au lait et attendit. En entrant il lui embrassa le front et la remercia pour le repas avant de s'asseoir à coté d'elle.

« Alors princesse, tout va bien ? J'ai remarqué que tu n'étais pas dans ton assiette depuis quelque jours. C'est...C'est à cause d'un garçon ? Parce que si c'est le cas tu sais très bien ce que j'en pense Marley, tu es bien trop jeune. »

La jeune femme bu encore une gorgée de son chocolat, cette conversation était inutile et elle le savait car son père ne voulait jamais rien entendre. Cependant c'était plus fort qu'elle, bien qu'elle savait que lui répondre n'allait rien changer, elle n'arrivait pas à faire autrement.

« Papa... J'ai 19 ans... »

Son père ne répondit pas comme d'habitude, il se contenta d'ignorer le sujet et de manger. C'est à ce moment là que Marley se dit que la conversation aurait du être finie mais malheureusement elle avait hérité de la détermination de sa mère.

« En plus, tu avais mon âge quand tu as rencontré maman... »

Son père tapa du poing sur la table de colère, il devint rapidement tout rouge. En tant qu'ancien alcoolique et homme violent, le père de la blonde avait du mal à se contrôler même après un stage chez les AA et chez le thérapeute pour neutraliser ses émotions.

« Marley, tu sais qu'on ne doit pas parler de ta mère. »
La jeune femme posa son bol et regarda son père.

« Pourquoi ? Pourquoi tu ne veux jamais qu'on parle de maman ! »

« Parce qu'à chaque fois on en parle tu ne te gêne pour me rappeler ce que je lui ai infligé sans écouter que je le regrette. »

Marley se leva subitement et fit face à son père, elle aussi rouge de colère. Elle détestait son père quand il se comportait comme ca...

« Oh c'est bizarre parce que tu n'avais pas l'air de regretter quand tu rentrais complètement bourré et que tu te jetais sur elle pour la ruer de coup avant de la violer ! »

John Cameron sentit la colère monter et la gifle vola d'elle-même. Sa main s’abattit contre sa joue ce qui renversa sa fille. Marley eu les larmes aux yeux, elle renversa son bol au sol et couru dans sa chambre prendre son sac pour aller à l'école.

« Tu sais quoi, t'es qu'un taré ! Et t'inquiète pas, jamais je me mettrais avec un gars au risque qu'il soit aussi taré et violent que toi ! »

Puis elle ouvrit la porte de la maison en lui disant de ne pas l'attendre ce soir car elle ne rentrerait pas puis elle s'en alla mais elle entendit quand même son père crier.

« Marley Kennedy Rose Cameron, tu as intérêt à revenir ce soir ou je te jure que tu t'en souviendras ! »

Oh oh, quand ses parents utilisaient son nom en entier c'est que tout ca ne présageait rien de bon. Elle allait le payer cher mais elle s'en fichait, là tout ce qu'elle avait envie de faire c'était de se retourner le cerveau pour oublier tout ce qu'elle venait de vivre. Elle détestait les hommes violents ! La blonde savait exactement où elle devait aller pour se sentir bien.

« Hey ! Marley, vient ma belle...Wouah ! Qui c'est qui t'as fait ca ? »

La jeune femme se laissa enlacer par un garçon qu'elle avait rencontré en arrivant ici. Il était toujours avec sa bande d'ami à la plage en train de boire et de fumer des joints. Y'avait cinq garçons et une fille et en regardant la fille on savait tout de suite que les gars lui faisaient des trucs pas net. Mais pour l'heure Marley s'en  fichait, si ce type voulait la prendre par les hanches, lui caresser la joue ou autre, elle s'en foutait aussi.

« C'est mon père mais j'ai pas envie d'en parler. »

La blonde s'assit donc avec eux et se frotta la joue où trônait un énorme hématome et leur demanda de lui rouler un pétard bien chargé et elle commença à fumer et à boire plus longtemps que prévus, elle y passa toute la matinée d'ailleurs mais elle s'amusa bien. Elle ria, dansa, chanta. Elle était complètement stone et arrivait presque à oublier Hunter. Puis midi sonna et se fut l'heure d'aller en cours.

« Je dois y aller. »

Marley se leva et épousseta sa jupe. Aujourd'hui elle portait un jupe avec un gros pull et sa paire de botte. Elle sorti de son sac une écharpe pour la mettre autour de son cou afin que personne ne voit le gros bleu sur son visage à la fac. Elle soupira et prit le bus. La pauvre jeune femme était complètement stone et remarquait qu'un homme en face la regardait bizarre, elle descendit donc et continua le reste à pied. Elle arriva à la fac vers deux heures, elle s'arrêta près de la fontaine à eau pour boire des litres et des litres d'eau qui lui firent le plus grand bien. Au moins l'eau c'était gratuit. Marley alla ensuite à son casier pour ranger ses affaires et prendre ceux du cours suivant puis soudain elle le senti. Son parfum. Oh oui elle aurait mit sa main à couper que c'était lui. Mais elle ne voulait pas lui parler et ne voulait pas le voir et mieux encore, elle ne voulait pas qu'il la voit comme ca. La jeune femme se mordit donc la lèvre et se fit violence pour ne pas se retourner vers le propriétaire de ce délicieux parfum.
Code by AMIANTE

_________________


Marley Kennedy Rose Cameron


Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme, ce beau matin d'été si doux : Au détour d'un sentier une charogne infâme sur un lit semé de cailloux [...] Et pourtant vous serez semblable à cette ordure, à cette horrible infection [...] Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine qui vous mangera de baisers, que j'ai gardé la forme et l'essence divine de mes amours décomposés !
©MINNIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hunter E. White
Première année
avatar

Messages : 109
Points : 135
Date d'inscription : 30/10/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Ce qui est fait est fait. [Marley & Hunter]   Mar 10 Déc - 20:05

Beaucoup de jour c’étaient écroulés après ma rencontre avec Marley même une bonne semaine, cette foutu journée m’avait coûté chère. Après avoir passé deux jours en garde à vue en attendant de savoir si monsieur le fonctionnaire de la plage allait porter plainte ou pas, il avait fallu que j’assume le fait d’avoir sécher une journée  de cours auprès de la proviseur qui n’a pas manqué de me coller un samedi après midi jusqu’à dix neuve heure avec comme travail une rédaction de quatre pages recto-verso sur « l’absentéisme ». Certes cette journée ne m’a  attiré que des problèmes, mais elle m’a aussi rappelé une chose fondamentale que j’avais surement dû oublier ce jour là…La gentillesse c’est pour les faibles ! C’est la chose qui nous rend le plus vulnérable possible et surtout le plus stupide ! Si j’avais directement cassé la figure à ce maître nageur dès qu’il avait prononcé un mot, rien de tous ça ne serait arrivé ! Et si je n’avais pas eu la gentillesse de ramasser cette fille au sol jamais je n’aurais été le plus grand couillon de Floride! Cette journée me reste d’ailleurs encore en travers de la gorge.  Après ma sortie de cette foutu cellule j’avais comme l’impression d’être pire qu’auparavant, j’avais retrouvé mes anciennes fréquentations celle avec qui je me roulais des joints et avait passé une partit de ma vie à voler et frapper les passants, Hunter enfin de retour ?

C’est vrai que les mauvaises aventures forge le caractère ! Et tant mieux, car désormais je ne me ferais plus avoir et n’essaierais plus d’aider  qui que ce soit, parce que c’est comme ça que je suis, un gros égoïste complètement égocentrique. Surement triste de me dire que tout ça n’était qu’un piège de cette foutue vie pour me tester, je croyais que cette fille était différente  qu’elle m’apporterait quelque choses de nouveau, j’y ai vraiment cru…Tss imbécile, c’est dans les films ça ! Dans la vie, la vraie vie, on  ne fait pas confiance à une femme et surtout on ne s’y attache pas, car ces …choses cause notre perte !  Nous les hommes. Cette histoire m’avait plutôt endurcit, pas rendu triste seulement endurcis, elle m’avait fait comprendre que je devais rester comme je suis et ne pas changer. Les jours qui avaient suivit avaient été plutôt banale, mon patron m’avait accordé des jours de repos lui aussi avait été plutôt surpris par ce qui m’étais arrivé et pour lui, il fallait absolument oublier cette journée qui n’aurait jamais du avoir lieu. A vrai dire, j’étais vraiment plus différent qu’auparavant, mes soirées avant je les occupais à la chasse aux femmes, mais là j’avais réduit le truck, deux toutes les deux semaines c’était suffisant maintenant je ne voulais pas voir trop de fille qui me casserait la tête avec leur histoire et qui me lancerait des je t’aime auxquels je ne pourrais répondre et puis avec la tête que j’ai  je préfère éviter d’essayer  de draguer, elles pourraient me prendre pour un ex-tolard venant de sortir avec toutes ces cicatrices.

Aujourd’hui j’allais débutait cette belle journée avec un cours de français de trois heure pour ensuite avec un trou d’une heure. Je n’avais pas la motivation surtout en ce moment…surement la fatigue qui avait causé ça, puis le professeur de maths n’arrête pas de me mettre la pression pour que je réussisse mes examens selon lui je suis un bonne élève qui a des capacités, mais qui se contente de peu. Blabla dit moi plutôt que je suis un vrai con. Après trois heure passé à entendre parler d’algèbre, la sonnerie se fit enfin entendre, je me levai rapidement embarquant mon sac et préparant ma cigarette en la plaçant derrière mon oreille. Comme d’habitude je passais dans le couloir sous le regard des gars me détestant et des jolies filles m’admirant, j’aurais pu m’amuser à provoquer l’un de ces crétins afin de me défouler un peu, mais bon je n’étais pas vraiment motivé, une prochaine fois !! Je marchais dans les couloirs en direction de la cours afin de me griller une bonne clope telle le Rebel que je suis quand je la vue. Oui c’était bien elle, je ne sais pas pourquoi, mais à ce moment précis mon cœur se mit à battre la chamade ! Une semaine, une semaine que je ne l’avais pas vu, une semaine que j’éprouvais comme de la haine pour elle ! Que je regrettais de l’avoir rencontrés et que j’espérais ne jamais la revoir, mais en faite je me mentais à moi-même parce que lorsque je la vis se fut comme une fête à l’intérieur ! J’avais plusieurs sentiment qui se mélangeant, mais une partie de moi criait garde tout de même. Je la fixai pendant un moment celle-ci se trouvant de dos avant de finalement reculer. Je voulais lui parler, mais….j’avais peur. Oui moi Hunter j’avais peur. –«  …M..Marley » Je ne m’attendais pas à ce qu’elle me saute dessus ou quoi que ce soit de ce genre, mais j’avais envie de la voir, d’entendre sa voix de…-«  On va se fumer une clope dehors ? » Oui bon c’est bizarre de dire ça à une personne que l’on a pas vu pendant une semaine, mais à vrai dire je ne savais pas vraiment comment engager la conversation.

_________________
You can all go to hell:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marley K.R Cameron
Deuxième année
avatar

Messages : 266
Points : 296
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 22
Localisation : Un squat pourri

MessageSujet: Re: Ce qui est fait est fait. [Marley & Hunter]   Mar 10 Déc - 20:28

Ce qui est fait, est fait.
Marley & Hunter

La violence engendre la violence.



Trop tard, il l'avait vu et il était même venu lui parler ! Merde alors, comment est ce qu'elle allait faire, il allait voire qu'elle était défigurée. La jeune femme rougit de la tête aux pieds et tenta de cacher son visage en se tournant, regardant le sol ou bien en le dissimulant derrière son écharpe.

« S...Salut... »

Bon ok c'était maigre comme conversation, en comparaison même les pierres doivent se dire des trucs de malade. Mais elle ne pouvait pas faire comme si de rien n'était, il l'avait laissé à la merci de se type, il avait choisi de se battre et de la poser par terre au lieu de s'occuper d'elle comme il a dit qu'il le ferait en la ramassant dans les toilettes le matin même. Elle avait vraiment cru qu'il serait son ange gardien, qu'il veillerait sur elle sans relâche non pas seulement parce qu'il s'en donne le rôle mais également par envie et plaisir mais Marley a bien comprit qu'elle n'était rien de plus qu'un boulet pour sa vie de délinquant et de bagarreur. Elle n'était pas comme les autres filles ca c'est clair, elle n'accepterait jamais un tel comportement. Bien sur, elle ne veut pas faire de lui une mauviette, ce type méritait des coups, mais lui...Hunter ne se bat pas, il tue. Si on ne l'en empêche pas il serait capable de tuer et ca elle ne le veut pas. Elle ne pourrait pas l'accepter. D'un autre coté....Elle avait l'impression que sa vie c'était arrêté durant cette semaine sans lui, que rien n'avait le même goût. Marley aurait voulu être près de lui, s'occupait de lui et faire de lui quelqu'un de meilleur. A quoi bon. Il était sûrement plutôt du genre à courir les filles et les mauvaises fréquentation, tout ce qu'elle ferait avec lui c'est souffrir et rater son année et elle n'avait vraiment pas besoin de ca. Aussi, elle prit une lourde décision. Regardant le jeune homme avec des yeux emplis de larmes, elle lui dit :

« Je....Je ne peux pas désolée, j'ai...Heu...J'ai un cours... »

Elle le regarda avec ses grands yeux gris qui n'avait jamais été aussi triste. Elle tenta de mémoriser le visage d'Hunter une dernière fois puis elle baissa son écharpe pour lui faire un dernier baiser sur la joue, tendre, doux, presque...amoureux. Le regardant encore, elle s'en fichait que son visage de monstre était visible de tous. Elle serra fort ses affaires contre elle et commença à marcher dans le couloir, ses larmes coulant sur ses joues. C'était ce qu'il y avait de mieux à faire, tu n'es pas comme lui et il n'est pas comme toi. Il allait finir par te faire souffrir cocotte et toi...Toi tu aurais été juste un passe-temps rien de plus. Se dit elle. Sa conscience était vraiment une peste quand elle voulait. Marley avait envie de se retourner, de lui sauter au cou, de l'embrasser en pleurant tout en le serrant fort contre lui pour que plus jamais il ne s'en aille mais ca aurait été sans doute pire. Alors dans ce couloir vide, du moins c'était l’impression qu'elle en avait, elle se contenta juste de traîner des pieds.
Code by AMIANTE

_________________


Marley Kennedy Rose Cameron


Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme, ce beau matin d'été si doux : Au détour d'un sentier une charogne infâme sur un lit semé de cailloux [...] Et pourtant vous serez semblable à cette ordure, à cette horrible infection [...] Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine qui vous mangera de baisers, que j'ai gardé la forme et l'essence divine de mes amours décomposés !
©MINNIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hunter E. White
Première année
avatar

Messages : 109
Points : 135
Date d'inscription : 30/10/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Ce qui est fait est fait. [Marley & Hunter]   Mer 11 Déc - 12:26

Je déteste être comme ça, revenir sur ce que je dis, ce que pense et la rien qu’en la voyant tous ma haine c’était comme envolé ou presque. Pourquoi ? Je ne sais pas peut être que cette journée avant qu’elle ne tourne au désastre avait été agréable pour moi, m’évader un peu de mon moi négative pendant quelques heures n’était pas plus mal en faite, même si celui-ci est vite revenu en fin de journée. Mais ce qui allait suivre allait surement faire resurgir ma haine, la seule réaction qu’aurait la blonde serait de m’adresser un salut et me m’embrasser sur la joue. Ah donc c’est ça ? Maintenant elle ne veut plus rien avoir à faire avec un type comme moi ? C’est clair que je ne suis pas aussi parfait qu’elle, pas aussi saint ! Pourquoi un ange s’allierait avec le fils de Satan.

Sa réaction me vexa au plus profond, je pensais que pendant cette journée elle c’était rendu compte que même si je n’ai pas l’apparence d’un gentil petit garçon tout sage, je peux être…Puis laissons tomber ! Lorsqu’elle me contourna ensuite pour s’en aller, je me sentis tellement honteux, pourquoi il avait fallu que je lui adresse la parole, j’aurais du l’éviter ! C’est une idiote comme les autres c’est tout. Je fronçai alors légèrement les sourcils avant de me retourner en direction de la blonde qui avançait doucement, je la suivis avant de lui attraper le bras et de la retourner pour qu’elle me fasse face. –« Alors c’est comme ça ? Maintenant on va s’ignorer ne plus se parler comme çi l’on ne se connaissait plus ! C’est vrai. Je ne suis pas comme toi ! Je suis même tout le contraire toi, mais pourtant l’autre jour j’ai eu l’impression d’être proche de toi, l’impression que l’on pourrait s’entendre mal grès nos différences et que nous nous apporterions tous les deux quelques choses de nouveaux …. » Je marquai ensuite une pause avant me toucher le front et de finalement soupirer pour ensuite me redresser. –« Je crois que j’ai enfaite placé trop d’espoirs dans notre amitié, je pensais que je pourrais devenir quelqu’un de bien et tout le tralala. Laisse tomber, je te souhaite donc une bonne continuation à St Petersburg Marley » J’haussai alors les épaules avant de finalement décider d’aller fumer ma foutue clope. Arriver dans la cours je m’installai finalement sur banc puis entama ma cigarette tout en interdisant qui que ce soit de s’asseoir là. –« Quel con je fais parfois Tsss. »

_________________
You can all go to hell:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marley K.R Cameron
Deuxième année
avatar

Messages : 266
Points : 296
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 22
Localisation : Un squat pourri

MessageSujet: Re: Ce qui est fait est fait. [Marley & Hunter]   Mer 11 Déc - 13:27

Ce qui est fait, est fait.
Marley & Hunter

La violence engendre la violence.



Hunter l'avait rattrapé ! Il l'avait rattrapé ! Son cœur battait la chamade, elle aurait tout donné pour vivre ce moment au ralenti ! Mon dieu il avait posé sa main sur son bras pour la retenir pour l'avoir encore une fois près de lui... Marley cru qu'elle allait tomber dans les pommes. Mais ses espoirs furent vite réduit à néant quand il se mit à parler. La blonde écoutait sans rien dire, rougissant, essayant de ne pas pleurer. Elle aurait voulu dire quelque chose mais le brun s'en alla avant qu'elle le pu.

Elle le regarda s'en aller, ne sachant pas quoi faire. Bien sûre qu'elle avait envie de lui courir après, de le prendre dans ses bras et de lui dire qu'elle lui pardonne mais ce n'est pas si facile, ca ne pouvait pas se passer comme ca. Déjà parce que c'était une fille de bonne famille avec des valeurs et des principes et aussi parce que ce n'était pas à elle de présenter des excuses. Soupire.
Au diable le protocole, la jeune femme le suivis jusque dehors et se présenta face à lui, elle se tint droite avec toute la fierté dont elle pouvait. Elle essaya de prendre une voix claire qui ne trahissait pas son envie de pleurer.

« Tu sais pourquoi je t'en veux ? Parce que, outre le fait d'avoir préféré te battre sur cette plage au lieu de me venir en aide, tu m'as laissé partir avec un inconnu et....Et tu n'imagines même pas tout ce qu'il m'a fait...Je... *sent que les larmes arrivent malgré elle* Je t'ai attendu Hunter parce que j'avais besoin de toi et que tu disais que tu serais toujours là mais tu as menti. »

Ca en est trop pour elle, la blonde se laisse tomber à genoux au sol et cache son visage dans ses mains pour pleurer, elle pleure à chaude larme car c'est tout ce qu'elle sait faire. Elle n'est pas assez forte pour affronter ce genre de situation. Elle ne se sent forte qu'en étant à ses cotés mais maintenant que ce n'était plus le cas, elle avait peur de tout et de tout le monde. Elle avait peur que tout redevienne comme avant, que tout le monde s'en prenne à elle....Et ca c'était beaucoup trop dur.
Code by AMIANTE

_________________


Marley Kennedy Rose Cameron


Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme, ce beau matin d'été si doux : Au détour d'un sentier une charogne infâme sur un lit semé de cailloux [...] Et pourtant vous serez semblable à cette ordure, à cette horrible infection [...] Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine qui vous mangera de baisers, que j'ai gardé la forme et l'essence divine de mes amours décomposés !
©MINNIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hunter E. White
Première année
avatar

Messages : 109
Points : 135
Date d'inscription : 30/10/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Ce qui est fait est fait. [Marley & Hunter]   Mer 11 Déc - 14:23

Je ne sais comment, mais Marley se trouvait d’un coup devant moi avant de me balancer tous ce qu’elle pensait avant de s’effondrer au sol. J’avoue que je fus surpris, certaines personnes passaient par là en se demandant ce que j’avais bien pu lui faire, mais personne ne réagissait vraiment ! Je me levai alors du banc avant de ramasser la blonde et d’essuyer de stopper ces larmes. –« Marley…eh Marley…calme toi » Mais impossible de la calmer, un vrai ruisseau cette femme, je regardais autour de moi comme un désespérant cherchant de l’aide à vrai dire je ne suis pas vraiment doué pour réconforter les gens, je ne sais pas comment m’y prendre et puis on ne m’a jamais vraiment réconforté alors voilà quoi. Je la regardai alors un long moment avant de saisir son visage avec ma main. –« Marley arrête de pleurer….s’il te plaît » Le pire ce n’était pas seulement de la voir pleurer, mais de ne pas comprendre, de ne pas savoir ce que ce batard avait pu lui faire pour qu’elle craque de la sorte ! Je la fixa un moment avant de voir ces yeux gris laisser couler des grosses larmes de crocodile, je me baissai alors à sa hauteur avant de lui déposer un petit baiser tendre sur les lèvres, peut être que cela la calmerais..Ou pas.

J’aurais voulu pouvoir être avec elle, mais bien sur en m’attaquant à ce type, j’avais du tout d’abord passer par la case commissariat et attendre de savoir si il allait porter plainte ou non. Peut être que si je ne m’étais pas battu tout cela ne serait jamais arrivé, mais mon égaux est bien plus fort que moi, malheureusement ! Je retirai alors mes lèvres des siennes en espérant qu’elle ne me fasse pas encore un malaise puis lui lâcha le visage avant de regarder ailleurs, mais par vers elle. « Je…Je n’ai pas pu suivre le camion, j’ai eu quelques problèmes après la confrontation comme tu peux le constater...» C’est sur qu’elle avait du voir à quelle point j’étais devenu laid, une petit coupure au coin droit de la lèvre, une cicatrice sur la joue droite couverte par un petit pansement, des bleues assez visible sur le poignet ainsi que la main et des petites blessures au niveau de l’arcade. Je n’essayais bien sur pas de me victimiser, car j’avais surtout honte de m’être fait casser la gueule par ce connard de flics, mais j’espérais qu’elle comprenne que je n’avais juste pas pu faire grand-chose.

J’avais l’impression qu’elle se calmait un peu, mais je ne savais pas vraiment quoi lui dire. Qu’est ce qui allait se passer maintenant ? Nous allions oublier cet épisode assez merdique de notre première journée passé ensemble ou finalement partir chacun de notre côté en n’oubliant ce cauchemar…

_________________
You can all go to hell:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marley K.R Cameron
Deuxième année
avatar

Messages : 266
Points : 296
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 22
Localisation : Un squat pourri

MessageSujet: Re: Ce qui est fait est fait. [Marley & Hunter]   Mer 11 Déc - 15:47

Ce qui est fait, est fait.
Marley & Hunter

La violence engendre la violence.



Sur le coup Marley était inconsolable, elle n'arrivait pas à s'arrêter de pleurer malgré tout les efforts et la voix réconfortante d'Hunter mais c'était peine perdue, elle revoyait les mains de ce type lui caresser le corps, lui caresser des zones de son corps que personne n'avait touché avant... Puis elle revoyait la bagarre d'Hunter, la colère qu'elle voyait dans ses yeux, mais également la colère de son père, il devait sans doute la détester. Puis sa mère lui manquait, oui elle lui manquait énormément c'était horrible de ne pas l'avoir près d'elle dans des moments comme celui ci. Elle voulait aussi retourner à New York. C'était tellement plus facile là bas, elle était heureuse. Elle n'avait pas tout ces problèmes, au moins dans sa ville sa mère pouvait la consoler quand elle avait des histoires de garçon, elle lui donnait des conseils... Mais là, son père ne veut pas en parler, dans sa tête elle aurait toujours 5 ans et sera toujours sa petite princesse. Bien sûr, elle adore être sa princesse mais c'est tellement étouffant par moment.

Marley était tellement prise dans ses souvenirs qu'elle ne se rendit pas compte qu'elle avait quitté le sol pour se retrouver sur les genoux du brun pendant qu'il essayait désespérément de la faire arrêter de pleurer. Pour l'heure, la blonde restait toujours en état de tristesse profonde puis tout à coup ses yeux se mirent à briller et à arrêter de pleurer, ses joues se mirent à rougir comme jamais, son cœur se mit à trembler et à ce moment oui, elle faillit de nouveau tomber dans les pommes.

« Je...Heu...Je... »

C'était son premier baiser.... Mais elle ne pouvait pas lui dire, c'était un aveu totalement humiliant et gênant, alors la blonde se contenta de rougir bêtement. Qu'est ce qu'elle aurait pu faire d'autre, ce n'était pas le moment de lui dire qu'il venait de lui offrir son premier baiser et que ce n'était pas vraiment ce qu'elle attendait quand elle en rêvait. Mais au moins c'était lui qui lui avait donné et ca c'était déjà une bonne chose... Elle ne regrettait pas d'avoir goûté les lèvres d'Hunter même une fraction de seconde...

Elle le regarde mais lui ne la regarde plus, il avait l'air vraiment gêné comme si il avait envie de modifier quelque chose. Enfin bref, peut être pas. En tout cas Marley lui prit la main et le regarda, c'est vrai qu'il était salement amoché, comment ca se fait qu'elle n'avait pas remarqué tout à l'heure... Elle soupira puis essaye de sourire, son bleu à hématome à la joue lui faisait mal quand elle essayait de sourire.

« A mes yeux tu es toujours aussi beau, c'est pour ca que je n'avais pas remarqué. »

Le regarde tendrement et lui embrasse le bout du nez puis elle colle son visage contre le sien et sort son appareil photo.

« On va immortaliser nos têtes, deux rebelles en construction. »

Sourit puis dit CHEEEEEEEEEESE ! La jeune femme le regarde à nouveau et soupire, il était temps de mettre les choses au claire, elle était là pour ca à la base.

« Hunter....Je...Je ne veux pas que tu sois parfait, ce n'est pas drôle sinon. Je veux seulement que tu sois celui que tu es parce que c'est lui qui me plait. Je ne regrette pas notre rencontre et je ne t'échangerais pour rien au monde. J'ai été heureuse comme je l'ai rarement été avec toi et je ne veux pas que ca s'arrête. Je te demanderais seulement de ne jamais me faire souffrir et d'être honnête avec moi. »

Le regarde de ses yeux gris qui commençaient à se remplir de larmes.
Code by AMIANTE

_________________


Marley Kennedy Rose Cameron


Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme, ce beau matin d'été si doux : Au détour d'un sentier une charogne infâme sur un lit semé de cailloux [...] Et pourtant vous serez semblable à cette ordure, à cette horrible infection [...] Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine qui vous mangera de baisers, que j'ai gardé la forme et l'essence divine de mes amours décomposés !
©MINNIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hunter E. White
Première année
avatar

Messages : 109
Points : 135
Date d'inscription : 30/10/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Ce qui est fait est fait. [Marley & Hunter]   Mer 11 Déc - 16:47

Elle avait fini par se calmer, c’était plutôt un soulagement ! Je préférais la voir sourire que pleurer. En la regardant bien je remarquai ensuite un bleu sur sa joue et commençait même à me demander si c’était moi qui lui avait fait ça hier en la poussant pour qu’elle me laisse me défendre contre ce maître nageur. Je ne sais pas, mais j’espérais que ce ne soit pas moi, je la vu alors sortir un appareil afin d’immortaliser le moment avec nos têtes de gueule cassé ! Après la photo Marley déballa ensuite ce qu’elle ressentait, mais la phrase qui me marqua le plus fut lorsqu’elle me parla de ne pas la faire souffrir. Pourquoi je la ferais souffrir ? Je ne comprenais pas vraiment le sens de cette phrase, mais j’acquiesçai quand même d’un signe de la tête.

Je pris alors enfin ma cigarette avant de l’allumer nous repartions enfin sur de bonne base et cela me fit comme un soulagement là-dedans, nous allions pouvoir passer des journées à rire et à plaisanter comme cette fameuse journée sauf que cette fois j’éviterais de me mettre dans de sale histoire ! Je m’assis alors sur le banc toujours en continuant de fumer avant de regarder Marley. –« Au faite ne va pas en retard en cours cette fois, si tu as vraiment cours tu devrais y aller.. » Je me redressai finalement avant de positionner mon sac sur mon dos tout en regardant la demoiselle. –« Moi je vais te laisser, je ne vais pas en cours cet aprèm je suis fatigué. Je vais surement aller dormir ou me balader…Je te souhaite une bonne journée boucle d’or ! »Je lui ébouriffai les cheveux avant de finalement commencer à traverser la cours.

Les cours me fatiguent vraiment ! Même si je sais que je risque d’avoir des problèmes avec cette folle dingue, je n’ai vraiment pas envie de me fatiguer à patienter une heure sans rire faire pour enchainer avec deux heures de Lettres sans façon, je me retournai alors pour regarder une dernière fois Marley avant de lui sourire et de lui faire un signe de la main. C’est clair j’aime bien cette fille je ne sais pas pourquoi, mais je ne veux pas lui attirer de problème ni qu’elle ne place trop d’espoir dans mon cas déséspéré.

_________________
You can all go to hell:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marley K.R Cameron
Deuxième année
avatar

Messages : 266
Points : 296
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 22
Localisation : Un squat pourri

MessageSujet: Re: Ce qui est fait est fait. [Marley & Hunter]   Mer 11 Déc - 17:12

Ce qui est fait, est fait.
Marley & Hunter

La violence engendre la violence.



Maintenant que tout était dit, ils pouvaient partir sur de bonne base. Mais Hunter n'était pas de cet avis, il avait l'air différent aujourd'hui peut être de mauvaise humeur. Marley se mordit la lèvre, elle ne pouvait pas le laisser comme ca mais qu'est ce qu'elle pouvait faire... Elle voulait lui faire plaisir, le détendre. La blonde se mit à lui courir après.

« Hunter attend ! J'ai envie de me faire pardonner ! Rejoins moi dans l’amphithéâtre dans une heure ! »

Elle passe à coté de lui et lui embrasse le coin des lèvres avant de se précipiter dans la fac pour lui préparer sa surprise. Heureusement le budget du club de théâtre était bien rempli ce qui fait qu'ils avaient toujours tout ce qu'il fallait. Marley arriva et mit des bougie de partout et un matelas, elle mit une nape dessus et alla en cachette dans la cuisine de la cantine. Dans un frigo spécial pour professeur elle vola une bouteille de vin, du pain et de la charcuterie et un gâteau au chocolat qui de toute évidence était pour le départ à la retraite d'un prof puisque son nom était écrit dessus avec un « vous allez nous manquer » enfin bon, tant pis. Si elle pouvait avoir une bonne influence sur Hunter, le bad boy pouvait également avoir une mauvaise influence sur elle mais contrairement à ce qu'elle l'aurait cru, c'était pas désagréable.

La blonde retourna au théâtre, tout était prêt, elle n'attendait que lui, cela faisait quarante cinq minutes qu'elle lui avait demandé de venir... Elle espérait qu'il ne lui fasse pas faux bond. Bon maintenant il fallait qu'elle se change avant qu'il arrive. La jeune femme se mit dans les coulisses et emprunta un costume dans la réserve, une petite robe rose claire, dos nue un peu bouffante en bas. Marley se fit un gros chignon avec une tresse en guise de serre-tête. Elle se maquilla légèrement puis s regarda dans la glace.

« Bon aller Cameron, tu peux le faire. »

La femme retourna au milieu de la scène et attendi que le jeune homme arrive, s'il en avait envie bien sûr...
Code by AMIANTE

_________________


Marley Kennedy Rose Cameron


Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme, ce beau matin d'été si doux : Au détour d'un sentier une charogne infâme sur un lit semé de cailloux [...] Et pourtant vous serez semblable à cette ordure, à cette horrible infection [...] Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine qui vous mangera de baisers, que j'ai gardé la forme et l'essence divine de mes amours décomposés !
©MINNIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hunter E. White
Première année
avatar

Messages : 109
Points : 135
Date d'inscription : 30/10/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Ce qui est fait est fait. [Marley & Hunter]   Ven 13 Déc - 18:08

Je fus assez surpris le « rendez-vous » donné par Marley qui voulait se faire pardonner, c’est vrai elle avait raison, mais c’est quand même moi qui aurait du avoir cette idée, mais je ne l’avais pas vu et j’avoue que je me sentais assez con, même très con. Après ça la jolie blonde déposa un léger baiser sur le coin de mes lèvres pour finalement s’en aller surement préparer un petit truck. J’avais prévu de sécher pour me reposer un peu ou pour finalement aller me balader en ville à la recherche d’une proie pour cette nuit, mais finalement repasser un peu de temps avec Marley ne pouvait être que meilleurs, je rejoignis alors à ma chambre avant de prendre une douche et de finalement m’habiller pour rejoindre Marley en toute discrétion bien sur, il ne manquerait plus que le pion ne me voit et qu’une horrible lutte est lieu…encore une fois ! Après m’être enfin préparé, je quittai ma chambre pour rejoindre l’amphithéâtre tout en me faisant discret afin de ne pas me faire attraper à force c’est vrai que j’ai pris l’habitude, je me fais rarement attraper.
J’arrivai devant le lieu avant d’ouvrir la porte et d’apercevoir Marley plus jolie que jamais, elle portait une jolie robe et était coiffé comme une princesse ! Elle avait préparé sur la scène une sorte de pique-nique. Je n’étais jamais rentrer dans cet endroit pourtant cela fait quand même un moment que je suis à St Petersburg, mais bon c’est vrai que je ne suis pas vraiment le style de gars à participer au club théâtre du Campus pour connaître cet endroit. Après avoir analysé le « paysage » de la salle, je rejoignis Marley sur scène afin d’admirer de plus près le jolie changement qu’avait fait Marley, je la fixai avant de laisser apparaitre un petit sourire sur mon visage. –« C’est pour moi la mise en beauté ? » Je ne sais pas vraiment, mais si cela était pour moi et bien je trouvais ça plutôt mignon surtout que ce n’est pas du tout le genre de fille à se couvrir de maquillage ! J’observai alors la nappe posé surement sur quelques choses de mou au sol avant de m’asseoir dessus en sautillant légèrement et de regarder alors toute la nourriture se trouvant là. –« Merci Marley. » Je levai les yeux vers elle avant de lui attraper la main afin qu’elle s’assoie.

_________________
You can all go to hell:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marley K.R Cameron
Deuxième année
avatar

Messages : 266
Points : 296
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 22
Localisation : Un squat pourri

MessageSujet: Re: Ce qui est fait est fait. [Marley & Hunter]   Sam 14 Déc - 22:53

Ce qui est fait, est fait.
Marley & Hunter

La violence engendre la violence.



Au début la blonde était un peu mal à laise de savoir qu'Hunter allait la void dans cette tenue mais d'un autre coté elle espérait qu'il la trouve jolie… Elle aurait bien aimé lui plaire, lui montrer qu'elle aussi elle pouvait être une fille si elle faisait assez d'effort… Mais d'un autre coté elle espérait aussi qu'elle lui plaise pour ce qu'elle était vraiment. Si Hunter la préfère comme ça…Ca serait horrible car elle n'est pas comme ça, en tout cas pas tout le temps… Elle, c'est une juste une petite fille perdue dans des vêtement larges. Enfin bref, en tout cas en ce moment elle était jolie et c'était le principal. Oui mais si il venait pas ? Si il lui posait un lapin ? S'il avait préféré se détendre autrement ? Non…Non elle ne veut pas y penser parce qu'elle serait capable de pleurer comme une merde. Elle ne voulait pas qu'il s'en aille, elle voulait qu'il revienne et qu'il soit là avec elle ! Maintenant !

" Hunter vient ici tout de suite !"

Et là comme par magie, son prince charmant arriva, il était toujours aussi beau et Marley rougit en se demanda si elle avait un étrange pouvoir qui permettait de faire apparaitre. Puis la blonde se demanda si un jour, dans sa chambre, si elle appelait Hunter, il viendrait aussi… La jeune femme rougit encore plus à cette idée.

" Oui c'est pour toi, pour qu'on oublie toute cette histoire. Et puis je me suis dit que tu avais besoin que quelqu'un s'occupe de toi pour une fois…

Bien sur, Marley n'était pas au courant de la vie de Hunter, de l'enfance qu'il avait eut mais cela se voyait sur son visage qu'il n'avait pas eu la vie facile et pour cela, la blonde avait envie de s'occuper de lui, d'être pour lui à chaque instant et lui montrer qu'elle l'apprécie.

Marley s'assied à coté e lui et hésite à lui parler puis finalement elle se lança.

" Hunter….Crois tu qu'un garçon aura envie de moi un jour ? Je…Je t'avouerais que même si je n'ai pas la tête aux garçons, je me sens un peu seule parfois… *s'allonge sur le lit et regarde le plafond* Je voudrais qu'il m'aime de tout son coeur… Je sais que je le trouverais et puis j'ai déjà trouvé un garçon qui me plait…

N'ose pas le regarder de peur de rougir et de se trahir puis elle se redresse et lui serre un verre de vin et lui coupe une part de gâteau.

" Parle moi de toi, d'où viens tu ? C'est quoi ton histoire à toi ?"
Code by AMIANTE

_________________


Marley Kennedy Rose Cameron


Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme, ce beau matin d'été si doux : Au détour d'un sentier une charogne infâme sur un lit semé de cailloux [...] Et pourtant vous serez semblable à cette ordure, à cette horrible infection [...] Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine qui vous mangera de baisers, que j'ai gardé la forme et l'essence divine de mes amours décomposés !
©MINNIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hunter E. White
Première année
avatar

Messages : 109
Points : 135
Date d'inscription : 30/10/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Ce qui est fait est fait. [Marley & Hunter]   Sam 14 Déc - 23:16

Tout était bien préparé, je regardais bien ce qu'il y avait et pensait toute suite attaqué la nourriture comme un gros porc, mais Marley me posa une question assez étrange, qui me surprenait. Alors la jeune blonde n’avait vraiment pas confiance en elle à ce point ? Je trouvais ça triste tout de même. Pourquoi ? Marley est loin d’être laide comment peut elle se sous estimer à ce point, les gens de ces anciens établissement n’avait pas dû être cool avec elle ou même ces « amis », je fis un petit sourire comme pour la rassurer avant de finalement lui tirer l’une des ces joues toujours en souriant. –« Marley, j’aimerais que tu es plus confiance en toi, j’ai l’impression que tu te sous-estime trop, beaucoup trop alors que tu es loin d’être un laideron, te fais pas de soucis, il doit déjà y avoir un paquet qui te guette de loin » Je lui fis un grand sourie avant que la jeune fille ne se relève et ne commence à me servir avant de m’interroger sur ma vie, sur mon histoire. Peut de personne ne sont au courant de ma vie d’ailleurs personne sauf deux personnes du campus. Je n’étais pas vraiment sur de vouloir qu’une troisième personne ne le soit surtout que cela faisait peut de temps que nous nous étions rencontrés.

Je la fixai alors un moment avant d’attraper mon verre de vin et d’en boire une longue gorgée, je regardai alors de nouveau la blonde avant de lui sourire gêné. –« Je… » Je crois bien que c’était la première fois que j’hésitai autant, mais d’un côté je savais très bien que je pouvais lui faire confiance, je repris doucement mon souffle avant de la regarder de nouveau. –« Je.. . Je n’ai pas vraiment eu la vie que je voulais à vrai dire. Mes parents se sont séparés lorsque j’étais plus jeune et lorsque mon père est mort m’a mère est devenu un peu..folle, elle a finit par trouver un mari avec qui elle à fondé sa nouvelle famille…j’ai dû être prise en charge par les services sociaux..Bref que des trucks un peut chiant à raconté qui plomb vite l’ambiance ! » Je me mis alors à rire afin que cela ne gâche pas le pique nique qu’avait préparé Marley puis j’attrapai alors le gâteau chocolat afin de le manger tout en m’en mettant de partout, mais peut importe tant que l’on changeait de sujet….

_________________
You can all go to hell:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marley K.R Cameron
Deuxième année
avatar

Messages : 266
Points : 296
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 22
Localisation : Un squat pourri

MessageSujet: Re: Ce qui est fait est fait. [Marley & Hunter]   Dim 15 Déc - 18:14

Ce qui est fait, est fait.
Marley & Hunter

La violence engendre la violence.



La jeune femme tourna la tête quand Hunter lui demanda d'avoir plus confiance en elle, comment est ce qu'il pouvait lui demander un truc pareil alors qu'il ne la connaissait même pas. Elle n'avait pas confiance en elle parce que des types comme lui ne lui donnait pas confiance. Enfin c'est vrai quoi, de nos jour il faut être salope et péter plus haut que son cul pour que quelqu'un nous regarde, il faut être entourée d'un fan club et se prendre pour une rebelle. Là oui, on vous regarde, on vous drague, on tombe amoureux de vous, c'est sur que dans ces circonstances ont peu avoir confiance en sois mais quand on est Marley. Quand on est une petite fille perdu, qui n'a pas sa mère, qui voit son père tomber dans la dépression nerveuse, qui est dépaysée et qui n'a pas d'amis. Non. Non je suis désolée on ne peut pas lui demander d'avoir confiance en elle car tout ce qu'elle aime sont partie ou sont en train de lui échapper et elle a pour unique sentiment que c'est de sa faute. Et ce n'est pas cet abrutit a semi bad boy qui va lui faire changer sa mentalité.

Marley ne le regardait toujours pas, préférant couper le fromage et le pain. Elle rougit un peu et attendit qu'il continue de parler en sirotant son vin. En fin de compte, elle en avait vraiment besoin. Aussi, elle se resservit un verre pendant qu'Hunter était en train de raconter sa vie, et cette fois elle jure devant Dieu que s'il l'empêche de boire, elle lui fracasse la bouteille contre la tête. La blonde leva son regard bleu-gris sur le visage du jeune homme, c'est vrai qu'il était salement amoché. La jeune femme s'en mordit la lèvre, elle n'avait pas été la seule à en prendre pour son grade. Elle même, son hématome allait mettre plusieurs jours à s'en aller et il était vraiment très laid, il lui prenait une partie de la bouche et de la joue.

Pauvre Hunter, c'est vrai qu'il en avait bavé dans la vie, comme elle d'ailleurs, peut être pas autant mais disons d'une autre façon. En tout cas, ils avaient une vie bien difficile. Marley devait être obligé de faire plein de petit boulot pour aider son père à payer le loyer de ce squatte infesté de souris et de cafard, mais elle devait aussi faire les courses pour le nourrir et se payer un semblant de lessive pour ses vêtement de clocharde. La robe qu'elle porte en ce moment est typiquement le genre de vêtement qu'elle ne portera plus avant un moment car elle n'en a pas les moyens.

« Tu sais, quand je vivais à New York, je n'étais pas du tout comme ca. Je n'étais pas vraiment une victime, si je l'étais mais c'était des rumeurs lançaient dans mon dos, ou des messes basses sur mon passage. Rien d'extraordinaire et je pouvais vivre avec. J'avais tout ce que je voulais, j'étais habillée par de grand couturier français et milanais. J'avais un chauffeur et un appartement tout en haut d'un gratte-ciel alors te dire que j'ai souffert pendant mon enfance, c'est faux. Mon père était brillant avocat et ma mère s'occupait de moi car nous avions de quoi vivre qu'avec le salaire de mon père. Sauf que mon père a perdu son travail car sa boite a fait faillit. On a du déménager et tout laisser derrière nous. Comme si ca ne suffisait pas, ma mère a été prise d'un cancer et elle est morte pendant que moi, j'étais frappé par des élèves de mon écoles, mise par terre et rué de coup avant d'être envoyée dans une poubelle. Ma mère venait de mourir et moi j'étais en train d'essayer de sortir d'une poubelle. »

La jeune femme n'eut pas le courage de lui parler du problème d'alcool de son père, de la maltraitance qu'il avait envers sa mère et de ses gros problèmes d'argent. Pas trop de révélation d'un coup, elle ne pourrait pas le supporter. Marley se resservit un verre de fin qu'elle put cul sec. Le garçon lui, dégustait une part de gâteau au chocolat mais il s'en était mit partout. Ravalant ses larmes, la blonde sourit et prit un mouchoir dans le but de lui essuyer la bouche.

« Attend laisse moi faire. Et voilà, propre comme un sous neuf. »

Elle lui fit son plus beau sourire, il se voulait tendre et chaleureux. Elle prit un morceau de gâteau et le tendit à Hunter pour le lui faire manger, ainsi il ne pourra plus se salir.

« Et sinon, quel est ton plus grand rêve ? »

La vierge le regarde avant de lui metre un peu de chocolat sur le bout du nez.
Code by AMIANTE

_________________


Marley Kennedy Rose Cameron


Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme, ce beau matin d'été si doux : Au détour d'un sentier une charogne infâme sur un lit semé de cailloux [...] Et pourtant vous serez semblable à cette ordure, à cette horrible infection [...] Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine qui vous mangera de baisers, que j'ai gardé la forme et l'essence divine de mes amours décomposés !
©MINNIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hunter E. White
Première année
avatar

Messages : 109
Points : 135
Date d'inscription : 30/10/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Ce qui est fait est fait. [Marley & Hunter]   Ven 20 Déc - 20:42

Lorsque Marley me parla un peu de sa vie, j’eus comme un pincement au cœur, c’était dur surtout pour elle, moi je n’ai jamais vraiment eu de sentiment, je suis comme ça c’est ma nature et puis je me suis habitué à vivre comme ça sans ma mère, mais pour une fille comme elle, si innocente, si douce, si affectif, je trouvais ça dur, encore un coup de cette foutu vie. Après ça, j’avais comme de la peine pour elle, je l’observais essayant de faire comme ci de rien n’était, mais je voyais bien qu’en réalité si elle avait pu, elle se serait surement effondrer. Je la vu ensuite boire un verre de vin coup sec avant de m’essuyer la bouche. J’avais l’impression pendant ces quelques minutes qu’elle jouait le rôle de ma mère, le fait de m’essuyer la bouche de cette façon et d’ensuite tenter de me faire manger tout en ne manquant pas de me taquiner en me salissant un peu. Un peu de tendresse ne faisait pas de mal loin de ça, j’aime que l’on s’occupe de moi surtout que ça ne m’arrive pas souvent, même jamais et là Marley le faisait pour mon plus grand plaisir.

Après que Marley m’est fait manger un bout de gâteau sans manqué de m’en mettre sur le nez, je lui fis alors un sourire avant de l’enlacer. Je n’aime pas vraiment faire preuve d’affection, je préfère quand on fait preuve d’affection envers moi, mais là j’avais envie tout simplement parce que cette fille et bien je l’aime bien oui, je peux apprécier des gens complètements différents de moi et puis elle est spéciale, elle arrive à m’apaiser un peu, si elle ne m’avait pas invité ici je serais surement en train de me battre quelque part en ville ou surement complètement bourrée dans un bar. Après l’avoir enlacé, je l’observai avant de pointer du doigt mon nez. –« Au faite, il faudra que tu nettoie ça ma belle » D’accord je l’aime bien, mais bon je ne vais pas non plus lui laisser faire ce qu’elle veut de moi, je suis Hunter Eden White tout de même et mal grès tout je serais toujours ce vantard à l’égaux démesuré. D’un coup je fixai alors tout les aliments se trouvant devant moi avant d’apercevoir de la crème chantilly, je lançai alors un regard malicieux à la jolie blonde avant de lui mettre de la chantilly sur la joue tout en riant, c’est vrai c’est stupide et surtout puéril, mais bon c’est de l’Hunter tout cracher quoi, je riai alors pendant un bon moment avant de me calmer. –« ….J’avoue c’est stupide…. »

_________________
You can all go to hell:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marley K.R Cameron
Deuxième année
avatar

Messages : 266
Points : 296
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 22
Localisation : Un squat pourri

MessageSujet: Re: Ce qui est fait est fait. [Marley & Hunter]   Dim 22 Déc - 9:04

Ce qui est fait, est fait.
Marley & Hunter

La violence engendre la violence.



Marley ne voulait pas attirer la pitié de qui que ce soit et surtout pas du beau brun. Elle voulait simplement lui faire comprendre que tout le monde pouvait vivre des tragédies dans la vie et ne pas pour autant finir méchant, agressif et sombre. Certes, Hunter avait été pendant trop longtemps en manque d'amour et d'attention maternel, mais c'était quelque chose auquel Marley voulait remédié car c'était tout bonnement innadmissible. Elle savait qu'il était quelqu'un de bien, elle le sentait jusqu'au fond de ses tripes et elle se devait de lui faire connaître l'amour, la tendresse, l'attention... Des mots qui ne devaient sans doute pas faire partie de son vocabulaire.

Le garçon l'enlaça et la fille devint de toutes les couleurs de l'arc-en-ciel. Elle resta dans ses bras cependant, se doutant qu'elle devait avoir des effets positif et apaisant sur lui alors pour l'en priver. Hunter dit ensuite à la petite blonde de lui nettoyer le visage avec que celle ci lui ait mit un peu de chocolat sur le nez. Marley ria un peu de la situation puis fit un gros poutou sur le nez du bad boy pour y retirer le chocolat. Et voilà il était tout propre. Mais c'était sans compter sur la vengence de Hunter White....

« Oui c'était très stupide et tu vas le regretter, mouhahahahahahaha ! »

Sans plus attendre, la blonde contre attaque en prenant la crème chantilly et en aspergeant le visage d'Hunter avec. Marley ria aux éclats, elle lui sauta dessus et se mit sur lui à califourchon, la chantilly dans la main.

« Implore mon pardon ou je te recouvre de la tête aux pieds ! »

Elle lui tire la langue.
Code by AMIANTE

_________________


Marley Kennedy Rose Cameron


Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme, ce beau matin d'été si doux : Au détour d'un sentier une charogne infâme sur un lit semé de cailloux [...] Et pourtant vous serez semblable à cette ordure, à cette horrible infection [...] Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine qui vous mangera de baisers, que j'ai gardé la forme et l'essence divine de mes amours décomposés !
©MINNIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hunter E. White
Première année
avatar

Messages : 109
Points : 135
Date d'inscription : 30/10/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Ce qui est fait est fait. [Marley & Hunter]   Dim 22 Déc - 10:28

C’est vrai parfois je fais des choses vraiment stupide et qui pourtant sur le coup me font vraiment rire ! Là, l’une de mes conneries m’avait coûté chère, très chère puisque ma victime venait de se venger en me renvoyant l’appareil sauf que cette fois ci elle m’aspergea tout le visage de crème chantilly que je cru devenir aveugle tellement la chantilly me bouchai la vue ! Je fus ensuite entraîné en arrière lorsque la belle me sauta tout en se positionnant au dessus de moi l’arme du crime à la main ! J’essuyai mon visage comme je pouvais avant de la fixer un moment. –« Oulalala Marley se rebelle mon dieu que j’ai peur » J’imitai la voix d’Homer Simpson à ce moment, je ne sais pas pourquoi ne me demandait pas je ne serais vous répondre ! Puis je la fis basculé afin que les rôles soit inversés et que je puisse récupérer la chantilly avant de lui en mettre un bout sur le front et de commencer à la chatouiller. –« Alors c’est qui qui implore la pitié de qui hein ! C’est qui ?! » Je continuai de la chatouiller tout en riant moi aussi avant de m’arrêter afin de la laisser respirer.

Cette fille à comme une sorte de pouvoir, je ne sais pas comment elle fait, mais c’est vraiment quelque chose de naturel qu’elle a en elle et qui vous donne l’envie d’être…différent enfin qui me donne l’envie d’être différent ! D’être aussi gentil et attentionné qu’elle, d’avoir autant d’humanité qu’elle, souvent les gens pensent que les personnes comme moi qui sont détestable et tellement énervant vive bien et qu’ils n’ont pas de conscience, mais c’est faux, il nous arrive aussi de résonner de penser et même parfois de ressentir les choses pas tous les jours certes, mais on pense, on pense. Je soupirai ensuite un bon coup avant de me lever et de m’asseoir sur la nappe tout en la regardant. –« Marley…comment tu fais ? Comment tu fais pour être si….si gentil avec tout le monde pour être si attentionné….je veux dire… » A ce moment là, je me sentis vraiment con, c’était moi ?! Moi ?! Qui posait ces questions débiles ? Digne d’un film pour personne complètement stupide ! Je riais alors un coup avant de tourner la tête et de me servir un verre de vin. –« Non oublie ce que je viens de dire s’il te plaît c’est complètement con » Je bus ensuite mon verre d’une gorgée et me laissai tomber en arrière afin de me retrouver allonger et de pouvoir me reposer pendant quelques secondes.

_________________
You can all go to hell:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marley K.R Cameron
Deuxième année
avatar

Messages : 266
Points : 296
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 22
Localisation : Un squat pourri

MessageSujet: Re: Ce qui est fait est fait. [Marley & Hunter]   Jeu 26 Déc - 10:39

Ce qui est fait, est fait.
Marley & Hunter

La violence engendre la violence.



J'avoue que Marley y était peut être allée un peu fort en l'aspergeant de chantilly sur tout le visage prenant même le risque de l'aveugler. Mais si Hunter pouvait faire des choses stupides, la blonde pouvait en faire d'autre encore plus stupides. Ainsi, sans doute pour se venger, le garçon la retourna et la chatouilla jusqu'à ce que mort s'en suive. Enfin presque. Marley était au supplice, elle se tordait dans tout les sens en riant à tue-tête, elle n'en pouvait plus et avait mal au ventre à force de rire.

Le garçon se leva pour la laisser respirer et elle arrangea ses cheveux et remit sa robe sur ses genoux pour ne pas qu'elle monte trop haut sinon elle était bonne pour tomber dans les pommes. Contrairement à ce qu'elle aurait pu croire, Hunter avait une bonne influence sur elle. Oui d'accord c'est un voyou de premier et il est très violent, c'est doute un menteur, un beau parleur et un infidèle mais la blonde peut pas se passer de lui depuis qu'il l'a ramassé par terre dans le couloir. Elle avait besoin de bouffée d'Hunter chaque jour car c'était ui qui lui maintenait la tête hors de l'eau et elle ne sait pas comment elle aurait pu tenir ces années de fac sans lui. Il était un ami et pour ca elle aurait envie de l'en remercier. Est ce qu'elle avait une chance d'être plus qu'une amie avec lui ? Sans doute pas non et elle ne sera pas du genre à lui courir après, c'est peut être une vierge mais elle s'y connait sans doute un peu en relation homme femme. Elle a trop longtemps vu sa mère pardonner à son père de la frapper et de la violer, jamais Marley n'acceptera de se faire mener en bateau par un garçon. En attendant, elle profitait du bad boy qui pour l'heure accepter de passer toutes ses journées avec elle.

Il lui posa une question qui la fit rougir puis sourire. Il était mignon de se trouver con à chaque fois qui lui parlait. Au contraire, c'était une bonne question. Elle ne savait pas vraiment pourquoi elle était comme elle était, peut être qu'avec tout ce qu'elle aurait vécu elle aurait du devenir une espèce de garce salope qui cogne sur tout ce qui bouge et qui se sent supérieur. Comme Espérance, la fille qui la martyrise nuit et jour, qui envoie ses copines la bousculer dans les couloirs, faire tomber ses livrs, mettre des trucs gluant dans son casier ou l'espioner dans les vestiaires. Oui ca aurait été peut être plus facile d'être comme ca.

« Hum...Je pense que c'est parce que je ne choisie pas la facilité. Il est plus facile de faire du mal aux gens que d'essayer tant bien que mal de leur faire du bien, d'être là pour eux, de faire passer leur besoin avant les notres. C'est ce que je m'efforce de faire chaque jour, en essayant de rester en vie. J'aime ce que je fais et ce que je suis même si ca n'a pas l'air de plaire à tout le monde. »

C'est vrai que les filles en générales ne l'aimaient pas. Marley ne savait pas vraiment pourquoi mais c'est vrai qu'elle a toujours eu du mal à s'entendre avec les filles, elle n'était pas vraiment comme elles, n'avait pas spécialement les mêmes centres d'intérêt mais au lieu de la trouver fascinante pour ca, elles la considéraient plus comme une paria, une extraterrestre qui n'avait rien à faire ici.

Elle jeta un œil à Hunter, il était en train de boire un verre de vin cul sec, chose que la jeune femme voulu faire aussi. Elle bu une autre gorgée puis quand le bad boy s'allongea, elle s'allongea sur lui, posant sa tête sur son torse. Elle commençait à avoir la tête qui tourne à cause de l'alcool.

« Et toi ? Pourquoi as tu choisi la facilité ? »

C'est vrai, être privé d'amour ne veut dire ne pas en donner à son tour. Si c'était le cas alors Marley aurait du cesser d'aimer et d'être attentionnée au moment où sa mère et morte et pourtant malgré tout elle continue d'aimer son père. Elle a également de l'affection pour Hunter et lui porte chaque jours de l'attention. Etre privé de quelque chose n'est pas une excuse pour nos actes, car si on fait ce que l'on fait c'est que dans le fond on en a envie.
Code by AMIANTE

_________________


Marley Kennedy Rose Cameron


Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme, ce beau matin d'été si doux : Au détour d'un sentier une charogne infâme sur un lit semé de cailloux [...] Et pourtant vous serez semblable à cette ordure, à cette horrible infection [...] Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine qui vous mangera de baisers, que j'ai gardé la forme et l'essence divine de mes amours décomposés !
©MINNIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hunter E. White
Première année
avatar

Messages : 109
Points : 135
Date d'inscription : 30/10/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Ce qui est fait est fait. [Marley & Hunter]   Jeu 26 Déc - 21:22

La réponse de Marley était plutôt logique, mais difficile à appliquer, c’est vrai qu’il est bien plus facile de se cacher derrière un comportement de voyou qui casse et dont pas grand monde ne connait sa véritable situation plutôt que de se comporter justement comme ce gars qui malgré la difficulté de sa vie préfère voir les bons côtés. On n’aime tous ce cacher derrière de raison qui n’en sont enfaite pas, c’est plus simple pour tout le monde et surtout pour soi. Je pensais, la voix de Marley qui résonnait et ces phrases si vrai...Avant que celle-ci ne vienne poser sa tête sur mon torse, je lui caressai doucement les cheveux en m’amusant avec avant que celle-ci ne me pose une question assez direct ! Pour ai-je choisis la facilité ? Pourquoi n’ai-je pas fais comme ? Peut que en étant pas comme je suis aujourd’hui ma vie serait différente, je me le demande souvent sans vraiment trouver de réponse ou plutôt sans vraiment chercher. C’est lâche, très lâche, mais c’est dans ces moments que je me rappelle qu’en faite je suis humain et que comme tout les autres humains de cette foutu planète, il m’arrive de regretter, d’espérer de ressentir quoi. Je fis un sourire afin de ne pas monter à quel point j’étais mal à ce moment avant de soupirer légèrement. –« Tu sais Marley, tout le monde n’est pas aussi forte que toi.. »

C’était donc ça ma réponse. Enfaîte comme d’habitude je n’avais pas envie de parler de ça, je voulais fuir parce que ma lâcheté en quelques sortes me permettaient de vivre depuis tellement d’année sans que ma conscience ne vienne n’y mettre son grain de sel alors cela resterais ainsi, il fallait changer de sujet et vite sinon j’allais me mettre à résonner sur les propos de Marley et j’en sortirais plus. .Je regardai alors Marley tout en continuant de jouer avec ces cheveux avant de finalement m’arrêter. Il y avait un silence qui me mettait plutôt mal à l’aise, je n’aimais pas cette ambiance froide, il fallait faire quelque chose ou dire quelque chose en tous cas à tout prix briser ce silence insupportable. –« Niaw. » Oui je vous l’accorde ! C’est la chose la plus stupide que j’ai pu faire de toute ma vie et je pense que jamais j’aurais osé le faire auparavant, mais avec elle, j’ai l’impression que je peux me permettre plus de chose et pourtant je la connais depuis peu, je riai alors légèrement à ma connerie avant de me mettre à lui chatouiller le bras tout en lui souriant attendrit. - « Je sais pas pourquoi, mais tu es une des rares personnes que j’ai rencontré cette année et que j’apprécie autant…en vrai tes une fée, c’est ça ? » Je lui fis un grand sourire avant d’essayer d’attraper mon verre pour me servir encore un peu de vin.

_________________
You can all go to hell:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marley K.R Cameron
Deuxième année
avatar

Messages : 266
Points : 296
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 22
Localisation : Un squat pourri

MessageSujet: Re: Ce qui est fait est fait. [Marley & Hunter]   Ven 27 Déc - 9:33

Ce qui est fait, est fait.
Marley & Hunter

La violence engendre la violence.



Marley voyait bien que ce genre de discution rendait Hunter mal à l'aise et c'était justement pour ca qu'elle voulait toujours en parler. Elle voulait le forcer à s'ouvrir, à exprimer ce qu'il ressent et ne pas garder tout pour lui. Il lui avait dit que tout le monde ne pouvait pas être aussi fort mais c'est faux, Marley n'est pas forte, c'est une pleurnicheuse qui va parler de ses problèmes au premier bad boy venu. C'est nul. Mais ca lui fait du bien, ca lui fait du bien de parler à Hunter, de lui ouvrir son cœur, de soupire, de pleurer, de rougir avec lui sur tout et n'importe quoi, d'être totalement elle-même et libre. Elle voulait qu'il ressente ca aussi, mais peut être que c'était déjà le cas et qu'il avait déjà une personne avec laquelle il ressentait toutes ces choses. Tout à coup la blonde se mit à rougir de la tête aux pieds.

La jeune femme resta allongée sur le garçon pendant qu'il lui caressait les cheveux et jouait avec de temps en temps. C'était agréable, à tel point que la blonde fermait les yeux et se mit à bailler. Jamais elle n'avait été en total sentiment de plénitude, comme s'il n'y avait plus rien d'autre sur terre et que lui et ses caresses. En fermant les yeux, Marley imagina son ange gardien lui caresser la nuque, puis le dos avant de descendre au creux de ses reins et de remonter lentement. Elle rougit tellement qu'elle en eut chaud ! Mais heureuse, un miaulement étrange la fit sortir de sa rêverie et elle se redressa pour le regarder en souriant.

« Ouaf ? »

Tenta-t-elle avant de se pencher au dessus de son visage et de lui lécher la joue. Je vous l'ai dit, si Hunter était capable dechose stupide, Marley d'autant plus. Il lui caressa ensuite le bras en lui souriant et la jolie blonde lui rendit son sourire, plongeant ses yeux bleus dans les siens et en lui caressant la joue tendrement.

« Pour moi tu es simplement la seule personne que j'apprécie. Je n'ai jamais eu d'amis, ni de petit ami. Tu as été la seule personne à m'accorder un regard en dix neuf ans d'existance et je t'en remercie. Tu me fais vivre un rêve chaque jour. »

Et c'était vrai, Hunter n'en avait sans doute pas conscience, peut être croyait-il qu'il était bon à rien mais la blonde voulait qu'il comprenne à quel point il était important pour elle, combien elle serait anéanti si elle devait le perdre puis d'un coup Marley ouvrit grand la bouche. « Ola ma vieille, tu es amoureuse euh ! Ca va être marrant, tiens. » Lui dit sa conscience pour se moquer d'elle et la blonde approuva, c'est vrai qu'elle était en train de tomber amoureuse et c'était la chose la plus horrible qu'il pouvait lui arriver. Aussitot, elle prit la bouteille de vin et se mit à la boire cul sec jusqu'à ce qu'il n'y ait plus une goutte.

« Heu...Je...Heu...Je crois que je vais y aller...J'ai...Heu...J'ai....Des trucs à faire. »
Code by AMIANTE

_________________


Marley Kennedy Rose Cameron


Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme, ce beau matin d'été si doux : Au détour d'un sentier une charogne infâme sur un lit semé de cailloux [...] Et pourtant vous serez semblable à cette ordure, à cette horrible infection [...] Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine qui vous mangera de baisers, que j'ai gardé la forme et l'essence divine de mes amours décomposés !
©MINNIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ce qui est fait est fait. [Marley & Hunter]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ce qui est fait est fait. [Marley & Hunter]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pensionnat :: Ouest :: Couloirs-
Sauter vers: