Bienvenue dans l'université de St Petersburg en Floride! Inscrivez-vous faites évoluer votre personnage mais n'oubliez pas de lire le règlement et de vérifier si le perso que vous souhaitez interprétez est prit ou bien si c'est un scénario!
Amusez vous bien!



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 "moi aussi j'peux t'apprendre à plier tes culottes contre de l'argent, ça s'appelle de la prostitution vestimentaire !"

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: "moi aussi j'peux t'apprendre à plier tes culottes contre de l'argent, ça s'appelle de la prostitution vestimentaire !"   Sam 14 Sep - 14:24




Fabio Henderson
« et demain je me traiterai de connard, mais demain c'tellement plus tard »



who i am

Bonjour! Je m'appelle Fabio mais mes amis me surnomment Fabio.. Je suis né(e) en Syrie puis j'ai déménagé à Londres alors que j'avais quelque jours, le 06/061994 et de ce fait j'ai donc 19 ans. Côté coeur, je suis célibataire, sachant que mon orientation sexuelle est Hétérosexuelle. J'appartiens au groupe King. Je suis un personne Lunatique, Dragueur, Profiteur, Protecteur; mais aussi Gentil, Drôle, Jaloux, Impatient.


this my story

a cave résonnait sous les cris de la femme. L’atmosphère chaotique pesait. Les murs orangés, pâles et rugueux sombraient. L’homme apeurait. La femme hurlait. La mort approchait. La sage-femme rassurait la condamnée, marmonnant ses bafouilles en sanglotant. Natalia Henderson, hurlant de douleur, accouchait son bébé. Son mari, Jeremy Henderson, posait ses fines lèvres sur son front. La tension lourde grinçait dans la cave d’une maison abandonnée, à Damas. Une balle de « Beretta » calibre dix-neuf logeait dans la poitrine de la future mère. Les islamistes ne l’avaient pas raté. Le sang abondait, et tous, dans cette sale, connaissait son destin. La mort. Son teint paraissait aussi pâle qu’un nuage et sa peau se desséchait. Sous une douleur intense, elle hurla. « Je vois ses jambes ! » articulait la sage-femme, cette amie proche du couple. Natalia sourit. Sa voix faiblit, et ses paupières devinrent de plus en plus lourdes. Mais elle n’abandonnerait pas. Elle était déterminée à accoucher avant sa mort. L’armée islamiste était encore à leurs trousse, Natalia n’avait normalement pas le droit d’avoir un enfant. En guise de punition, la famille devait mourir. Des gouttes de sueur suspendirent sur son front. Les larmes de Jeremy roulaient sur ses joues. Hurlant de plus belle pour faire vivre son bébé, Natalia puisait ses dernières forces. Le cœur effectuait ses derniers battements, ses poumons son dernier souffle, et ses yeux son derniers regard. Mais soudain, Jeremy empoigna la main faible de sa femme. Ce contact vif réveilla celle-ci. Les sourcils froncés, l’homme rugit. «  Fais-le, mon cœur. Fais vivre notre enfant ! Je t’aimerai toujours, même au plus haut des cieux. Fais le vivre ! » Le regard de la triste femme se tourna vers son mari. Elle conclut. « Oui. ». Natalia inspira une bouffée d’air sans fin, puis lâcha un hurlement assourdissant qui dura plusieurs secondes. Le petit enfant sortait. La sage femme tremblait et l’encourageait. Le mari sourit. Le hurlement magistral retentit dans la Syrie entière. Le hurlement de fin. Le hurlement de vie. Sa voix, tenant de bonnes dizaines de secondes grâce à ses talents de chanteuse, se mélangeait à sa douleur insupportable. Le sang gicla. La sage-femme attrapa le bébé, laissant tomber ses larmes sur les joues joufflues de l’enfant. Le cri de la femme se tut, suffoquant de victoire. Ses yeux vitreux reflétaient son triomphe. Le triomphe de donner la vie. L’amie du couple tendit l’enfant à la mère. Celle-ci le prit. Elle enlaça le fruit de ses entrailles, et posa ses lèvres entre ses deux yeux. « Mon fils…je voudrais tellement rester à tes côtés. Mais je vais partir, moi. Rejoindre les cieux. Grandis dans une bonne situation. Sois généreux, et simple. Tisse-toi des liens avec de bonnes personnes, et surtout, surtout, mon ange… » Le silence se fit. Le petit ne criait plus. Le tableau se figea. Elle lança un regard vers son mari, sans un sourire, traduisant l’enfer qu’ils avaient vécu à être soumis. « Ne te laisse jamais marcher dessus. » Elle reposait ses lèvres sur son front, et personne ne bougea. Pendant une longue minute troublante, dans ce dernier signe maternelle, Natalia décéda. Jeremy prit sa tête dans les mains, coulant les larmes les plus chaudes de son corps. Sa femme mourut. Son fils naquit.

Jeremy ne réalisait pas vraiment que la lumière de sa vie venait de s’éteindre. Son espoir. Sa raison de vivre. Son amie sage-femme s’approcha de lui et l’enlaça. Dans une harmonie de sanglot, les deux amis posèrent leurs têtes sur l’épaule de l’autre. Les cheveux châtains de la femme glissèrent sur son torse. Soudain, des braillements et des bruits de plus en plus forts s’approchèrent de la cave. Les cris des assassins arrivèrent, et Jeremy paniqua. Les islamistes avaient défoncés la porte. Jeremy embrassa une dernière fois le cadavre de sa femme, et s’empara du bébé entre ses mains glacés. La sage-femme ouvrit la porte de derrière. Ils détalèrent, laissant le corps de la défunte dans ce tombeau. Hurlant leurs coutumes syriennes, les islamiste s’approchèrent de leurs cibles armés s’AK-47 équipés de viseurs lasers. La sueur coulante, le cœur battant à ses plus hautes pulsions, sa respiration sifflante, il entama son ultime course. Sa femme n’avait pas abandonnée, il ne comptait pas donc pas faiblir. Le bébé dans ses bras beuglait de sa voix stridente. Jeremy, déterminé, escalada les rochers et les débris, aidant son amie à la fois. La troupe islamiste poursuit les civils, acclamant leur dieu céleste. Ils aperçurent Jeremy. Fous furieux, les armes à la main, ils se lancèrent à la course. Deux d’entre-deux tiraient des balles perdus à l’horizontale. Sous le soleil éclatant, ils rassemblèrent leurs efforts pour effectuer un sprint. N’importe quelle balle pouvait les toucher. Mais ingénieusement, les deux syriens frappèrent dans le sol ensablé pour créer un nuage de poussière et diminuer la visée des armes. Les yeux de Jeremy s’écarquillèrent. La route se dévoilait devant eux. Le sourire aux lèvres, ils rirent nerveusement. Ils avaient fuient, et le bébé était en vie. Ils avaient survécus. Il prit fougueusement la main de la belle syrienne, souriant, libre, traversant les derniers obstacles. Leur cauchemar était terminé. Mais rompant un rêve céleste, un tir retentit. La balle se logea immédiatement dans le mollet de l’homme. Rugissant de douleur, les larmes aux yeux, une giclée de sang fuit de sa jambe, inondant le sol. Audacieux et inébranlable, il continua ses derniers mètres, victorieux. Une. Deux. Trois balles. Sous le cri terrorisé de la syrienne, dans un bruit sourd, deux balles plongèrent dans le dos du pauvre homme.  La dernière balle se dirigea vers cette dernière. Vision d’horreur. La condamnée ferma les yeux. « Non ! » beugla le nouveau père. Il se jeta sur la balle, qui s’inséra dans sa nuque, le tuant sur le coup.

La vie du nouveau père s’envola sous les yeux de son amie. Le sang fuyait. Il n’y avait rien à faire, il était mort. Elle hurla d’effroi, et sans attendre, attrapa le dernier survivant Henderson dans les bras du défunt. L’enfant. Traversant la route, le désespoir s’empara d’elle. Soudain, devant ses yeux illuminés, une voiture traversa. D’un bond titanesque, elle se jeta sur la voiture qui roulait déjà. Accroché à la portière, ses jambes grattant au sol et déchirant sa peau matte, le bébé dans l’autre bras, c’était son seul espoir. La survivante, d’une force surhumaine, comme si elle était aidée par les dieux, ouvrit la porte et s’assit sur le siège en une fraction de seconde. Elle referma tranquillement la porte en tant que passagère clandestine. Avant que le conducteur ne s’énerve, elle raconta toute l’histoire « Je ne peux pas quitter Damas, vous devez sauvez l’enfant ! » finit-elle. Ses larmes ne cessèrent de couler sur ses pommettes crispées. Le conducteur inspira un bon coup, décidé à sauvé l’enfant de l’enfer. « Je suis Londonnien, je peux le prendre avec moi. » La femme se calma aussitôt et sourit. Elle avait sauvé l’enfant de ses meilleurs amis. Les événements étaient passés trop vite, et sa tension chuta. L’énigme est résolve. Le bébé est sauvé. Son corps se décontracta, soulagé de cette nouvelle. Échappant à la terreur, elle sourit. Elle plongea dans le siège. La vitesse de son poule baissa. « Jeremy, Natalia, votre enfant est sauvé. » pensait-elle. Le miracle s’accomplit. Du ciel, Natalia tenait la main de Jeremy. L’âme blanche et légère, ils fixèrent avec un sourire rayonnant leur descendance. Leur fils. Le survivant. Moi.


behind the screen

Prénom • Noémie
Pseudo • Noémie
Avatar • Diego Barrueco
Ton âge • 14 à la fin de l'année
Accepte un doublon d'avatar •  non
Comment avez-vous connus le forum ? • Je suis une des deux admins
Avis sur le forum • Magnifico
Code du règlement • Love Gosh Yay !

FICHE PAR ROMANE

Revenir en haut Aller en bas
Martina Stone
Admin
Admin
avatar

Messages : 281
Points : 459
Date d'inscription : 04/08/2013
Age : 23
Localisation : St. Petersburg

MessageSujet: Re: "moi aussi j'peux t'apprendre à plier tes culottes contre de l'argent, ça s'appelle de la prostitution vestimentaire !"   Sam 14 Sep - 15:16

Fabio Henderson

Tu es validé(e) !


Maintenant que ta présentation est terminée tu peux faire pleins de chose !

Tu peux avoir une chambre
Et pourquoi pas demander des liens
Mais aussi des rp's
et plus plus important c'est que tu peux flooder I love you Et n'oublie pas le système des points Wink



©️ création de Blacksun



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
"moi aussi j'peux t'apprendre à plier tes culottes contre de l'argent, ça s'appelle de la prostitution vestimentaire !"
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Peux-tu m'apprendre à jouer comme toi? PV Alexandra Wayland-Terminé
» Ct que je ne peux pas apprendre
» [validée]Aito Kimura , Futur Amiral
» Ton âme aussi pure puisse-t-elle être, tu ne déteindra pas sur mon coeur noircit.
» Une invitation que,malheureusement je ne peux refuser(PV HC)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'aboutissement :: Les Présentations :: Présentations Validées-
Sauter vers: