Bienvenue dans l'université de St Petersburg en Floride! Inscrivez-vous faites évoluer votre personnage mais n'oubliez pas de lire le règlement et de vérifier si le perso que vous souhaitez interprétez est prit ou bien si c'est un scénario!
Amusez vous bien!



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La faim justifie les moyens [Marley & Jules] Terminné

Aller en bas 
AuteurMessage
Marley K.R Cameron
Deuxième année
avatar

Messages : 266
Points : 296
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 22
Localisation : Un squat pourri

MessageSujet: La faim justifie les moyens [Marley & Jules] Terminné   Ven 8 Nov - 16:14

La faim justifie les moyens.
Marley & Jules

Une suite de petites volontés fait un gros résultat.  Baudelaire



Aujourd'hui Marley avait la journée devant elle, elle n'avait pas cours et son père lui avait laissé la permission de sortir pour faire ce qu'elle veut. L'ennuie c'est qu'avant, quand elle sortait, son père lui donnait toujours cinquante dollars pour qu'elle puisse s'arrêter manger un truc ou boire un verre avec des amis. Là... Elle n'avait pas un sous en poche et elle mourrait de faim.
C'était une belle journée, le soleil brillait et elle savait que toute la ville serait de sortie. Aujourd'hui c'était le week end, tout le monde allait se donner rendez vous et elle allait sans doute croiser toute son école en ville. Il ne manquait plus que ca. Marley ne faisait pas en sorte de sécher les cours pour ne pas voir ces abrutit si c'est pour au final les croiser dans la rue. La blonde en avait marre de cette vie, elle en avait marre de tout ces gens, même si elle ne les connaissait pas. Elle ne voulait pas les connaître. Elle voulait rentrer chez elle, retourner à New York, redevenir riche. Etre toujours à la pointe de la mode, avoir un petit déjeuné de ministre, un chauffeur et un garde du corps. Là tout le monde se fichait d'elle, elle n'existait pas. Pour eux, Marley Cameron n'était absolument personne.

« Papa ? Papa ? »

Pas de réponse, il ne devait pas être là. En ce moment son père passait beaucoup d’entretiens d'embauche. L'avantage au moins ici c'est qu'étant dans une petite ville, personne ne se bouscule sur le pas de la porte pour travailler. Quand ils ont un emploie, ils s'y accrochent et c'est tout. A N-Y personne ne reste avec le même emploie plus d'un an, ils ont continuellement besoin d'évolution, de gradation, il faut qu'ils se sentent utiles et respecté. Dans un bled comme St Petersburg, ca risque pas d'arriver. Marley espérait vraiment que son père trouve un job et qu'ils puissent s'installer dans une vraie maison où ca sentirait le propre et non pas le rat crevé...
La jeune femme vérifia que son père ne soit pas là puis se fit un roulé de cigarette et commença à fumer. Elle ne pouvait pas fumer devant son père, si il le savait il lui donnerait une correction dont elle se souviendrait ! La jeune femme inhala longuement la fumée pour la faire passer dans ses poumons puis elle commença à faire un brin de ménage. Cet endroit était une vraie décharge malgré le fait qu'elle le range tout les jours. Ils n’avaient que deux fenêtres pour tout l'appart, des toiles d'araignées, de la poussière, de la crasse et... Oh mon dieu....

« AHHHHHHHHHHHHHH !  Putin de merde ! »

Plus de peur que mal ce n'était qu'une souris ! Une souris ! Ils ont des souris maintenant ! Marley écrasa sa cigarette, le roula en boule et se mit à pleurer. C'est pas possible, c'est un cauchemar... Une fois qu'elle eut fini de pleurer, la jeune femme prit son sac à dos et s'en aller sans même fermer la porte derrière elle. A quoi bon, qui voudrait voler des trucs ici ?! Et puis de toute façon elle voulait partir d'ici au plus vite. Et voilà comment on en revient à Marley qui se balade en ville par un si beau temps sans avoir prit la peine de manger et qu'elle crève donc la dalle en ce moment.

Arrêtée devant un Starbucks, la jeune femme regarda la vitrine avec envie. Dire qu'avant, il suffisait qu'elle entre dans un SB pour que tout le monde veuille lui offrir un cupcake. Même le propriétaire était  fier de l'avoir dans son établissement car elle ramenait toujours de a bonne clientèle mais là... Là, à St Petersburg, habillée en clocharde elle faisait plus de la peine qu'autre chose. La blonde, se laissa tomber sur le sol, devant le célèbre café et mit son visage sur ses genoux et se mit à pleurer. Son ventre gargouilla grossièrement ce qui n'eut pour résultat que de la faire pleurer à chaude larme.

« Mon Dieu, si vous m'entendez, faite que tout redevienne comme avant... J'en ai assez... »
Code by AMIANTE

_________________


Marley Kennedy Rose Cameron


Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme, ce beau matin d'été si doux : Au détour d'un sentier une charogne infâme sur un lit semé de cailloux [...] Et pourtant vous serez semblable à cette ordure, à cette horrible infection [...] Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine qui vous mangera de baisers, que j'ai gardé la forme et l'essence divine de mes amours décomposés !
©MINNIE


Dernière édition par Marley K.R Cameron le Dim 17 Nov - 18:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jules Romy Myler
Première année
avatar

Messages : 130
Points : 144
Date d'inscription : 01/11/2013

MessageSujet: Re: La faim justifie les moyens [Marley & Jules] Terminné   Dim 17 Nov - 13:43


La faim justifie les moyens
Jules & Marley



Aujourd'hui comme à peu près tous les jours où je n'ai pas cours je vais travailler au Starbucks . J'avais postulé 1 semaine après mon arrivée pour être serveuse bon bah vous le devinez bien j'ai étais pris, actuellement le Starbucks c'est un peu comme ma seconde maison depuis mon arrivée j'y vais presque tous les soirs surtout quand je n'ai pas de devoir ou tout simplement cour ! Bref il est 8h00 il est temps que je me lève je sortit avec hâte de mon lit mit la musique a fond commençant a me préparé je ne sais pas ce qui me prenais mais aujourd'hui j'étais de bonne humeur je ne sais pas si parce que je n'es pas cour ou que j'avais enfin réussi a m'intégrer dans cette ville avant même de m'habillé et tout j'allas prendre un petit-déjeuner composer d'un café et une tartine puis retourna dans ma chambre .. Alors faut que je sois hyper donc je me lave bien comme il faut, je choisis dans mon dressing un truc simple mais joli, c'est a dire mon slim blanc et un t-shirt simple, je me maquille, lâche mes longs et beaux cheveux bruns.Je prends un taxi parce que je n'avais pas le courage d'aller a pied jusqu'au Starbucks , lors du trajet en taxi je pensais a toute mes rencontres que j'avais fait ici mais je n'eus le temps d'y songe plus longuement que j'étais déja arrivée ! Je sortis du taxi avec hâte en lui payant ce que je lui devais puis entrai dans le Starbucks qui était assez calme aujourd'hui j'allais directement mettre mon tablier de serveuse et tous les trucs qui vont avec puis le patron arriva me disant qu'il y avait une table que je devais aller servir ! Et hop c'est parti a peine arrivée et le travaille commence , c'est la vie je fis mon plus beau sourire me dirigeant vers la table jusqu'à que je remarquais une fille que j'avais déja vue ! Ah ouais, c'est la fille qui est tombée comme une merde dans les couloirs, je ne l'aimais,pas  je ne lé connaissant a peine, mais je ne l'aimais pas déja ! Je passai devant elle avec un sourire faux et lui dis-je
« Bonjour la fille qui ne trouve pas de vêtements a sa taille ou qui les pique a son père c'est au choix , vous souhaiter boire quelque chose ?»
Je la regardais de haut en bas attendant ça réponse ça serait sympa qu'elle se grouille quand même puis rajouta un dernier mot!
"Au faite tu t'es fait mal dans le couloir ? "


_________________
    Jules R. Myler

    quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote  ✰
    © Kaiji

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marley K.R Cameron
Deuxième année
avatar

Messages : 266
Points : 296
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 22
Localisation : Un squat pourri

MessageSujet: Re: La faim justifie les moyens [Marley & Jules] Terminné   Dim 17 Nov - 14:21

La faim justifie les moyens.
Marley & Jules

Une suite de petites volontés fait un gros résultat. Baudelaire



Le monde de Marley était en train de s'effondrait, rien n'allait. Que ca soit chez elle ou même à la fac... A la fac c'est pire que tout, tout le monde la déteste sans même la connaître. Certaine personnes se moquent d'elle alors qu'ils ne savent même pas comment elle s'appelle. Le pire ca doit être encore cette garce, cette...Cette Espérance de malheur. Elle et ses copines prennent un malin plaisir à la ridiculiser devant tout le monde, elles la bousculent dans les couloirs, la font tomber, lui tire les cheveux, lui renverse des trucs sur la tête.... Vraiment elle les déteste toutes. Comment peut être aussi méchante avec une personne qui ne vous a jamais rien fait. Marley voudrait que toute la bande se prennent violemment un bus pour voir un peu l'effet que ca fait, mais dès qu'elle a se genre de penser, la blonde rougit. C'était méchant de penser ca, elles ne méritaient pas ca. Soupire. Heureusement il y a Hunter. C'est la seule personne avec laquelle Marley accepte de parler, sinon avec les autres elle bafouille, elle n'arrive pas à engager une conversation, elle rougit en permanence. Mais pas avec lui, avec lui elle se sent plus libre d'être elle même. Il ne se moque jamais d'elle, il la protège, il la fait rire et lui fait découvrir plein de chose. Marley pensait qu'elle passerait toute sa scolarité seule dans cette ville mais elle était bien contente de l'avoir rencontré.

Commençant à avoir mal aux fesses, la jeune femme se redressa et s'assit à une chaise sur la terrasse du café. Elle sortie son porte-monnaie et commença à compter ses petites pièces, hum... Elle avait juste de quoi se payer un petit gâteau. C'était déjà pas mal, en le mâchant doucement elle pourrait peut être se caler la faim jusqu'à ce soir. Soupire. Marley avait envie de mourir. Elle posa son front sur la table, peut être que si elle se cognait la tête suffisamment fort contre la table elle pourrait se téléporter à NY ? Ouais bon ok on a le droit d'y croire hein. Soudain elle entendit une voix derrière elle, se redressant la blonde vit sa voisine de casier, la fille bizarre qui persistait à vouloir lui parler alors que Marley lui avait clairement fait comprendre qu'elles n'avaient rien à se dire. La New-yorkaise ne sait pas comment cette fille s’appelait, en tout cas elle était sûre que c'était une amie d'Espérance, elle les voyait souvent ensemble.

« Heu...Je...Je voudrais n'importe quel gâteau que...que...Que je pourrais avoir avec ca... »

La jeune femme posa ensuite toutes ses petites pièces sur la table rougissant comme une tomate. Laissant à la serveuse le plaisir de les compter toutes une par une. Pendant ce temps, Marley se roula une cigarette qu'elle commença à fumer en regardant le ciel. C’était une jolie journée mais la blonde n'était pas d'humeur, elle aurait bien aimé qu'il pleuve et qu'il fasse gris. Au moins le temps aurait été plus en accord avec ce qu'elle était en train de ressentir. Sortant de sa rêverie, la jeune femme arqua légèrement un sourcils avant de rougir à nouveau.

« Désolée de te décevoir, mais non. »

Elle tira une longue taffe sur son rouler et tourna la tête dans une autre direction, avec un peu de chance elle comprendrait que la conversation devait couper court. Enfin de compte, la jeune blonde n'était même pas surprise de la retrouver ici. Toute cette ville n'était qu'un interminable cliché, alors il semblait évident que les filles populaires travaillaient dans un café populaire et que les garçons populaires travaillait dans des bar restaurant populaire. C'était tellement cliché que ca en devait presque affligeant.
Code by AMIANTE

_________________


Marley Kennedy Rose Cameron


Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme, ce beau matin d'été si doux : Au détour d'un sentier une charogne infâme sur un lit semé de cailloux [...] Et pourtant vous serez semblable à cette ordure, à cette horrible infection [...] Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine qui vous mangera de baisers, que j'ai gardé la forme et l'essence divine de mes amours décomposés !
©MINNIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jules Romy Myler
Première année
avatar

Messages : 130
Points : 144
Date d'inscription : 01/11/2013

MessageSujet: Re: La faim justifie les moyens [Marley & Jules] Terminné   Dim 17 Nov - 14:52


La faim justifie les moyens
Jules & Marley



Je la regardais toujours sans rien dire elle etait la au bord des larmes comme si la terre allais tomber su sa tête enfin c'est sa vie mais qu'elle me fasse pas perdre mon temps quoii je ne sais pas elle sait pris pour qui , je remarquais qu' elle sortit son porte-monnaie et commença à compter ses petites pièces !
Je vue aussi qu'elle se cognait la tête sur la table comme une cinglée mais je ne fis aucun commentaire sur ça sa risquerais de la blesser et surtout j'ai du travail ! Elle me regardait bizarrement avant de prendre la parole d'une petite voix en disant

« Heu... Je... Je voudrais n'importe quel gâteau que... Que... Que je pourrais avoir avec ça... »

Elle me posa c'est petite pièce sur la table pour les compter , j'avais envie de lui dire compte les toi t'es pièce tu m'as pris pour ta boniche ou quoi ? Mais bon je ne disai rien commençant a compter ses pièces elle avait assez pour un formule un gâteaux et un café !

« Tu as assez pour une formule c'est a dire une part de gâteau au chocolat avec un café ? Ça te va où tu souhaites autre chose »

Je ne sais pas pourquoi mais cette fille m'énervait juste avec ses gestes j'avais envie de lui mettre de gifles mais bons je ne suis pas quelqu'un de violente donc je ne dis rien souriant !
Elle rougissait comme une tomate, c'était marrant à voir puis elle reprit la parole tirant une taffe sur sa cigarette :

« Désolée de te décevoir, mais non. »

Je souris comprenant vite qu'elle voulait couper court a cette discussion mais ce n'était pas mon genre je reprit vite fait la parole la regardant toujours avec mon plateau de serveuse en main

«Ça ne m'étonnes pas les vêtements que t'as piquer a ton père on du te protéger faudrait que tu pense a en trouver a ta taille soit dit en passant car là je veux pas être méchante mais voilà quoi»

Je préférai me taire pour peur qu'elle pleure bah ouais, on sait jamais avec ce genre de fille
Elle pourrait partir en pleurant et je pense que mon patron m'en voudrait enfin bref, je me rappelai qu'Espérance l'une de mes amies les plus proches lors de mon arrivée aussi m'avais parler d'elle, elle m'avait dit qu'elle ne l'aimait pas du tout, mais vraiment pas !
En plus par apport a Espérance, je suis un vrai petit ange, la pauvre Marley, elle est mal tombée surtout avec Espérance ! Ouais, elle s'appelait Marley, Esperance me l'avait dit !
Je sortis de mes penser la regardant toujours fumer sa cigarette regardant le ciel comme si c'était la fin du monde ..


_________________
    Jules R. Myler

    quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote  ✰
    © Kaiji

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marley K.R Cameron
Deuxième année
avatar

Messages : 266
Points : 296
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 22
Localisation : Un squat pourri

MessageSujet: Re: La faim justifie les moyens [Marley & Jules] Terminné   Dim 17 Nov - 15:21

La faim justifie les moyens.
Marley & Jules

Une suite de petites volontés fait un gros résultat. Baudelaire



Quoi ? Marley avait de quoi se prendre un gâteau et un café ? C'est pas possible ! La jeune femme sourit d'une oreille à l'autre avant d'hocher la tête comme une enfant.

« Oh oui je vais prendre ca ! Et je pourrais avoir un peu de lait dans le café ? »

Elle allait le savourer jusqu'à la tomber de la nuit ca c'était claire ! Qu'est ce qu'elle aurait voulu de plus de oute façon, elle était là tranquille sur une terrasse d'un joli café en train de fumer une cigarette, elle allait manger une part de gâteau au chocolat, son préféré, tout en sirotant un café. Finalement cette journée n'était pas plus mal. Bon bien ŝur, il y avait cette fille mais bon que voulez vous, quand one st maudit c'est pour toujours alors bon, Marley c'était rapidement habituée à ne pas avoir de chance. M'enfin, elle n'allait pas se plaire, après tout elle venait d'avoir un peu de chance.

Marley fumait toujours et la jeune fille était toujours plantée à coté d'elle. Pour quelqu'un qui avait l'air pressée elle ne voulait pas la lâcher. Elle, lui sourit, sûrement parce qu'elle n'avait pas le choix puis elle lui sortie une remarque cinglante sur ses vêtements. Franchement, elle avait que ca à lui dire, elle avait entendu pire. Et puis elle était mal placé pour parler parce que Marley voyait très bien comment elle et ses copines étaient sapées tout les jours à la fac. La jeune femme rougit puis la regarda en fronçant les sourcils.

« Dans un pays démocratique je suis libre de m'habiller comme bon me semble, mais ca te va bien de parler vêtement parce qu'une prostituée au bout de la rue m'a demandé de te dire qu'elle aimerait bien que tu lui rendes ses vêtements. »

Et toc, dans ta gueule sale conne ! Mais ca elle oserait jamais le lui dire ! Déjà qu'elle avait fait de gros effort sur elle même pour lui sortir un truc comme ca. Je vous jure que là toute suite elle aurait envie de mourir, de se désintégrer ou de se faire écraser par une météorite. C'est pas son genre de dire des truc comme ca ou de se comporter comme une garce, mais cette fille n'arrête pas de la chercher depuis le premier jour. Elle en avait marre de l'entendre, Marley était prête à tout pour qu'elle lui fiche la paix. Et puis honnêtement, même si elle regrettait beaucoup ce qu'elle venait de dire et qu'elle lutait contre l'envie de tomber dans les pommes, bhein ca faisait quand même vachement de bien de se défouler un peu et dire clairement ce qu'on pense. Si la blonde ne mourrait pas de faim, elle serait partie sans même attendre son gâteau et son café, mais malheureusement c'était un luxe qu'elle ne pouvait pas se permettre.
Code by AMIANTE

_________________


Marley Kennedy Rose Cameron


Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme, ce beau matin d'été si doux : Au détour d'un sentier une charogne infâme sur un lit semé de cailloux [...] Et pourtant vous serez semblable à cette ordure, à cette horrible infection [...] Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine qui vous mangera de baisers, que j'ai gardé la forme et l'essence divine de mes amours décomposés !
©MINNIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jules Romy Myler
Première année
avatar

Messages : 130
Points : 144
Date d'inscription : 01/11/2013

MessageSujet: Re: La faim justifie les moyens [Marley & Jules] Terminné   Dim 17 Nov - 16:35


La faim justifie les moyens
Jules & Marley



Lorsque je lui ai annoncé quelle avait droit en plus a un café son visa s’illuminait je compris
pas trop pourquoi mais bon si elle est contente d’avoir un café tant mieux pour elle
sa doit pas etre compliquée pour lui faire plaisir , on va dire que moi non plus mais pas a ce
point là mais bon je sais tres bien que la vie est une chienne enfin bref elle me repondit avec un grand sourire :

« Oh oui je vais prendre ca ! Et je pourrais avoir un peu de lait dans le café ? »

Je nota sans dans mon petit carnet et aquisia de la tete comme pour dire ! Je voyais tres bien que je l’as genais mais ne disa rien et au pire si elle est pas contente elle se barre
je vais pas la supplier ! Je regardait les serveur allais venir les saluant tantdis que moi je regardais cette desperée du cerveaux qui pensa a ce ne sais quoi avant de revenir a elle pour me dire :


« Dans un pays démocratique je suis libre de m'habiller comme bon me semble, mais ca te va bien de parler vêtement parce qu'une prostituée au bout de la rue m'a demandé de te dire qu'elle aimerait bien que tu lui rendes ses vêtements. »

Je sourit amusé limite j’aillais pleurer de rire J'ai rarement rencontrer des personnes aussi peu intéressantes de ma vie. Toujours le même discours dans sa petite bouche d'idiote, toujours cette jalousie et cette haine a mon égard. Hum, j'adore ça pour être honnête ! je repondit otut simplement avec un large sourire

«La jalousie est un vilain defaut»

Je sourit allant chercher sa commande je demanda au barman la commande souriant commençant a parler de tout & de rien une fois le café pres je pris le gâteau et le mit a coté du café sur mon plateau arrivant de nouveaux rs Marley je déposa le gâteaux avec délicatesse sur la table puis pris le café mais je trébucher enfin fit semblant de trébucher le cafe voltige de mes mains arrivant sur les habille de Marley ...


_________________
    Jules R. Myler

    quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote  ✰
    © Kaiji

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marley K.R Cameron
Deuxième année
avatar

Messages : 266
Points : 296
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 22
Localisation : Un squat pourri

MessageSujet: Re: La faim justifie les moyens [Marley & Jules] Terminné   Dim 17 Nov - 17:02

La faim justifie les moyens.
Marley & Jules

Une suite de petites volontés fait un gros résultat. Baudelaire



Décidément cette fille était vraiment idiote. Y'avait pas d'autre mot. Enfin si y'en avait un mais Marley était trop bien élevée pour l'employer. Mais quand même, qu'est ce qu'elle avait fait pour mériter que cette idiote reste collée à elle. On la paye pas pour regarder Marley dans le blanc des yeux alors maintenant qu'elle a sa commande, oust, dégage, va t'en, fiche le camps ! C'est pas croyable ca, cruche jusqu'au bout des ongles, elle avait rien dans la tête cette petite.

La serveuse dit ensuite une chose qui fit sourire Marley, mais pas un sourire moqueur, non non un vrai sourire qui venait du fond du cœur parce que ce qu'elle venait de lui dire était tellement pathétique que la jeune femme n'eut pas d'autre réaction que de sourire à cette réflexion idiote.

« Jalouse ? Tu aimerais bien, mais non désolée, je n'ai absolument rien à t'envier. »

Comme pour appuyer ses dires, la jeune femme la regarda de haut en bas. Oh non, absolument rien, Marley n'échangerait rien de son corps ou de sa cervelle contre ce que possède cette fille. Vraiment rien du tout.

La serveuse s'en alla (enfin) chercher la commande et la blonde se remit à fumer une cigarette en attendant. Non mais je rêve, jalouse. Marley secoua la tête en y repensant et se mit à rire toute seule, c'était la meilleure celle la. Marley avait fait plus de chose dans sa vie qu'elle n'oserait jamais l'espérait et elle, elle avait le culot de croire qu'elle pouvait être jalouse de sa pauvre petite vie quelconque de serveuse de Starbucks ?! Wouah, décidément tout les fous ne sont pas enfermés.

Quand elle revint, la cruche posa la part de gâteau de Marley sur la table puis elle trébucha avant de lui renverser le café sur ses vêtements. Quand je vous disais qu'elle était idiote, c'était sans doute la pire des idiotes qu'elle avait rencontré depuis qu'elle était dans cette ville. Bien sûre la jeune femme savait qu'elle l'avait fait exprès, aussi, contenant ses larmes, Marley se leva dignement, prit son sac et sa part de gâteau dans les mains.

« Je suppose que tu ne l'as pas fait exprès. Moi non plus.. »

Tout de suite après ca, la blonde étala sa part de gâteau sur le visage de la serveuse, mais alors vraiment elle lui étala sur tout le visage avant de laisser tomber la part et d'essuyer ce qu'il restait de gâteau sur sa main, sur les vêtements de la fille.
Très dignement, la blonde s'en alla à grand pas, elle n'allait pas rester une minute de plus avec cette conne. Voilà, elle l'avait dit. Elle l'avait tellement mit hors d'elle qu'elle en devenait même grossière. Et dire que les derniers dollars qu'elle avait, étaient passés dans rien du tout... Marley Cameron, ce n'était pas le moment de jeter l'argent par les fenêtres. Elle soupira puis monta dans un bus. La seule qu'il y avait de positif, c'était que pour une fois, ce n'était pas d'elle dont on se moquait.
Code by AMIANTE

_________________


Marley Kennedy Rose Cameron


Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme, ce beau matin d'été si doux : Au détour d'un sentier une charogne infâme sur un lit semé de cailloux [...] Et pourtant vous serez semblable à cette ordure, à cette horrible infection [...] Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine qui vous mangera de baisers, que j'ai gardé la forme et l'essence divine de mes amours décomposés !
©MINNIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jules Romy Myler
Première année
avatar

Messages : 130
Points : 144
Date d'inscription : 01/11/2013

MessageSujet: Re: La faim justifie les moyens [Marley & Jules] Terminné   Dim 17 Nov - 17:54


La faim justifie les moyens
Jules & Marley



Elle me regarda et me dit :

« Jalouse ? Tu aimerais bien, mais non désolée, je n'ai absolument rien à t'envier. »

EN insitant me regardant de bas en haut ce qui me fait sourire je passa ma amin dans mes cheveux la laissant faire car je pense que j’allais eclater de rire tellement elle etait marrante celle là

«Ah tu as raison tu n’as rien a m’envhier c’est sur que tout le monde aimerait avoir des habits aussi large que une boule de bowling ..»

Je sourit limite j’avais envie de rire car ici tout le monde croit que j’ai une vie de simple petite serveuse a la vie toute rose sans blessure et tout , j’aurais aimé mais ce n’est pas le cas malheuresement enfin moi sa me va bien tout compte fait j’ai bien fait de demenager
j’ai rencontré des gens bien en la personne d’Aaron et Esperance et des gens con sans vouloir etre mal polis en la personne de Marley Apres avoir fait semblant de trebucher et renversé le café sur Marley , dommage aucune larmes sortit pour changer elle se leva et m’etala son gateau en pleine face en disant

« Je suppose que tu ne l'as pas fait exprès. Moi non plus..»

Je rigolais au eclats suite a son action savourant de mes doitghts le gateaux deux serveurs viennent tout de suite m’aider a enlever ce chocolat , ce qui est dommage pour elle ce que personne en rigolait a par qu’elle que uns mais bon sa me gener pas je n’avais pas peur du ridicule je n’etais pas le genre de bimbos que pensait Marley enfin je pense qu’elle pensait sa vu sa reaction enfin passons je rappliqua une derniere phrase avant qu’elle monte dans le bus

«Hmm merci ce gateau est delicieux !»

Je sourit retournant dans le starbuck en compagnie des serveurs reprennat mon service !


_________________
    Jules R. Myler

    quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote quote  ✰
    © Kaiji

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La faim justifie les moyens [Marley & Jules] Terminné   

Revenir en haut Aller en bas
 
La faim justifie les moyens [Marley & Jules] Terminné
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Tyrannia] La faim justifie les moyens
» JOAO LIVEN THERON. ‡ la fin justifie les moyens
» La faim justifie les moyens
» La faim justifie les moyens [Belinda A. Goldsmith]
» La Faim Justifie Les Moyens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: St Petersburg :: North of the city :: Starbuck-
Sauter vers: